Lavisqteam

He Said She Said

De : Ken Kwapis

Avec Kevon Bacon, Elizabeth Perkins, Nathan Lane, Anthony LaPaglia

Année: 1991

Pays: Etats-Unis

Genre: Romance

Résumé :

Dan et Lorie sont journalistes. Tout les oppose mais, ils tombent amoureux.

Avis :

Ken Kwapis est un réalisateur américain qui fait son petit parcours sans faire de bruit. S’il fait tourner les plus grands, si ses comédies, car il a toujours fait dans la comédie, sont connues du public, à la volée comme ça, on pense à « Ce que pensent les femmes« , « Permis de mariage« , Quatre filles et un Jean, Ken Kwapis n’a pourtant jamais su trouver de véritables succès populaires, la faute à un cinéma au demeurant sympathique, qui divertit sur l’instant, mais qui ne va jamais plus loin que le petit moment sympa et c’est dommage, car le bonhomme est loin d’être dénué de talent.

Et ce constat, on le fait encore avec cette petite comédie datant du début des années 90, avec deux comédiens succulents. Si le film est tout à fait sympathique, s’il a même une belle idée de narration, Ken Kwapis n’arrivera jamais à nous éclater devant les déboires clichés et convenus de ce couple, qui dégage pourtant un charme certain.

Lui, c’est Dan, journaliste à tendance républicaine. Elle, c’est Lorie, journaliste qui a tendance à être l’inverse de Dan. A deux, ce sont les présentateurs de « He Said, she said », une émission dans laquelle ils confrontent leurs points de vue et on peut dire qu’ils sont rarement en accord l’un avec l’autre. Le seul endroit où ils étaient d’accord, c’était sur leur couple, car oui, Dan et Lorie, malgré la tonne de sujets qui les séparent, sont ensemble dans la vie, enfin, c’était jusqu’à cette émission-là…

« He said, she said« , c’est la petite comédie romantique, clichée et convenue qui fait passer un petit dimanche pluvieux quand il n’y a rien d’autre à voir.

Venant avec un film qui nous propose de découvrir les coulisses d’une émission de télé, Ken Kwapis nous entraîne dans la petite comédie romantique comme on en voit tant. Si le film n’est pas mauvais, s’il a même des côtés intéressants, on ne peut pas dire qu’il soit non plus transcendant.

D’ailleurs, la principale qualité de ce film, c’est le charme que dégage le couple Kevin Bacon/Elizabeth Perkins qui fonctionne parfaitement à l’écran. Les deux acteurs sont au diapason dans leur personnage et il est vrai que les voir se chercher, se tourner autour, se trouver et se détester, pour finalement se retrouver, a son petit charme et on aime les suivre dans leur vie, leur réussite, leur doute et surtout leur amour.

Dans sa narration, « He said, she said » a bien un côté plus intéressant que dans d’autres comédies, puisque le réalisateur nous propose de voir deux fois cette histoire d’amour pas comme les autres sous deux angles différents. Ainsi, avec ces deux points de vue, le réalisateur nous propose deux visions de couple, avec des détails et des ressentis qui ne sont pas forcément les mêmes. L’idée est intéressante et ici, Ken Kwapis a très bien su la mettre en scène. Il réinvente donc son film en cours de route, tout en nous racontant la même histoire et rien que pour cela, « He said, she said » mérite qu’on ne l’oublie pas.

Mais voilà, une bonne idée et d’excellents acteurs ne font pas forcément un film génial et inoubliable. « He said, she said » est un film qui n’arrive jamais à nous embarquer dans les tribulations amoureuses de ses personnages. Si Ken Kwapis a su bien nous raconter son histoire, on doit toutefois lui reprocher un manque de rythme, un manque de souffle et un manque d’entrain. En fait, à la découverte de « He said, she said« , on ne fait que le regarde, le suivre, parfois avec amusement, mais on ne peut pas dire qu’on reste passionné et saisi par ce que l’on suit et finalement, rien n’arrivera à nous marquer, malgré certains personnages hauts en couleurs, comme Sharon Stone en maîtresse sulfureuse ou Nathan Lane en producteur au bord de la crise de nerfs. Même le film, qui pourtant est sympathique, ne marquera pas, car il est on ne peut plus attendu.

« He said, she said« , malgré un univers intéressant, un sujet qui l’est encore plus et une idée excellente, n’arrive finalement qu’à nous faire passer un petit moment aussi sympathique qu’oubliable. « He said, she said » s’inscrit donc parfaitement dans la filmographie de Ken Kwapis, c’est-à-dire que c’est bien, mais on ne s’en rappellera plus très bien dans quelques temps.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net