octobre 27, 2020

L’Homme aux Yeux d’Argent

De : Pierre Granier-Deferre

Avec Alain Souchon, Jean-Louis Trintignant, Tanya Lopert, Lambert Wilson

Année : 1985

Pays : France

Genre : Policier

Résumé :

Le hold-up tourne mal. Thierry abat un policier, sa complice meurt dans ses bras et lui-même se fait arrêter un peu plus tard. Douze ans après, à sa sortie de prison, il regagne son village natal qui a bien changé et retrouve l’arbre au pied duquel il avait enterré l’argent du hold-up. Trois personnes l’attendent.

Avis :

« La horse« , « Le chat« , « La Métamorphose des cloportes« , « La Veuve Couderc« , « L’Étoile du Nord« , « L’Ami de Vincent« , « L’homme aux yeux d’argent » … Bref, il est inutile de présenter Pierre Granier-Deferre, immense réalisateur français, dont la carrière s’étale sur une quarantaine d’années et encore plus si l’on compte qu’avant d’être réalisateur, Pierre Granier-Deferre a été assistant-réalisateur dans les années 50, notamment pour Marcel Carné ou Georges Lacombe.

La réputation et les titres de ses films sont considérés comme des classiques ou des chefs d’œuvre de notre patrimoine cinématographique.

« L’homme aux yeux d’argent » est un polar assez prenant qui oppose l’immense Jean-Louis Trintigant et le comédien de temps à autre, Alain Souchon. Et même s’il est certain que l’on peut s’attendre à mieux, « L’homme aux yeux d’argent » s’avère plaisant, intéressant et divertissant.

Thierry vient de passer quinze années en taule pour un braquage qui a très mal tourné. La complice de Thierry est morte. Lui dans sa fuite a eu le temps de planquer le magot. Quinze ans plus tard, il revient dans le village de son enfance afin de prendre le million planqué sous terre. Si Thierry se croyait tiré d’affaire, il ne l’est pas, car l’inspecteur Mayene, qui a perdu son coéquipier lors du braquage, est bien décidé à confondre et abattre Thierry, dès que celui-ci aurait retrouvé son magot.

Partant sur un scénario qui est une excellente idée, Pierre Granier-Deferre nous plonge dans un film nostalgique, qui sent bon les vieux polars noirs français, même s’il est loin d’être aussi bon que les classiques qu’on adore tous. « L’homme aux yeux d’argent » propose de suivre les déambulations d’un taulard tendre et attachant à la fois. Un taulard sympathiquement tenu par Alain Souchon.

D’emblée, le réalisateur pose une bonne ambiance et le récit qu’il va nous raconter sait garder son lot d’intrigues, qu’il dévoilera au fur et à mesure. L’histoire tient bien la route, et l’on se plaît à la suivre, même s’il est aussi clair que le film manque de souffle.

En fait, quand on découvre ce film, on a la sensation qu’il ne demande qu’à décoller, mais que le réalisateur le restreint tout le temps. Alors qu’il avait de bons ingrédients pour offrir une histoire noire, violente, bouleversante, Pierre Granier-Deferre se contente du minimum. Certes, ce minimum tient, et se laisse suivre, mais il est aussi frustrant au vu de l’histoire, des personnages, du film en lui-même qui aurait pu être bien plus.

On se retrouve donc devant un film à la mise en scène plate, mais efficace. On se retrouve devant un film qui tient en intrigue (pour ne pas dire en haleine), même si elle peut être assez prévisible finalement. On se retrouve devant un petit film attachant, et parfois même amusant, mais qui ne marquera pas les esprits plus que ça.

Bref, on se retrouve devant un petit film inégal, mais qui reste appréciable tout compte fait.

« L’homme aux yeux d’argent« , c’est bien sûr un Alain Souchon qui, si l’on a quelque peu du mal à croire à son histoire, arrive toutefois à nous accrocher, par son naturel et son côté sympathique qu’il dégage.

« L’homme aux yeux d’argent« , c’est aussi un Jean-Louis Trintignant très bon en flic usé, plein de rancœur qui ne veut pas lâcher l’affaire. Un flic épaulé par un tout jeune Lambert Wilson qui malgré un petit rôle dégage déjà une belle présence. On regrettera que Tanya Lopert ne fasse qu’acte de présence, pour n’être que l’élément féminin au milieu de ce film de mec. Pierre Granier-Deferre aurait gagné à épaissir son personnage, car son actrice reste excellente avec le peu qu’elle a.

« L’homme aux yeux d’argent » est donc un petit film agréable dans ses grandes lignes. Certes, il est décevant dans le sens où son réalisateur aurait pu faire bien mieux et que ce film n’est pas à la hauteur de la réputation de Pierre Granier-Deferre, mais il demeure sympathique, et même plus plaisant, intéressant et divertissant que bons nombres de films français qui sortent chaque année en salle, et rien que pour ça, il mérite qu’on s’y arrête l’espace d’un visionnage dessus.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.