octobre 26, 2020

Penthouse North

penthouse_north

De: Joseph Ruben

Avec Michelle Monaghan, Michael Keaton, Barry Sloane

Année : 2013

Pays : USA-Canada

Genre : Thriller

Musique : Mark Mancina

Scénario : David Loughery

Résumé :

Une jeune femme aveugle se retrouve confrontée à deux voleurs dans son propre appartement.

Avis :

« Penthouse North » est un thriller sorti directement en vidéo dans lequel vous y trouverez Michael Keaton célèbre Beetlejuice et ex-Batman chez Tim Burton et Michelle Monaghan vu en partenaire de Robert Downey Jr. dans « Kiss Kiss Bang Bang » (2005, Shane Black, excellent film au demeurant), Tom Cruise dans le 3ème volet des « Mission : Impossible » (2006, J.J. Abrams) puis exécutant un caméo dans le 4ème opus signé Brad Bird (« Mission : Impossible – Protocole fantôme », 2011), de Shia Labeouf dans « L’oeil du mal » (2008, D.J. Caruso) ou encore la même année de Jake Gyllenhaal dans le « Source code » de Duncan Jones, voilà pour les figures connues.

Penthouse North

Côté réalisation, elle est confiée à Joseph Ruben qui a tout de même par le passé achevé quelques films dans les années 80 – 90, pas nécessairement bon, mais assez connus comme « Le beau-père » (1987, avec Terry O’Quinn), « Money Train » (1995, avec Wesley Snipes, Woody Harrelson et Jennifer Lopez) et une bonne série B de science-fiction tout de même « Dreamscape » (1984, avec Dennis Quaid et Max Von Sydow).

Le scénario est quant à lui fournis par David Loughery auteur de ceux de « Dreamscape » (collaboration scénaristique avec Chuck Russell) et « Money Train » justement, mais aussi de « Passager 57 » (1992, Kevin Hooks) ou encore « Star Trek V : l’ultime frontière » (1989, William Shatner) ce qui n’est pas une carrière très folichonne non plus dans l’ensemble.

Enfin à la musique on retrouve Mark Mancina auteur de certaine BO très efficace « Speed » (1994, Jan De Bont) ou encore « Bad Boys » (1995, Michael Bay).

S’il n’y a rien d’affriolant entre ces collaborations, c’est pourtant ce qui peut éveiller une quelconque curiosité à l’idée de regarder le métrage (mais alors il faut vraiment l’être beaucoup et pour l’achat il faut vraiment ne pas savoir quoi faire de son argent). On se dit que cela présage un DTV banal comme il en sort une pelleté chaque mois, chacun y faisant son apparition, son boulot pour gagner son billet histoire de manger.

Penthouse North 00

Ceci dit en DTV il y a bon nombre de titres qui mériterait une sortie grand écran chez nous au lieu d’être ‘snobé’ comme cela arrive trop souvent, d’aucuns se révélant très bon tandis que leurs existence était inconnus, ou un film qu’on souhaiterait découvrir dans nos salles, d’autres encore que l’on attend impatiemment mais qui finalement n’y parvient pas. Rien que ce mois par exemple sort en DTV (26 juin chez Sevensept) le dernier Tsui Hark « Dragon Gate » qui a pu être vu en festival heureusement, mais c’est bien tout et plus que dommage pour un réalisateur dont chaque nouvelle œuvre est attendue de pieds ferme par beaucoup… Arrêtons de nous égarer et revenons à « Penthouse North ».

Et effectivement ce ne sera pas une bonne surprise, ni une surprise tout court, Il faut reconnaître que dès le début on n’en espérait strictement rien de cette production ni même en connaissions nous l’existence avant de recevoir la galette dans la boîte aux lettres. Donc même si c’est (très) mauvais et qu’au final on a perdu du temps à sa vision il n’y a vraiment rien de surprenant.

Sara est un ancien photo-reporter de guerre en Irak qui a perdu la vue suite à l’explosion d’une kamikaze. Plusieurs années après on la retrouve vivant dans un grand appartement dans les hauteurs d’un gratte-ciel New-Yorkais avec son compagnon. Un retour à une vie plus normale en dépit de son handicap. Sara va ensuite se promener et à son retour le drame est installé. Elle fait la découverte morbide, à tâtons, au bout d’un long moment, de son amant à terre, mort. Il se révèle que finalement c’était un voleur, et deux autres malfaiteurs veulent récupérer leur dû !

Voilà, le restant du film va se dérouler au sein de l’appartement avec d’abord un affrontement entre elle et un premier scélérat, avant l’arrivée du grand-méchant-chef Hollander (Michael Keaton).

Les confrontations psychologiques ou physiques sont absolument mollassonnes, le suspens parfaitement inexistant, on devine tout à l’avance : elle va les monter l’un contre l’autre, tenter quelques bluffs nuls, sera torturée (par simulation de noyade « waterboarding », couchée sur le dos la tête à l’envers plus basse que ses pieds une serviette sur la bouche et l’eau coulant dessus) … La réalisation est moche même pas soignée, il n’y a aucun traitement intéressant, encore moins d’attachement aux personnages qui sont terriblement fadasses (même pas via Sara dont on en vient au contraire à préférer ses agresseurs), des flashbacks censés servir l’intrigue et venant nous apprendre de quelle manière l’héroïne est devenu aveugle sont utilisés à plusieurs reprises de manière totalement superflu n’enrichissant aucunement un film très pauvre et terriblement ennuyeux. Décidément il n’y a rien à sauver.

Penthouse North 01

Bref un film qui ne suscite aucune sympathie, insignifiant, sans imagination ni motivation de la part de ses créateurs. Sans pour autant vouloir tirer gratuitement dessus et dire que c’est « Ultra-NUL » on s’en fiche royalement, c’est juste une belle perte de temps qui comme dit précédemment était tout de même fortement prévisible.

(Disponible chez Sevensept dès le 26 juin.)

Note : 00/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Serval

cobra-original-1-290x290Note de Casey Slyback: 05/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.