octobre 25, 2021

Catwoman

De : Pitof

Avec Halle Berry, Sharon Stone, Benjamin Bratt, Lambert Wilson

Année: 2003

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique, Action

Résumé :

Patience Philips est une artiste douée, mais maladivement timide, qui se contente d’un modeste emploi de dessinatrice publicitaire au sein du conglomérat Hedare Beauty que dirigent le tyrannique George Hedare et sa femme, le légendaire top model Laurel. Cette société se prépare à lancer « LE » cosmétique miracle censé procurer aux femmes un visage et un corps à jamais immaculés.
Patience découvre que le produit ne possède aucune de ces vertus, mais est froidement tuée par ses patrons avant d’avoir pu dénoncer l’imposture. Tout n’est pas perdu, cependant, car celle-ci ressuscite sous l’emprise d’une force mystérieuse. Elle se réincarne, magnifiée, en une femme féline, sensuelle, d’une agilité et d’une force surhumaines : Catwoman… Libérée de ses complexes, celle-ci commence par régler quelques comptes et s’offrir certains plaisirs trop longtemps négligés…

Avis :

Pitof est un artiste immensément reconnu dans le domaine des effets spéciaux. Spécialiste du cinéma de Jeunet et Cara, il a collaboré avec de grands réalisateurs comme Luc Besson, Mathieu Kassovitz, Claude Pinoteau, Édouard Molinaro ou encore Alain Chabat et Bertrand Tavernier. Bien entendu, Pitof est passé à la réalisation de ses propres films. On lui doit le premier film français à avoir été entièrement tourné en numérique avec « Vidocq« .

Si le succès de « Vidocq » fut tout relatif, il a néanmoins permis à Pitof d’aller sur un autre projet. Un projet qui se veut plus gros. Un premier et ultime projet américain. Ce projet, qui sera le second et dernier film pour Pitof, c’est « Catwoman« .

L’idée de dédier un film à la très célèbre voleuse « Catwoman » n’était pas mauvaise au départ et au vu du personnage et de l’univers, il est clair qu’il y a matière à faire un film. Mais malheureusement, le « Catwoman » de Pitof ne restera qu’une bonne idée sur le papier et des attentions, car à l’écran, c’est un chef d’œuvre de ringardise. Mauvais en tout ou presque, « Catwoman » fait partie de ces rares films où l’on ne peut presque rien sauver et où l’on ne peut que constater l’ampleur des dégâts. Le bon côté de l’histoire, c’est que ce film a de quoi nous faire énormément rire !

Patience Philips est une jeune femme timide qui travaille pour un grand groupe de cosmétique. Un soir, alors qu’elle doit ramener un projet d’affiche, elle entend quelque chose qu’elle n’aurait jamais dû entendre. Les sbires l’éliminent, mais grâce à Minuit, un chat d’une race égyptienne très rare, elle va reprendre vie et se trouver « réincarnée » en une femme chat. Rebaptisée Catwoman, Patience va essayer de découvrir qui et pourquoi on l’a tuée, afin de se venger.

Sincèrement, je ne sais comment commencer cette chronique sans vous dire que ce film est génialement nul. Génialement nul dans tout ce qu’il entreprend et le fait qu’il ait très mal vieilli apporte encore plus de mauvais au tout.

« Catwoman« , c’est un cas d’école. D’ailleurs, c’est un film qui devrait être étudié tant tout ou presque est raté ici. Oui, je dis presque, car pour sa défense, le « Catwoman » de Pitof a bien deux ou trois plans qui sont plutôt beaux dans leur imagerie et quelques bonnes idées, qui si elles ne fonctionnent clairement pas à l’écran, restent bonnes dans leur idée.

Mais pour le reste, il est difficile de s’arrêter sur tous les points immondes que le film enchaîne avec une fluidité déconcertante. La mise en scène est catastrophique, aucune ambiance, tout va bien trop vite et le montage assez épileptique donne des sueurs et des maux de tête. La photographie est indescriptible, tant tout est poussé au plus haut point. Les couleurs, les ombres, le teint des personnages, rien, absolument rien, ne tient la route.

On ajoute à cela que le film presque entièrement filmé sur fond vert a terriblement mal vieilli. Tout se voit et franchement, il y a de quoi rire, surtout qu’en bonus, les effets spéciaux sont aberrants d’horreur et de raté. Un comble pour un professionnel des effets spéciaux tels que Pitof.

Ce « Catwoman« , c’est aussi une histoire abracadabrantesque. Franchement, on ne croit pas un instant à cette intrigue tournée autour des produits de beauté. Pourquoi cette idée ?

Idem pour l’intrigue qui entoure la transformation de Catwoman. « Catwoman » n’est pas censée être une simple voleuse ? C’est quoi cette histoire mystique autour de chats d’Egypte ?

L’aberration se poursuit dans les choix ringards de la BO. Une BO pourtant confiée à Klaus Badelt, qui nous a offert pas mal de jolies BO. Et on ne parlera même pas des tubes du moment placés de façon opportuniste afin de donner un air cool et actuel au film.

Enfin, « Catwoman« , selon Pitof, c’est des acteurs génialement en surjeu. Halle Berry y croit tellement qu’elle en est touchante, moulée dans son costume raté. Sharon Stone est pitoyable dans un rôle pitoyable. Et l’on oubliera encore plus vite Lambert Wilson qui en fait des caisses et Benjamin Bratt qui se demande pourquoi il a signé. Comment le mec qui a un casting aussi bon arrive à rater sa direction d’acteurs à ce point ? Car franchement, seule l’immense Frances Conroy trouve un peu de crédit à nos yeux.

Catastrophe ambulante, raté en tout ou presque, le « Catwoman » de Pitof est un objet non identifié qui étonnera devant la puissance de son raté. Et finalement, ce « Catwoman » rentre haut la main dans la catégorie du nanar de luxe.

Note : 05/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=d6pJbjbRnAA[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.