décembre 2, 2020

Penny Dreadful Saison 3

D’Après une Idée de : John Logan

Avec Eva Green, Josh Hartnett, Timothy Dalton, Harry Treadaway

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 9

Genre: Fantastique

Résumé:

Dans le Londres de l’époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d’Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population…

Avis :

La troisième saison de Penny Dreadful est la dernière saison de la série. Selon le créateur de la série il ne pouvait en être autrement étant donné la fin de l’épisode 9 et la mention « The end » juste avant le générique final. Le générique de début de cet épisode est différent des autres : la musique n’est plus la même ainsi que les images. Celles-ci sont prises des épisodes précédents de cette saison et la musique est chantée par une voix féminine absolument magnifique qui s’accorde très bien avec la série et son thème.

La fin est triste, même si l’on comprend bien qu’elle est cohérente, logique et tout compte fait libératrice pour la majorité des personnages. Ce n’est tout de même pas si facile de quitter cette ambiance particulière, ses figures sombres et charismatiques ainsi que le Londres victorien que l’on a appris à apprécier malgré tous ses défauts.

Le premier épisode commence fort. On est replongé dans l’époque victorienne avec plaisir, notamment suite aux mentions de la mort du poète Alfred Tennyson, dont certains personnages vont citer des passages de ses œuvres les plus connues. Le côté lyrique et poétique est toujours aussi présent et colle tout à fait. Comme lors de la saison deux, cette saison est bien rythmée, avec aucun temps mort et un suspense insoutenable. Cette saison, comme les autres, amène un nouvel et dernier ennemi : un vampire bien connu de tous et essayant d’attirer Vanessa dans ses filets.

Vanessa, Ethan, le docteur Frankenstein, Dorian Grey et Sir Malcolm Murray sont séparés en ce début de saison et vivent chacun des aventures bien différentes mais qui finiront par se relier. Vanessa continue tant bien que mal de survivre seule, sans l’aide de ses amis les plus proches, tous partis en expédition loin de l’Angleterre. Ses vagabondages vont lui faire rencontrer principalement trois nouveaux personnages importants : une thérapeute du nom de Seward qui lui rappelle une personne emblématique de son passé et qui l’aidera à se rappeler des évènements marquants ; le docteur Sweet, le zoologiste, amoureux des sciences et de la vie, qui va lui faire tourner la tête et le cœur ; et Catriona Hartdegen, une thanatologue, spécialiste de la mort, qui l’aidera dans ses recherches. Ces trois nouveaux personnages sont incroyablement attirants et captivants dès le moment où on les aperçoit. Leur puissance n’a rien à jalouser à celle de nos héros, tant leur force, répliques et implications sont de valeur.

Ethan, quant à lui, doit retourner chez lui, en Amérique, sous la menace des agents fédéraux qui l’ont capturé. Le premier épisode reconstitue les paysages du Nouveau Mexique de cette époque avec brio. On a l’impression de revivre un authentique film de western sous nos yeux. Les reconstitutions des combats armés, des poursuites dans les trains, des lieux et des modes de vie nous enchantent. Les aventures d’Ethan vont le mener loin, notamment dans sa famille où des drames vont se produire. Accompagné d’une ancienne ennemie de la saison 2, Ethan se perdra en chemin mais finira par se rappeler ses sentiments envers Vanessa qui l’attend désespérément et ira la retrouver. Le personnage est ici intéressant car on le voit passer par des périodes de transition, de doute intense et de réflexion sur son rôle, sa vie et son avenir. Durant son voyage, outre sa famille biologique, Ethan va également renouer avec sa famille Apache. Cette saison appuie ainsi sur le racisme de l’époque envers les Indiens et nous fait redécouvrir ces combattants vaillants à travers des dialogues dans leur propre langue, des récits héroïques et des scènes d’action inoubliables.

Frankenstein est anéanti suite au comportement abject de ses créations et s’en va demander du soutien à un certain docteur Jekyll qui lui fera part de ses découvertes sur la dualité de l’être humain, du côté perverti qui peut être extrait de sa chair. Ce conte bien connu du docteur Jekyll et Mister Hyde est bien amené dans cette saison et reste en totale cohérence avec le reste du récit. On se plaît à suivre les aventures de ces deux fous scientifiques.

Dorian Grey continue ses machinations toujours plus perverses et agace. Ses actes sont froids, comme son attitude même si on le voit douter à un moment donné.

Enfin, Sir Malcolm Murray est au Zanzibar en ce début de saison et, comme le Nouveau-Mexique, l’Afrique de l’époque est bien représentée. Son chemin va le mener à suivre Ethan, dont il se rapprochera, nous montrant des moments rares de respect et d’affection.

Peut-être encore plus sombre que les deux saisons précédentes, cette saison est sanglante et n’hésite pas à choquer. Certaines scènes de massacres et de tueries fascinent tant elles sont cruelles et horribles. De plus, la saison trois amène un niveau de réflexion plus poussé. En effet, le thème du combat des femmes pour leur liberté et l’égalité est central ainsi que les thèmes du racisme, de la rédemption et de l’amour.

Une fin belle mais néanmoins obscure et qui touche. Combattre ses démons intérieurs n’est pas chose aisée mais reste une lutte que l’on doit mener constamment, quitte à s’y perdre corps et âme.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.