octobre 28, 2020

Dion – Tank Full of Blues

1327468464_dion-001

Avis :

Très souvent, quand on voit un vieux monsieur avec une jolie barbiche blanche sur une pochette d’album, on est quasiment sûr de tomber sur un album de blues, ou de jazz. Encore que pour le jazz, le port du costard est quasiment obligatoire.  Le truc, c’est que généralement, le type a des années de carrière, il est super connu dans son métier, c’est un guitariste émérite, et finalement, seuls les fanas du genre connaissent. Pourquoi ? Moi j’aime découvrir des trucs sympathiques, j’aime que l’on me propose de nouvelles choses à écouter, alors pourquoi c’est toujours les mêmes choses sur les devantures de magasins de musique ou dans les rayons spécialisés des grandes enseignes ? Dion, bien éloigné de Céline, il ne fait pas de la mélasse lui, est n bonhomme de 73 ans et qui a 55 ans de carrière. Il a monté un groupe, Dion and the Belmonts puis aujourd’hui, il fait une carrière solo. Tank full of blues est son dernier album et il s’agit là d’un disque de blues très classique, mais propre et techniquement assumé. Voyons voir de quoi il en retourne.

La première piste est le titre de l’album, Tank full of blues et le ton est donné d’entrée de jeu. C’est propre, c’est clair, ça chante bien mais surtout ça joue de la guitare. La prise de risque n’est pas grande, mais tout cela a le don de faire penser à la musique afro-américaine et ça fait du bien. Le deuxième titre est beaucoup plus calme, et c’est ce qui se fait de mieux dans le style blues, notamment avec un rythme lancinant et une ligne de basse redondante. Encore une fois, c’est du classique dans le genre, mais c’est vraiment bien foutu. Le troisième titre, Holly Brown reste dans la même veine que les morceaux précédents, en ajoutant une petit dose de clavier et deux guitares pour le prix d’une. On se surprend d’ailleurs à chanter en même temps que Dion, en répétant Holly Brown, Holly Brown. Le quatrième titre va plus chercher vers le rock and blues avec une introduction sèche et surtout une guitare plus saturée. Le chant est encore une fois parfait pour ce style musical, et les paroles, parlant de Robert Johnson, le soi-disant inventeur du rock des suites d’un pacte avec le diable à un croisement, sont bien sympathiques. Le titre numéro cinq est intéressant pour sa ligne de basse impeccable qui ne bouge pas durant plus de quatre minutes et une guitare qui fait tout un tas de petits solos et le tout rend superbement bien. Le sixième morceau est bien plus classique dans sa structure. Le rythme est le rythme que l’on entend le plus souvent dans les morceaux de blues mais encore une fois, tout cela est maîtrisé et foutrement entrainant. De plus le thème de l’amour perdu est récurrent dans ce genre de musique. You keep me cryin’ est le septième titre et il va chercher son style entre le blues et le rock, avec des guitares qui sonnent plus rock mais un rythme très bluesy et des paroles encore une fois d’amour déchu. Tout cela fait bien bouger la tête et rentre bien pour ne plus ressortir. La maîtrise technique de la guitare est vraiment très bonne. My Michelle, sorte d’hommage aux Beatles parfait le tableau des chansons de blues bien rythmées, avec une guitare toujours aussi présente et peut être une ligne de batterie plus audible et d’une constance incroyable. Les deux chansons suivantes sont dans le même moule que les musiques précédentes, c’est-à-dire maîtrisées, classiques et bien foutues. Mais s’il faut noter un problème dans tout l’album, c’est que les titres se ressemblent un peu et parlent beaucoup de la même chose. Ceci étant, on ne peut qu’apprécier la technicité et la performance du guitariste. Enfin, la dernière piste change vraiment de tout ce que l’on a pu entendre, car il s’agit d’un poème chanté en l’honneur du Bronx, lieu où a grandi Dion et c’est vraiment magnifiquement mis en musique. La guitare sublime le chant, et pour une fois, on peut dire que l’on a une sorte de slam de qualité, avec une vraie mélodie derrière. Bizarrement, c’est le titre qui m’a le plus touché malgré certaines paroles que je ne capte pas tous les temps.

Au final, Tank full of blues, le dernier album de Dion est une vraie réussite dans le style Blues. Guitariste de talent et chant à la fois mélodieux, entrainant et triste, on tient un album de qualité malgré le peu de prise de risque, car tout cela est très classique. Mais comme c’est vraiment bien foutu et rudement maîtrisé, on ne peut qu’applaudir ce qu’à fait ce bonhomme de 73 ans. Un album que je conseille aux amateurs de blues et de guitares en général.

  1. Tank Full of Blues
  2. I Read It (in the Rolling Stone)
  3. Holly Brown
  4. Ride’s Blues
  5. Two train Medley-Still a Fool-Ramblin’ On my Mind
  6. Do You Love Me Baby
  7. You Keep me Cryin’
  8. My Michelle
  9. My Baby’s Cryin’
  10. I’m Ready to Go
  11. Bronx Poem

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.