novembre 26, 2020

Jours de France

De : Jérôme Reybaud

Avec Pascal Cervo, Arthur Igual, Fabienne Babe, Nathalie Richard

Année : 2017

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Au petit matin, Pierre quitte Paul. Au volant de son Alfa Roméo, il traverse la France, ses plaines, ses montagnes, sans destination précise. Pierre utilise Grindr, une application de son téléphone portable qui recense et localise pour lui les occasions de drague. Mais Paul y a recours aussi pour mieux le suivre. Au terme de quatre jours et quatre nuits de rencontres – sexuelles ou non – parviendront-ils à se retrouver ?

Avis :

Jérôme Reybaud est un quasi-inconnu dans le paysage cinématographique français. « Jours de France » est le premier long-métrage de fiction de son réalisateur. Oui, je dis de fiction, car avant « Jours de France« , Jérôme Reybaud avait déjà réalisé des courts-métrages, et par la suite, il aura fait un film documentaire sur Paul Vecchiali, réalisateur sulfureux de la nouvelle vague, dont quelques thèmes et peut-être même quelques influences vont se ressentir dans le premier film de Jérôme Reybaud.

Pour son premier film, Jérôme Reybaud nous invite sur le papier à lâcher prise et se laisser guider par le hasard. Sa bande-annonce lumineuse donnait le ton. Une renaissance, un road trip, un parcours initiatique et un brin de modernité… bref, « Jours de France » avait le don d’attiser la curiosité. Mais voilà, si le voyage dans le centre de notre beau pays est formidablement bien filmé, « Jours de France » s’avère être une amère déception. Aucune émotion, aucune empathie pour les personnages, dont on apprendra rien, des scènes qui se suivent et qui sont toutes plus aberrantes et vides de sens les unes que les autres et le tout mené par le non-jeu de ses acteurs… C’est franchement la terrible déception. Et cerise sur le gâteau, le tout est étalé sur deux heures vingt de film. Quel ennui !

Pierre est un jeune de trente-six ans qui habite à Paris. Un matin, il décide de tout plaquer. Il quitte alors son amoureux, ne lui laissant que du vide sans réponse. Paul prend sa voiture et se met à rouler sans but, ni direction précise. Paul, son amoureux abandonné sans réponse, décide de louer une voiture et de retrouver Pierre. Paul sait que Pierre utilise l’application Grindr pour trouver des hommes qui pourraient nourrir sa solitude. Commence alors un jeu de piste. Peut-être que les deux amants se retrouveront, et si cela se produit, que se passera-t-il ?

On a tous eu l’envie de près ou de loin un jour de tout plaquer et de s’enfuir et c’est là que commence le film de Jérôme Reybaud. « Jours de France« , sur le papier, c’est une évasion. C’est une envie de revivre, de retourner aux sources. C’est un road movie à travers le milieu de la France à la rencontre de gens simples et atypiques en même temps. C’est des moments de plaisir charnel ou des moments de remises en question. Bref, c’est un film qui se veut être une réflexion sur l’homme, sur soi, sur le désir, et plus largement sur la vie en général.

Mais si sur le papier, et dans l’idée, ça fonctionne, à l’image, ce n’est pas le cas et on va très vite s’en rendre compte. Très très long moment, pour ne pas dire interminable, « Jours de France » est un film qui n’offre rien pour captiver l’attention de son public (d’ailleurs, les soupirs, tous comme les gens qui sortent, en disent très long), si ce n’est les sublimes paysages de France.

« Jours de France« , c’est un film qui enchaîne les erreurs comme Woody Allen enchaîne les films. Et avant même le rythme interminable que détient le film (un rythme dont les longueurs finissent tant par se rejoindre, qu’elles ne forment qu’une seule et même longueur).

Avant même les discours philosophiques assez prétentieux, pompeux et lourds que le film nous sert. Et les tirades, parfois, sont à l’image du film, interminables.

Avant même ces rencontres improbables et absolument pas crédibles pour un sou (aucune personne dans la vraie vie ne ressemble à la galerie de personnages qui nous est présentée ici) –  on pourra même dire qu’à force de vouloir sortir des sentiers battus, le film finit par agacer grandement – plusieurs scènes sont des aberrations et là encore, personne ne réagit comme les personnages dans la vraie vie, dépression, burnout ou juste l’envie de foutre le camp, n’arriveront pas à justifier certaines scènes.

Mais non, avant tout ceci, le problème majeur du film de Jérôme Reybaud, c’est son personnage principal et la façon que le réalisateur a de nous le présenter et de nous demander de le suivre et d’être touché par lui. « Jours de France » dure deux heures vingt et à la sortie, finalement, on ne connaît absolument rien de son personnage, hormis quelques détails futiles et dispensables. Pourquoi cette envie de tout plaquer ? Pas de réponse. Pourquoi cette envie de se séparer de son amoureux ? Pas de réponse. Depuis combien de temps étaient-ils ensemble ? Pas de réponse, tant la suggestion est large. La liste est longue sur la non-information sur ce personnage, son histoire, sa vie, son malheur.

Et petit plus, c’est l’excellent Pascal Cervo, qui se trouve être totalement éteint ici. Aucune émotion, aucune vie, il parle comme il conduit, lentement, sans émotion, sans vie. Il fait l’amour comme il conduit, lentement, sans émotion, sans vie. Il se cherche comme il conduit, lentement, sans émotion, sans vie. Bref, on l’aura compris, l’ennui se ressent tout au long du film et alors qu’on aurait pu se rattraper à un personnage attachant et touchant, le fait de suivre un étranger, dont on ne sait absolument rien, devient lourd et chiant, en plus d’être long.

Ne racontant rien, ne détenant pas de personnages qu’on a envie de suivre, prétentieux dans son discours et ses dialogues. L’idée était sympathique au départ, mais le résultat s’est trouvé très vite chiant.

Bref, le moment fut d’une extrême longueur…

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.