octobre 26, 2020

Piranhas

jaquette-PIRANHAS-DVD-joe-dante

La Critique du DVD

Titre Original: Piranha

De : Joe Dante

Avec Bradford Dillman, Barbara Steele, Heather Menzies, Kevin McCarthy

Année: 1978

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Une nouvelle espèce de piranhas créée par l’armée, capable de vivre en eau douce et en eau salée, est accidentellement relâchée dans un fleuve durant l’été. Le carnage commence…

Avis:

Joe Dante est un réalisateur qui est adulé par un grand nombre de cinéphiles et d’amateurs de créatures fantastiques. Il faut dire qu’en quelques films, il s’est imposé comme une référence dans le cinéma fantastique au même titre que John Landis, Roman Polanski ou encore, plus récemment Guillermo Del Toro. Bien évidemment, le premier film qui vient quand on parle de Joe Dante, c’est Gremlins et sa suite, avec ses mignons petits Mogwaïs. Mais bien avant de faire ces films, il a eu d’autres expériences avec des bêtes à poil (Hurlements), et des bêtes à écailles comme dans le film qui nous intéresse aujourd’hui. Surfant sur la vague de succès engendrée par Les Dents de la Mer (Steven Spielberg, 1975), le jeune réalisateur va s’attaquer à un autre monstre aquatique, moins gros, mais plus malin et surtout plus nombreux. Piranhas aurait pu être un mauvais film, comme tant d’autres portant sur des créatures aquatiques, comme Barracuda de Henry Kerwin datant de la même année, mais il n’en est rien. Pourquoi donc? Parce que derrière la caméra, il y a un génie.

dante-piranha_420

Le scénario est relativement bête, mais il va mettre en avant quelques points de vue intéressants et le film va se révéler plus intelligent qu’il n’y parait. Le métrage débute comme n’importe quel film d’horreur, avec un couple qui va se baigner dans un endroit peu recommandable. Bien entendu, ils se font bouffer et disparaissent. Une jeune détective est alors embauchée pour les retrouver. Elle va rencontrer Paul Grogan, un vieux rustre qui noie son chagrin dans l’alcool. Ensemble, ils vont remonter jusqu’à une ancienne base militaire et vider un bassin pour voir le fond. Il trouve alors un scientifique qui leur explique la bêtise qu’ils viennent de commettre. En effet, dans ce bassin se trouvait des piranhas mutants, créés par l’armée et ils viennent de les libérer dans la rivière où se baignent des gens et notamment un centre de vacances où se trouve la fille de Grogan. Ils vont tout faire pour empêcher la prolifération de ces bestioles. Nous sommes donc face à un film relativement binaire, où des gens vont se faire bouffer et où d’autres personnes vont essayer de les sauver. Mais il n’y a pas que cela et finalement, Joe Dante va se servir de ce contexte pour critiquer ouvertement des pensées et des institutions qui sont toujours d’actualité d’aujourd’hui.

En effet, on pourrait avoir droit à un film simplement gore et fun, comme l’a proposé Alexandre Aja dans sa relecture. Mais Joe Dante n’a pas voulu faire un film d’horreur bête et méchant, puisqu’il critique là-dedans deux choses très importantes. Bien entendu, la première chose critiquée étant l’armée, autant dans ses actions et ses manipulations que dans ses cachotteries, au mépris des vies innocentes et citoyennes. On remarque cela très clairement avec le rôle du colonel ou encore celui de la scientifique, qui mentent ouvertement aux gens et aux médias. La deuxième chose qui est critiquée est plus insidieuse et touche surement plus de personnes, puisqu’il s’agit de la cupidité et de la mégalomanie. On voit cela avec le personnage interprété par Dick Miller, un investisseur véreux qui ouvre un camp de vacances avec des objets recyclés et qui refuse de fermer son camp, car c’est le jour d’ouverture et qu’il risque de perdre de l’argent et de la notoriété. On voit clairement, au travers ce personnage détestable, que Joe Dante déteste ces personnes qui se croient supérieur aux autres grâce à l’argent. Le petit bémol que l’on pourrait faire sur ces deux points, c’est que cela est assez grossièrement fait, et qu’aujourd’hui, même si tout cela est toujours d’actualité, on a déjà vu cela plusieurs fois. Mais il y a une chose assez troublante qui pose un autre problème, qui est responsable du massacre? En effet, le film pose un problème, car si l’armée a créé ces bestioles, ce n’est pas elle qui les a libérées, mais bel et bien la détective et son acolyte.

images

Le casting du film est très bon. Bradford Dillman est relativement convaincant dans le rôle du rustre de service mais qui cache un grand cœur. Ses petites pointes d’humour son toujours bien venues et il tient parfaitement bien son rôle. A ses côtés, Heather Menzies est l’atout charme du film et elle représente une certaine candeur. A la fois déterminée et drôle, elle campe un personnage attachant et on peut aisément dire que le duo fonctionne plutôt bien. Pour les fans de films d’horreur on remarquera bien évidemment la présence de Barbara Steele, reine du cinéma d’épouvante italien, révélée par un certain Mario Bava. Elle joue ici une scientifique à la solde de l’armée et possède un rôle ambigu, à l’image de son visage ténébreux et inquiétant et signe la réplique de fin, qui dévoile son vrai visage. Le reste du casting tient vraiment la route, notamment la jeune actrice qui joue la fille du héros ou encore les deux animatrices, très charmantes et très attachantes aussi.

Et l’horreur dans tout ça? Contrairement au film de Spielberg, Les Dents de la Mer, qui vire au film d’aventure vers la seconde moitié du métrage, Piranhas reste tout le temps dans l’urgence et dans l’horreur. Alors certes, l’horreur est en pointillée, car elle est entrecoupée de passages ou de répliques assez drôles, mais il y a toujours un sentiment d’urgence, de danger, avec des bancs de piranhas agressifs et voraces. Les effets gores sont présents, mais ils sont assez rares. Le carnage final est très efficace, avec son lot de morsure et de sang, mais ce n’est pas dans l’hémoglobine que le film tient en haleine. En effet, le passage le plus dur et le plus osé est résolument l’attaque du centre de loisirs pour enfants, où des dizaines de mômes se font bouffer. La scène est prenante et violente et elle est très choquante car elle touche des enfants. Mais au moins, Joe Dante ose et propose un vrai moment de tension extrême, surtout en 1978!

piranha003

Au final, Piranhas est un excellent film qui n’a pas pris beaucoup de rides. Efficace, drôle et relativement bien foutu, le seul reproche que l’on pourrait lui faire, c’est ce ventre mou que l’on retrouve dans de nombreux films, où il ne se passe pas grand-chose durant une petite dizaine de minutes au milieu du film lors de la transition. La galette de Carlotta Films est superbe, l’image est impressionnante de qualité et on pourra s’attarder facilement sur le retour du film avec Joe Dante durant 45 minutes qui est très intéressant. Bref, un très bon moment et un film qui est devenu culte au fil des années.

Note: 16/20

Par AqME

piranha1_affiche

La Critique du Blu-Ray

Avis :

Ce mois-ci, nous sommes gâtés par notre partenaire Carlotta qui nous propose cette œuvre devenue culte. Certes, nous avons vu ce film maintes et maintes fois, mais le revoir après tant d’années fut un réel plaisir, et en Blu-ray s’il vous plaît. Alors, replongeons-nous dans cette très sympathique péloche. Piranhas fait partie de ces films qui ont surfé sur la vague du succès des Dents de la Mer. Depuis la sortie de ce film archi culte en 1975, on ne compte plus les ersatz plus ou moins réussis. Et Piranhas fait partie du cercle très fermé des films d’agression animale réussis, au même titre qu’Orca ou Razorback.

La force principale du métrage, c’est que jamais il ne se prend au sérieux, Si l’on ressent dans le chef de Joe Dante une envie évidente de bien faire (ils ont fait une multitude de test pour les piranhas afin de savoir de quelle manière les rendre le plus crédibles possible). Il traite cette comédie horrifique avec sérieux, et c’est vraiment bénéfique pour le métrage, ce qui le met bien au-dessus du lot de toutes les séries Z sorties aux mêmes périodes.

Piranha 1978

Là où Joe Dante fait fort, c’est de ne montrer que très peu les fameux piranhas. En effet, le rendu des bestioles n’était pas des plus crédibles, Dante a passé des jours entiers en salle de montage, jusqu’à ce qu’il trouve le résultat satisfaisant. Le film ne souffre pas de l’absence des poissons carnivores, au contraire, les scènes d’attaques gagnent en intensité.

En ce qui concerne le jeu d’acteur, rien d’extraordinaire. Ni bon ni mauvais, le casting est sommes toutes assez banal. L’intrigue quant à elle est typique de cette période, la méchante armée US qui bidouille des trucs secrets dans des laboratoires et ces recherches s’attaquent aux citoyens innocents, un synopsis vu et revu dans les années 70/80, guerre du Viêt-Nam oblige

Pour le reste, rien de très original pour autant, si l’on excepte la présence de cette petite bestiole au début dans le laboratoire, hommage évident au Ymir d’ « A Des Kilomètres De La Terre » du regretté Ray Harryhausen. L’animation de ce personnage en stop-motion est l’œuvre de Phil Tippett, alors à ses débuts.

piranhas-1978-04-g

Au final, Piranhas est un très bon film, qui a certes un peu vieilli, mais qui reste tout aussi efficace et drôle. Quelques scènes gores sont assez impressionnantes pour l’époque (le type qui baigne ses pieds). Piranhas est un premier coup de maître de Joe Dante, réalisateur des non moins cultissimes Gremlins et Hurlements. Revoir ce film nous rend nostalgique d’une époque où son réalisateur nous pondait de véritables bombes cinématographiques ; en effet, depuis la suite des Gremlins, plus grand-chose à se mettre sous la dent (Small Soldiers, les Looney Tunes passent à l’action).. Un espoir peut-être avec son dernier film, The Hole, qui, sans être une révolution dans le style, restait très efficace. Un retour aux sources ? Espérons-le…

Quant à la qualité de ce Blu-ray, elle ne répond pas aux attentes. Si l’image a été nettoyée, elle est loin de la qualité de certaines rééditions de films anciens, et c’est bien dommage, autant préférer le dvd, la qualité d’image y est probablement la même. Les quelques bonus présents nous apprennent les conditions de tournage avec une interview intéressante de Joe Dante de 40 minutes.

piranhas--9-

Une suite à ce film a été réalisée par Mr James Cameron qui en renie la paternité aujourd’hui… Il faut dire que cette suite était largement superflue, après tout, des piranhas volants, rien que ça, ça veut tout dire… on est à des lieues de ses chefs d’œuvres que sont Terminator 2, Aliens ou encore Abyss

Note : 16/20

piran-head

Image de prévisualisation YouTube

Par Trasher

cobra-original-1-290x290Note de Casey Slyback: 14/20

ServalNote de Serval: 15/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.