Beyond the Stars

De : David Saperstein

Avec Martin Sheen, Sharon Stone, Christian Slater, F. Murray Abraham

Année: 1989

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Le père d’Eric est un spécialiste travaillant pour la mission Apollo, qui a envoyé le premier homme sur la lune. Eric est déterminé à devenir lui-même astronaute…

Avis :

Totalement inconnu, David Saperstein est un nom qui parle à très peu de monde, et quand on regarde que l’homme a fait, on comprend son anonymat, car hormis son travail comme scénariste sur « Cocoon » de Ron Howard et sa suite, le reste de ce qu’il a fait est tombé dans l’oubli.

David Saperstein a toutefois réalisé deux films, « A killing affair » sorti en 1986 et ce « Beyond the stars« , sorti trois ans après et c’est ce second film qui nous intéresse aujourd’hui. Totalement inconnu, « Beyond the stars » est un petit film qui avait de quoi être alléchant notamment grâce à son casting de stars et son affiche qui laissait imaginer une petite aventure spatiale qui aurait le charme des années 80. Mais malheureusement pour nous, « Beyond the stars » va être très loin de tout ceci. Offrant des personnages insipides et une histoire incompréhensible, on comprend après visionnage, pourquoi le film est resté dans l’oubli et pourquoi il a coûté la carrière de son réalisateur.

Eric est un jeune lycéen qui rêve de devenir astronaute. Pour cela, il fait des expériences et construit des maquettes qu’il rêve d’envoyer dans l’espace. Mais un matin, sa dernière œuvre, à la place de décoller vers les étoiles, part directement dans l’une des classes, mettant ainsi le feu à la salle. Expulsé du lycée pour une période d’un mois, Eric est envoyé chez son père qu’il n’a pas vu depuis un an. Dans la ville où habite son père habite aussi Paul Andrew, un ancien astronaute aujourd’hui à la retraite après qu’une mission sur la Lune se soit mal passée. Eric rencontre donc l’ancien astronaute et se lie d’amitié avec lui.

Un casting alléchant Martin Sheen, Christian Slater, Sharon Stone et F. Murray Abraham. Une histoire qui parle des étoiles, des rêves de gamins qui peuvent peut-être se concrétiser si l’on s’en donne les moyens. Un vieil astronaute bourré de regrets et de remords. Et puis l’innocence de l’adolescence. Bref, « Beyond the stars » aurait pu être un petit film lambda qui nous aurait fait passer un petit sympa, à défaut d’être inoubliable.

Et bien ce ne sera pas le cas, tant la fusée explose de tout bord et ce n’est pas l’hommage final qui changera nos positions face à l’ennui et l’incompréhension de ce film. Oui, le film est dédié à deux équipes d’Astronautes qui ont trouvé la mort pendant leur fonction.

Difficile de commencer par un élément tant rien ne va ici. Le plus flagrant peut-être, c’est le scénario et l’histoire que nous raconte ici David Saperstein. « Beyond the stars » est une leçon de clichés. C’est un film qui les accumule les uns à la suite des autres. Entre l’astronaute aigri, mais pas tant que ça, la relation conflictuelle père/fils, les petites amourettes d’ado, et bien sûr, le secret dramatique et triste qui fera prendre conscience de la valeur et la beauté de la vie à notre jeune héros, franchement rien ne nous est épargné. Un film qui accumule les clichés n’est pas forcément mauvais, on s’est déjà vu apprécier des films ainsi, mais ce n’est pas le cas ici, car le réalisateur nous raconte cette intrigue avec aucune conviction. Tout donne l’impression de posture, tout sonne faux et les personnages sont tellement caricaturaux et se contredisent tant que finalement, il est impossible de s’accrocher à eux.

De plus, le film accumule les disputes pour pas grand-chose, les dialogues improbables et les réactions qui se concrétisent. Certaines scènes se concrétisent tellement en une discussion, qu’elles font même rire, tant on a l’impression qu’il y a eu des coupes au montage pour avoir des retournements de situations aussi improbables d’une phrase à l’autre. La dispute entre Eric et son père sur le métier d’astronaute est un cas d’école.

On notera aussi l’improbable scène de F. Murray Abraham qui apparaît comme ça, sans crier garer, pour passer un message écologique sur la défense des baleines, les yeux face caméra, pour nous parler à nous spectateurs, afin qu’on comprenne bien le message.

Puis on restera bouche bée devant le final du film que personne ne pourra voir venir. Un twist aberrant de bêtise et d’incompréhension, tant ce dernier arrive sans fond.

Coté mise en scène, c’est un petit best of de ce qu’il ne faut pas faire, afin que son film soit mauvais. Aucune ambiance, aucun rythme, on restera incertain devant les coupes que le film détient. David Saperstein répète le défaut pendant presque tout le film et on a l’impression que ses dialogues n’existent que pour amener les personnages d’un lieu ou un événement à l’autre. Aucun sens du temps, les ellipses arrivent à l’arrache et parfois, on a bien du mal à comprendre ce qui se passe, tant c’est confus et qu’il faut s’habituer à ce style.

« Beyond the stars » est donc un très mauvais film qui entre les clichés, l’incompréhensible, les discussions qui n’ont aucun sens et ses acteurs en roue libre, finit par épuiser plus que de faire sourire. Et finalement, on se retrouve à attendre le générique, un peu comme une libération.

Note : 02/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net