octobre 27, 2020

Hero

Titre Original : Ying Xiong

De : Zhang Yimou

Avec Jet Li, Maggie Cheung, Zhang Ziyi, Chen Daoming

Année : 2003

Pays : Chine, Hong-Kong

Genre : Arts Martiaux

Résumé :

Il y a deux mille ans, la Chine était divisée en sept royaumes. Chacun d’eux combattait les autres pour obtenir la suprématie, tandis que le peuple endurait la souffrance et la mort.
De ces sept royaumes, Qin était le plus virulent. Le roi de Qin était obsédé par la conquête de la Chine et le désir de devenir son premier Empereur. Les autres royaumes dépêchèrent leurs plus redoutables assassins pour l’éliminer. Le seul nom de trois de ces tueurs suffisait à répandre la terreur : Lame Brisée, Flocon de Neige et Ciel Etoilé.
A quiconque anéantirait ces trois assassins, le roi de Qin promit puissance et fortune.
Pendant dix ans, personne n’y parvint. Lorsque le mystérieux Sans Nom se présenta au palais, avec en sa possession les armes des assassins abattus, le roi fut impatient d’entendre son histoire. Assis à dix pas du monarque, Sans Nom commença alors à la raconter…

Avis :

Immense réalisateur chinois, cela fait maintenant trente ans que Zhang Yimou nous offre de petits ou grands bouleversements, en bien comme en mal. Alors que les années 2000 viennent de commencer et que Zhang Yimou vient de signer une comédie romantique, le réalisateur décide de se lancer dans ce que l’on pourrait appeler la trilogie du sabre de Zhang Yimou.

« Hero » est un tournant dans la carrière de son réalisateur, car c’est peut-être avec ce film qu’il rencontre son premier succès de masse. Véritable succès commercial, le film va rapporter cent soixante-dix-sept millions de dollars pour un budget de trente et un au départ.

Tiré d’une histoire véridique devenue légende, Zhang Yimou nous offre donc un redoutable film d’action, aussi épique que beau et féerique. Un film qui flirte avec le légendaire, l’improbable et le magnifique. D’ailleurs, même si le film a vieilli et parfois pas qu’en bien, il n’en reste pas moins une leçon de mise en scène. Bref, un film comme on les aime chez Zhang Yimou, même si je dois avouer que de sa trilogie du sabre, qui comporte « Le secret des poignards volants » et « La cité interdite« , c’est celui que j’ai « le moins » apprécié.

La Chine était divisée en sept royaumes. Sept royaumes que l’empereur Qin veut tous conquérir afin de créer une seule et unique Chine. Il y a trois années de cela, deux assassins redoutables sont venus pour le tuer et ont mis à mal les trois mille hommes que compte la garde de l’empereur. Aujourd’hui, un homme sans nom vient apprendre à l’empereur qu’il a tué ces deux assassins. L’empereur curieux accepte de le recevoir. L’homme sans nom va alors lui raconter son histoire.

Ce qui est excellent avec ce film, c’est que Zhang Yimou, tout en nous racontant une légende, nous raconte aussi la construction de son pays à travers un spectacle et un divertissement assez grandiose.

« Hero« , c’est une jolie leçon de manipulation scénaristique. C’est un film qui ne va cesser de réinventer son histoire, de conversation en conversation. Petit à petit, et de manière intelligente, Zhang Yimou dévoile son intrigue et instaure un joli suspens. Si vous ne connaissez pas l’histoire de la Chine, alors on pourra remercier le réalisateur, qui nous tient en alerte avec le mystère sur le destin de ce héros, de sa bataille et surtout sa mission. Va-t-il ou non arriver à ses fins ? Le réalisateur tient tout son film et l’on se laisse totalement entraîner.

Seul petit couac, qui n’en est pas vraiment un, c’est sur le message que véhicule le film, autour des choix de son empereur, pour arriver à ses fins et à une paix. Mais après, si l’on part du principe que le film nous raconte la formation de la Chine, ce message injuste et violent peut se « justifier ».

« Hero« , comme je le disais, est un film qui s’inspire de légende, et le parti-pris de Zhang Yimou sera aussi de faire un film qui a des allures de légende, offrant des scènes de combat aussi sublimes qu’elles sont improbables. Le réalisateur nous offre un spectacle démesuré et chorégraphié à la perfection, même si le film a pris un petit coup de vieux sur certains combats où les trucages se font sentir et dénaturent un peu l’ensemble. D’ailleurs, les effets spéciaux du film ont vieillit et parfois, cela donne quelque chose d’assez affreux à voir (quand il traverse les gouttes d’eau, les pluies de flèches que la caméra suit), il faut donc le remettre dans son époque et être indulgent avec lui.

Si certains éléments ont vieilli, il n’empêche que d’autres restent à la hauteur du réalisateur. « Hero« , c’est des plans qui sont autant de tableaux de maître. C’est des couleurs et une photographie à tomber à la renverse. C’est une démesure et un certain sens de l’épique. C’est une BO prenante. Et puis c’est des acteurs sublimes dans leurs rôles et un casting excessivement bien choisi, qui nous offre ce que le cinéma asiatique a de mieux, Jet Li, Maggie Cheung, Chen Daoming, Donnie Yen, Tony Leung Chiu Wai et mon coup d’amour à chaque fois que je la vois, la plus que talentueuse Zhang Ziyi.

Si je lui préfère la poésie du « … secrets des poignards volants » et les couleurs et la mise en scène de « La cité interdite« , il n’en reste pas moins que « Hero » est un excellent film, aussi étonnant que passionnant. Avec ce film, encore une fois Zhang Yimou démontre qu’il est un conteur hors pair et que son cinéma est bel et bien à la hauteur du bonhomme.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.