Suicide Silence – Suicide Silence

Avis :

Le metalcore est un genre assez répandu aux Etats-Unis, mais relativement peu chez nous, la faute à un rangement dans le genre extrême et même pour certains « metalleux », le metalcore est bien trop bourrin et poussif. Et comment dire le contraire en fonction de certains groupes comme Carnifex, qui n’arrive jamais à sortir de leur zone de confort, tapant à bâtons rompus sur la double-pédale et vociférant à tout va des borborygmes incompréhensibles. Malgré tout, le métalcore possède des groupes qui valent vraiment la peine à l’image de Suicide Silence, un groupe qui possède une vraie histoire, et qui prouve avec cet album une véritable envie d’évoluer. Deuxième album après le décès lors d’un accident de moto de Mitch Lucker, ancien frontman du groupe, Suicide Silence se lance dans un projet assez complexe et qui risque fort de décontenancer les fans de la première heure. En effet, si les riffs agressifs sont toujours bien présents et que le nouveau chanteur hurle à tout va, certains titres seront complètement différents de ce que fait le groupe habituellement et on sent une certaine maturité, une volonté certaine de faire un genre hybride, entre le métal plus traditionnel et le metalcore violent que l’on connait.

Ce cinquième album débute avec Doris, un titre qui ne fait aucunement référence au poisson amnésique du Monde de Nemo. Ce premier morceau est là pour rassurer quelque peu les fans, malgré quelques insertions en chant clair et aigu, notamment lors du refrain. Les riffs agressifs sont bien présents, les growls sont bien insistants et finalement, le groupe ne sort que très peu de sa zone de confort, hormis lors d’un break aérien et planant qui étonne par sa sensibilité. Que les fans se rassurent, le groupe n’oublie pas quand même ses premiers amours et livrent quelques titres hyper violents où la double-pédale prend cher, comme sur Hold me Up, Hold me Down, un titre qui frôle le non-sens musical tant ça part dans tous les sens sur la fin. On peut aussi citer le dernier morceau de l’album, Don’t Be Careful You Might Hurt Yourself, qui se révèle presque pénible tant ça va trop vite et trop fort, annihilant un côté mélodique, ce qui peut paraître décevant. Mais finalement, c’est un peu ce qu’est Suicide Silence, un groupe de metalcore qui n’hésite pas à envoyer la sauce et à partir très loin dans la violence. Cependant, on retrouve toujours des riffs plutôt rock n’roll au sein des titres, ce qui a tendance à adoucir le son et du coup, le groupe montre toute une palette de talents, picorant des références à droite et à gauche.

Mais, comme dit plus haut, cet album semble être celui de la maturité et du clivage pour le groupe. Parmi les neuf pistes présentes, certaines semblent être des expérimentations et la formation va en déconcerter plus d’un. En premier lieu, et même si les riffs sont très lourds, Silence annonce la couleur avec un chant clair presque dépressif, donnant une atmosphère lourde et prenante au morceau. Le groupe fera immédiatement référence à Deftones (un groupe auquel ils ont déjà fait des reprises) avec ce morceau et un refrain qui rentre immédiatement en tête de par sa mélodie efficace et acérée. On peut aussi citer Dying in a Red Room, qui est aussi suave et mélancolique qu’un morceau du groupe de Chino Moreno. Mais ce n’est pas tout, le groupe part aussi vers un métal plus traditionnel qui fera écho à Slipknot ou encore à Adema, notamment sur des titres comme Run ou encore le glauque The Zero, un excellent titre à l’ambiance glaçante et triste. Le groupe surprend, étonne, mais surtout enchante et montre que le nouveau chanteur peut faire autre chose que du growl graveleux. Grâce à cela, la formation trouve un juste équilibre entre ce qu’aime les fans et un nouveau son qui va permettre au groupe de partir vers d’autres horizons. Une innovation salvatrice dans un genre qui a tendance à tourner en rond. Enfin, difficile de ne pas citer le déroutant Conformity, un titre touchant et beau, qui montre la sublime voix du chanteur en chant clair et posé. Un vrai choix osé pour le groupe qui réussit un pari pourtant loin d’être gagné.

Au final, l’album éponyme de Suicide Silence, cinquième skeud studio, est une vraie réussite sur quasiment tous les plans. Si le métalcore est toujours présent, il se fait tout de même plus discret pour laisser place à d’autres styles et à une orientation moins agressive même si les riffs de grattes sont toujours aussi lourds. On sent de nombreuses références totalement digérées et le groupe sert un album différent mais complètement réussi autant sur le fond que sur la forme. N’en déplaisent aux fans hardcore.

  1. Doris
  2. Silence
  3. Listen
  4. Dying in a Red Room
  5. Hold me Up, Hold me Down
  6. Run
  7. The Zero
  8. Conformity
  9. Don’t Be Careful You Might Hurt Yourself

Note: 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net