Hammer King – King is Rising

Avis :

Le monde du métal connait de nombreux embranchements qui font que tous les goûts sont possibles et imaginables. D’ailleurs, il y a un fossé énorme entre du Heavy et du Metalcore ou encore entre du Power Metal et du Nu-Metal. Bref, chacun peut y trouver son compte et au même titre, les thématiques sont relativement nombreuses. Si bien entendu les textes sociaux sont les plus nombreux, on rencontre aussi des groupes avec une imagerie très précise et des textes guerriers. Si les plus connus dans ce genre sont les américains de Manowar, les suédois Sabaton ne sont pas en reste, tout comme les allemands Accept. Et on va rester au pays de la saucisse et de la bière avec Hammer King, un petit nouveau qui a fait son apparition en 2015 avec Kingdom of the Hammer King, qui avait fait son petit effet sans pour autant révolutionner le genre. Propre et imparfait, le groupe se fait un nom sur la scène métal allemande, grâce à des rythmiques puissantes, mais aussi et surtout un style qui marque d’entrée entre un maquillage prononcé et des thèmes guerriers prompts à envoyer au front n’importe quel quidam ayant un certain sens du rythme. Avec King is Rising, le groupe continue sur sa lancée, ne proposant au final rien de bien neuf, mais œuvrant avec une ferveur qui fait plaisir à voir.

Le skeud débute avec le titre éponyme de l’album, King is Rising. Et à défaut d’être un titre remarquable, il n’en demeure pas moins un titre entêtant et on va se surprendre pendant quel temps à scander le refrain qui rentre immédiatement en tête. Tapotant un rythme très Heavy faisant rapidement écho aux différents groupes précités en introduction, Hammer King n’essaye jamais de s’émanciper et continue sur sa lancée avec des titres assez longs et entrainants comme sur For God and the King et son tempo évoquant une chevauchée héroïque ou encore Warrior’s Reign, qui va s’imposer une rythmique plus lente mais une ambiance plus prégnante, faisant que l’on s’attache un peu plus à ce morceau sans pour autant y adhérer totalement, la faute à une voix parfois un peu poussive et à une absence de réel solo qui marque. Cela n’empêche pas le groupe de fournir quelques pièces intéressantes comme sur le dernier morceau Eternal Tower of Woe et sa petit flûte en introduction ou encore Viva la King qui introduit des moments étranges de castagnettes et des paroles en espagnol. On peut aussi citer des morceaux comme Last Hellriders ou Battalions of War, deux titres courts et concis qui fonctionnent parfaitement grâce à un rythme soutenu.

Seulement, Hammer King possède aussi de menus défauts et pas des moindres. La première chose qui frappe quand on écoute le skeud dans son intégralité, c’est que rien ne ressort vraiment. Alors on pourra citer Battle Gorse qui marque un poil plus les esprits ou encore King is Rising et son refrain entêtant, mais tout le reste est très factuel et ressemble beaucoup trop à ce qu’ont déjà proposé d’autres groupes. On a la sensation que Hammer King aime à rester dans sa zone de confort afin de ne pas prendre de risque pour ne pas tromper les fans. Seulement, le groupe est jeune et s’il ne prend pas risques maintenant, quand le fera-t-il ? Ensuite, on peut aussi dire que le chanteur a des moments de faiblesse que l’on notera sur Reichshammer, notamment lorsqu’il faudra partir sur les aigus. Voulant faire comme le chanteur de Judas Priest ou de Iron Maiden, on peut aisément dire que son homologue allemand n’a pas cette capacité. Si ce n’est pas ridicule, on ressent tout de même quelques moments forcés et cela est presque gênant. Et c’est dommage car techniquement, le groupe est clairement irréprochable. Les guitares sont parfaites, la batterie est un peu transparente mais elle n’hésite pas à sortir la double pédale quand il le faut et au final, l’ensemble est très harmonieux. Encore une fois, le seul gros reproche que l’on peut faire au groupe, c’est qu’il ne se démarque pas de ses homologues et du coup a bien du mal à sortir du lot.

Au final, King is Rising, le second et dernier album en date de Hammer King, est un effort agréable et loin d’être pénible. Arpentant le chemin du heavy métal glorieux et épique (le groupe aime à dire qu’ils font du Royal Metal), le groupe prouve que techniquement, ils sont au top, mais au niveau des compositions, cela ressemble un peu trop à tout ce qui a été déjà fait. Il en résulte donc un album plaisant, bien produit et qui montre tout le talent des musiciens, mais malheureusement, il reste dans une zone de confort qui l’empêche clairement de se faire remarquer dans un milieu déjà bien fermé.

  1. King is Rising
  2. Last Hellriders
  3. For God and the King
  4. Warrior’s Reign
  5. Reichshammer
  6. Kingbrother
  7. Battle Gorse
  8. Kill the Messenger
  9. The Hammer is the King
  10. Viva la King
  11. Battalions of War
  12. Eternal Tower of Woe

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net