octobre 27, 2020

Road to Paloma

De : Jason Momoa

Avec Jason Momoa, Robert Mollohan, Lisa Bonet, Sarah Shahi

Année : 2014

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

En fuite après avoir vengé le meurtre de sa mère, un homme va découvrir que la justice a un prix.

Avis :

Jason Momoa est un acteur américain qui s’est fait connaitre grâce à ses rôles récurrents pour le petit écran. Il commence dans « Alerte à Malibu » et participe à plusieurs saisons de « Stargate: Atlantis« . Puis c’est en 2010 que tout change, quand il apparaît en Khal Drogo dans la première saison de « Game of Thrones« . Depuis, on monte des séries sur son nom, « The Road red« , ou bien le grand écran fait appel à ses services, que ce soit pour de petits films de série Z, le cinéma indépendant ou encore plus récemment le blockbuster, puis Jason Momoa a rejoint la Team DC Comics en incarnant « Aquaman« .

Si Jason Momoa est connu et reconnu en tant que comédien, c’est avec plaisir et curiosité que l’on découvre que l’acteur est aussi réalisateur. Et après un court-métrage, « Brown Bag Diaries: Ridin’ the Blinds in B Minor« , réalisé en 2010, Jason Momoa s’est lancé dans son premier long métrage. « Road To Paloma » est donc son bébé, puisqu’en plus d’en assurer la réalisation et d’y tenir le rôle principal, il a aussi écrit son film et l’on retrouve son nom à la production. Jason Momoa s’assure donc une liberté totale et à la découverte de cette œuvre singulière, on ne peut qu’en être ravi. Road Trip spirituel, mélancolique, sur fond de cavale, Jason Momoa livre un premier film hypnotique qui dégage un caractère fort et étonnant, un peu comme une brute tranquille. Un premier film en forme de pépite qui mérite amplement qu’on le sorte de l’ombre dans laquelle il se trouve.

Robert Wolf a tué l’homme qui a violé et tué sa mère. Dès lors, sa vie en fut profondément et à jamais bousculée. Recherché depuis presque un an, Wolf parcourt le désert américain au guidon de sa bécane, espérant en vain un autre destin que celui de la prison, car si Wolf ne regrette pas ce qu’il a fait à cet homme, il regrette ce qu’il a perdu.

Parcourir les routes à moto, sans vraiment d’autre but que l’envie de vivre des derniers instants et rendre hommage à une mère, sauvagement agressée et tuée, voilà ce que nous propose Jason Momoa avec son premier film. « Road To Paloma » est un film qu’on pourra qualifier d’être à l’image de son réalisateur, charismatique, percutant et en même temps touchant.

L’intrigue que nous raconte ici Jason Momoa n’est pas incroyable et ne va pas plus loin dans ses grandes lignes qu’un homme qui fuit la police, et veut reprendre les cendres de sa mère. Mais pourtant, malgré ce côté commun que l’histoire nous raconte, Jason Momoa arrive à y insuffler quelque chose de captivant. En fait, « Road To Paloma » est un film qui tient principalement sur l’ambiance qu’a réussi à capturer son réalisateur. Une ambiance aussi mélancolique que funèbre, car au gré des rencontres du personnage, le réalisateur laisse une sensation étrange, un peu comme si une fatalité injuste s’était mise en place.

Une ambiance magnifique qui laisse place à la contemplation de ce grand ouest américain. Jason Momoa nous immerge totalement et nous offre un film aussi lumineux qu’un magnifique coucher de soleil. Et si l’on devine très vite que le film ne pourra que mal se finir, il n’en reste pas moins que Jason Momoa nous tient avec intérêt, émotion, et même une touche d’humour.

Doté d’une photographie à tomber, d’idées de mise en scène qui ont de la gueule et d’une BO Folk, Rock et même Hard Rock, Jason Momoa démontre un talent certain pour la réalisation. Son film lui ressemble et reste très loin des grosses machines d’Hollywood. Ici, il se dégage une sincérité et une spontanéité qui envoûte. On sent que Jason Momoa n’a pas de gros moyens. D’ailleurs, l’image transparait sans retouche, sans filtre et c’est mieux, car à l’heure où Hollywood trafique et truque ses films, Jason Momoa revient à l’essentiel et démontre qu’un film peut être bon et captivant sans pour autant tomber dans la démesure à tous les niveaux. Jason Momoa prend tout son temps pour décrire son personnage, sa fuite, ses rencontres et son histoire et finalement, à l’arrivée du générique, une seule phrase vient en tête, c’était superbe.

C’est Jason Momoa qui tient le premier rôle et alors qu’on a l’habitude de voir l’acteur dans des rôles durs, avec Robert Wolf, il dégage quelque chose de très tranquille. Charismatique à chaque plan, on se laisse toucher par l’histoire du personnage et le jeu nuancé de son comédien.

Avec ce film, Jason Momoa a réuni des comédiens loin d’Hollywood, des comédiens qu’on connaît, sans trop les connaitre non plus. Ainsi, on retrouve la femme de Jason Momoa, la belle et talentueuse Lisa Bonet, pour une rencontre en dehors du temps. Jason Momoa a aussi fait appel à Sarah Shahi (« The L World« ), Robert Mollohan, un pote rencontré sur le tournage de « Wolves« , Michael Raymond-James (« Once Upon A Time« ), ou encore l’immense Wes Studi (« Danse avec les loups« , « Le dernier des Mohicans« ). Bref, un bien beau casting, qui en plus de tenir la route, est agréable, car il change des têtes qu’on a l’habitude de voir.

Avec ce premier film, Jason Momoa arrive bien plus qu’à nous convaincre. Avec ce premier métrage, il démontre qu’il peut être un réalisateur intéressant. « Road To Paloma » est un film qui respire l’envie de cinéma, qui respire la sincérité. C’est un film qui nous prend et malgré son côté lent, à aucun moment il nous ennuie.

Bref, entre réflexions sur la vie, l’amour et de belles chevauchées perdues à la « Easy Rider« , Jason Momoa nous livre une petite merveille qui a de gueule.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.