Festival International du Jeu de Cannes 2017

« Festival de Cannes, premier jour.« 

J’ai toujours rêvé de dire ça. En fait non, mais je me suis dit que tant qu’à être à Cannes pour un festival, autant commencer par une citation d’un des meilleurs films français de tous les temps.

 

Alors, le FIJ (Festival International des Jeux, comme écrit dans le titre), c’est quoi au juste ? Pour faire simple, il s’agit du plus grand salon de France dédié au jeu sous toutes ses formes, et l’un des trois plus grands au monde. Rien que ça. Il se déroule dans le Palais des Festivals de Cannes, sur la Croisette, celui-là même qui abrite également le Festival du Film de Cannes tous les ans. Qui est certes plus connu que celui des jeux, mais cela n’est pas le propos.

 

(D’avance désolé pour la qualité des photos mais je n’avais que mon portable…)

 

Donc on y fait quoi, dans ce fameux FIJ ? En deux mots : ON JOUE ! Oui ça paraît idiot mais on passe bien notre temps à jouer. A quoi, me direz-vous ? Eh bien… Pour commencer, on joue à des jeux dits classiques. Echecs, Go, Shogi, etc… On joue aussi à des jeux vidéo (plusieurs gros tournois sont organisés pour l’occasion). On joue également à la sélection des As d’Or, récompenses annuelles valorisant trois jeux sortis l’année précédente dans trois catégories : As d’Or (tout public), Expert et Enfant. On joue également à des jeux qui ont fait leurs preuves tout au long des années. On joue à des jeux qui seront disponibles dans les prochains mois, vendus en avant-première dans le salon. On joue également à des jeux encore à l’état de prototypes en phase de tests, qui finiront ou pas par être édités et distribués.

Des gens qui jouent à Célestia… Dans l’aéronef de Célestia. Classe !

 

Concrètement, on se balade le long des allées, on trouve une table libre, un animateur nous explique les règles du jeu et on joue. Ou bien on repère un jeu qui semble intéressant, on attend que la partie se termine et on prend place. Des boutiques sont disséminées un peu partout, nous permettant d’acheter l’objet de notre convoitise, celui que nous venons tout juste d’essayer et qui nous a tant plu. A moins que le titre n’ait pas convaincu plus que cela, ce qui arrive souvent. L’avantage d’acheter au FIJ est que les boutiques ont souvent des prix très compétitifs et offrent des petits goodies (cartes promotionnelles, jetons, badges, etc) et que certains auteurs et illustrateurs sont présents pour dédicacer leurs œuvres.

Le FIJ c’est enfin l’occasion de tester des prototypes, comme je l’ai dit, mais également de discuter avec les créateurs, d’échanger des idées pour qu’ils améliorent leur exemplaire de démonstration en opérant quelques changements pour que le jeu sorte au final.

Le festival Off, ou les rencontres entre auteurs de prototypes et joueurs.

Pour vous faire (re)découvrir l’événement, j’ai choisi de me concentrer sur les jeux que j’ai pu tester. Mais d’abord… La fameuse remise des As d’Or. Dans la catégorie Enfant étaient nominés l’Âge de Pierre Junior, Kikou le Coucou et Animouv. Pour la catégorie Expert il s’agissait de Conan, Scythe et Star Realms. Pour la catégorie As d’Or jeu de l’année les heureux élus étaient Codenames, Imagine, Kingdomino et Unlock!.

 

Petite blague de Monsieur Phal lors de la remise des prix, s’adressant à un public de connaisseurs : « C’est quoi la différence entre un bon jeu et un mauvais jeu ? Si vous ne le savez pas, que faites-vous ici ? » J’ai bien aimé….

Juste un petit mot sur l’organisation, le fléchage n’est parfois pas à la hauteur et l’on se perd facilement… Pour trouver les showrooms et autres salles en dehors du festival officiel c’est souvent difficile… Mais trêve de bavardage et place aux jeux !

Faire un listing par journée m’a semblé fastidieux et fort inapproprié, aussi ai-je décidé de donner mon avis sur tous les jeux testés selon les cas : prototypes, à paraître, sorties récentes, récompensés.

Prototypes

Frankensbire est un jeu de programmation dans lequel les joueurs piochent dans leur sachet des tuiles ayant différents revêtements (en résille, lisse, rugueux, cotonneux etc), ces tuiles déclenchant diverses actions selon la texture piochée. Ces actions permettent au pion du joueur d’attaquer les adversaires sur un damier, le tout dans une ambiance de monstres constitués de différentes parties de corps, d’où le nom. Une bonne idée, à voir comment elle va être exploitée par la suite.

 

 

Abycity est un jeu de programmation se déroulant au cœur des abysses (merci monsieur de la Palice), les joueurs doivent construire des cités dans les profondeurs, relier les cités entre elles pour en déclencher les effets, les coloniser, en maîtrisant la pollution qui s’en échappe à l’aide des sous-marins. Complexe mais intéressant, et pourvu d’un plateau en 3D constitué de 3 anneaux concentriques sur lesquels sont placées les cités. Très prometteur.

 

 

 

Steamers est un jeu d’enchères dans lequel les joueurs récoltent des ressources à l’aide de leurs machines étonnantes (comme la Mirifique Flamelleuse) pour acheter des machines, les réparer, dans le but d’engranger des points de victoire. Le thème du steampunk est très présent et très bien exploité, les illustrations superbes, et le jeu se veut calculatoire. A suivre de très près.

 

 

Feel Mee est en quelque sorte un mélange entre Dixit et Empathy, chaque joueur à son tour incarne un scénariste qui doit raconter une histoire selon certaines contraintes, dont des émotions. Les autres joueurs devront identifier les émotions ressenties par le personnage principal et leur intensité, sachant que ce dernier ne peut raconter son histoire que de manière factuelle. Prometteur, surtout si l’on aime les jeux de narration.

 

Terwitt est un jeu de programmation dans lequel les joueurs choisissent des cartes action permettant de se déplacer et d’accomplir diverses manœuvres. Mais ici nous contrôlons un drone de minage qui peut extraire des gemmes servant à acheter de nouvelles cartes ou attaquer les adversaires. Plutôt intéressant et pourvu d’une condition de victoire alternative.

 

 

 

Jelly squad est né dans les laboratoires de Libellud, maison d’édition de jeux à qui l’on doit le célébrissime Dixit. Dans ce jeu de majorité les joueurs lancent frénétiquement leurs dés et doivent les poser sur les emplacements prévus dans le but de récupérer des doses de gelée d’un monstre envahissant la ville. Chaque face du dé possède une capacité. Simple mais amusant et rapide.

 

 

 

Stellium se déroule sur un plateau spatial. Les joueurs doivent placer des billes de couleur (chacune ayant une capacité) dans le but de remplir des objectifs impliquant d’avoir placé certaines billes d’une certaine façon, sachant que ces dernières peuvent en faire bouger d’autres, faire pivoter le plateau, etc. Un jeu de scoring qui semble intéressant.

 

 

Altigen est un jeu de majorité dans lequel les joueurs placent leurs vaisseaux de différentes valeurs sur les planètes pour effectuer certaines actions, sachant que des dés déterminent les valeurs maximales des vaisseaux mais qu’un mauvais score permet d’obtenir des bonus par ailleurs. Intéressant mais un peu complexe et pas encore équilibré.

 

 

 

Les Maîtres de l’Apocalypse (nom provisoire) nous place sur un plateau composé de tuiles amovibles disposées en losange. Les joueurs incarnent une équipe de survivants dans un monde en pleine destruction et peuvent jouer eux-mêmes des jetons Désastre pour faire sauter le plateau et les survivants adverses. Simple, fluide, court et très amusant.

Stairway to Valhalla est issu de l’imagination des créateurs de Vikings Gone Wild. Se déroulant dans le même univers, il s’agit ici d’un jeu de lancers de dés, qui permettent d’amasser de l’or, de la bière pour acheter des bâtiments, et d’attaquer ses adversaires. Mais attention à la face Loki… Encore trop tôt pour se faire un avis mais prometteur.

 

A paraître

Seeders : Exodus est un jeu de majorité dans lequel les joueurs placent des pions affiliés à chacune des 6 factions, dans le but de récupérer des cartes Modules ou Equipages de ces factions. Chaque carte  permet de déclencher une capacité et/ou de gagner des points de victoire. Pourvu d’un thème ancré dans un univers très vaste, ce jeu a séduit tous ceux qui s’y sont essayé par ses mécaniques assez simples mais pleines de subtilités.

 

 

 

Wake Up Cthulhu ! nous place dans la peau d’un cultiste voulant réveiller le célèbre Grand Ancien. Les joueurs dépensent des cartes ingrédients pour lancer des sorts qui permettent soit de placer des bougies pour réveiller Cthulhu, soit déclencher d’autres effets. Mais attention de ne pas s’approcher de trop près, et attention de ne pas dévoiler une malédiction… Un jeu simple et sympathique mais qui manque de clarté par endroits, et est pourvu de quelques erreurs de frappe dues à l’adaptation française (R’yleh au lieu de R’lyeh) qui déplairont aux puristes.

 

 

Century : la route des épices est un jeu de cartes dans lequel les joueurs vont gagner des ressources ou les transformer en ressources de plus haute valeur pour acheter des quartiers et marquer des points de victoire. Une mécanique simple pour un jeu de scoring plein de subtilités.

 

 

 

Version géante Spéciale FIJ

Version Normale

Attack On Titan est un jeu issu de la célèbre licence manga du même nom. Il s’agit d’un jeu semi coopératif dans lequel un joueur incarne le Titan et les autres doivent le battre en prenant la place des héros du manga. Ces derniers lancent des dés et peuvent les conserver pour déclencher certaines actions, mais une des faces permet au Titan de lancer ses capacités. Le plateau est en 3D et respecte parfaitement la licence, tout comme les pouvoirs uniques des héros. Le jeu peut être gagné assez rapidement par une équipe ou l’autre selon les parties mais le tout est très sympa et immersif.

 

 

 

 

 

 

Mythic Battles Pantheon est un jeu de figurines qui ne cesse de faire parler de lui. Doté d’une mécanique innovante pour le style à base de deck de cartes et de créatures et dieux légendaires, les combats se résolvent tout de même à coups de lancers de dés. Les figurines sont de très bonne facture et les illustrations superbes. Le kickstarter a déjà eu un énorme succès, au point qu’un financement tardif a été ouvert pour les retardataires.

Outlive nous place à la tête d’un groupe de survivants après une guerre nucléaire. Il nous incombe de sortir de notre abri pour récolter eau et matériaux, chasser pour nourrir nos survivants, et baisser le niveau de radiations s’infiltrant petit à petit… Tout en mettant la pression sur les survivants adverses. Un thème très bien exploité pour une mécanique à base de déplacements tactiques et gestion de ressources, avec un peu d’interactions entre les joueurs. Une très bonne première impression pour un jeu assez complexe à prendre en main.

 

Sorties Récentes

 

Les Inventeurs est un jeu de Fred Henry, connu pour Timeline, les Bâtisseurs, et surtout Conan, nominé As d’Or cette année. Ce titre est très similaire à Bâtisseurs dans l’idée, à savoir utiliser des personnages ayant différentes caractéristiques pour construire des bâtiments ayant certains besoins dans certaines de ces caractéristiques. Ici, le thème est différent et plus attrayant et les interactions entre joueurs plus nombreuses. Le scoring est également différent. Sympa mais n’ajoute pas énormément de choses si l’on possède déjà Bâtisseurs.

 

 

 

Vikings on Board est un jeu de placement. Nous devons sélectionner des actions pour envoyer des drakkars à la mer, sachant qu’ils sont constitués de parties de différentes couleurs (correspondant aux joueurs). Celui qui a le plus gros morceau emporte la majorité. Principe simple mais de nombreuses actions possibles, l’on passe son temps à réfléchir « si je fais ça, lui a la possibilité de faire ça et lui pourra faire ça et m’embêter, donc il vaut mieux que je fasse ça mais alors lui pourra me contrer en faisant ça… » . Le temps de réflexion s’en ressent mais le principe est très sympa.

 

 

Not Alone nous envoie sur la planète Artémia, un des joueurs incarne la Bête autochtone et les autres des explorateurs dont le vaisseau s’est écrasé sur cette planète. Eux doivent jouer des cartes Lieu et coopérer en explorant divers endroits pour déclencher certains pouvoirs et envoyer un SOS pour être rapatriés, tout en évitant la Bête. Elle doit réussir à traquer les aventuriers en devinant leur carte Lieu et les assimiler pour qu’ils fassent partie de la planète… Un jeu très prenant dans lequel il faut user de psychologie, d’intuition et de déduction.

 

 

 

Fold It est un petit jeu d’ambiance. Les joueurs possèdent un napperon découpé en 16 cases sur lesquelles figurent des plats. L’on retourne une carte et comme le nom du jeu l’indique, il faut plier le napperon pour que les plats inscrits sur la carte soient les seuls à apparaître. Un peu casse-tête mais très amusant.

 

Récompensés

 

Catégorie Enfant

L’Age de Pierre Junior nous place dans à la préhistoire. Chaque joueur retourne à son tour un jeton face cachée, puis soit avance jusqu’à la case indiquée par le jeton, soit avance d’autant de cases que le chiffre inscrit sur le jeton, le cas échéant. Les cases permettent de récolter des ressources ou d’acheter une hutte avec ces ressources, auquel cas tous les jetons sont remis face cachée. Mécanique de mémorisation, de dépense de ressources, de comptage de cases.

 

 

 

 

Animouv est le seul jeu nominé que je n’ai pas pu tester, pas d’avis donc.

Kikou le Coucou reprend le principe des Mikado, les joueurs piochent des baguettes de bois dans la boîte du jeu cylindrique, et les placent au milieu des autres, horizontalement. S’ils trouvent une baguette avec deux extrémités de couleur identique ils peuvent placer un de leurs œufs dans le nid formé des fameuses baguettes. Ils doivent se débarrasser de leurs œufs sans qu’ils tombent au fond de la boîte pour enfin placer le coucou au dessus et gagner la partie s’il tient. Mécanique de reconnaissance de couleurs, dextérité et adresse. Très sympa.

Catégorie Expert

Conan est un jeu de figurines de Fred Henry, plaçant les joueurs à la tête du groupe du célèbre barbare, tandis qu’un autre joueur incarne l’Overload, entité combattant les héros par le biais de ses sbires. Mon article pour mon avis dessus : http://www.lavisqteam.fr/?p=24153

Star Realms est un jeu de deckbuilding se déroulant dans un univers space opera. Les joueurs utilisent des cartes représentant des vaisseaux et des bases, leur permettant d’acquérir des vaisseaux de plus en plus puissants pour réduire à zéro les points de vie de l’adversaire. Un jeu très intéressant, pourvu d’une mécanique simple mais très efficace. Un peu trop simple à mon goût pour faire partie de la catégorie « Expert », mais il possède déjà de nombreuses extensions et des tournois sont organisés régulièrement.

 

 

 

Scythe nous place durant la première guerre mondiale d’une Europe alternative. Chacune des factions possède ses forces et ses faiblesses et chaque joueur à son tour choisit une action pour développer son peuple. Très très bon et très très intéressant, de nombreux choix possibles mais le tout est justement complexe et pas forcément intuitif. Mais cela n’enlève rien au plaisir de jeu, il mérite largement ce prix (et ses autres récompenses)

 

Catégorie As d’Or jeu de l’année

Kingdomino est signé par l’auteur français le plus prolifique, j’ai nommé Bruno Cathala. Le jeu est extrêmement simple, il s’agit de placer des dominos dont chaque côté représente un type de territoire, dans le but de marquer des points de victoire en fonction de nombre de tuiles de même type adjacentes. Les règles sont évidemment plus complexes mais la base est là. C’est très rapide (environ 15 minutes), très efficace et plutôt calculatoire malgré son apparente simplicité. Un must.

 

 

Imagine se situe dans la lignée du célèbre Concept. Il s’agit de faire deviner des objets, des expressions ou des actions en utilisant des cartes transparentes et en les manipulant, les faisant bouger, les assemblant. Très amusant comme jeu d’ambiance en début ou fin de soirée.

 

 

Codenames est un mélange entre Linq et Démineur. Chaque Maître Espion doit faire deviner les mots de sa couleur à son équipe en prononçant un seul mot par tour, mais ce mot peut faire référence à plusieurs mots à faire deviner, par association d’idées. Mais attention à ne pas faire trouver l’assassin qui met fin à la partie prématurément… Gagnant du Spiel Des Jahres, les règles sont simples et la rejouabilité énorme. L’on prend plaisir à enchaîner les parties et à en redemander, vu la durée moyenne (15 min). Du très bon.

 

 

Unlock! est donc le grand gagnant de cette édition des As d’Or. Il consiste en une Escape Room sous forme de paquet de cartes numérotées. Chaque carte contient soit une énigme, soit une « clé », soit une « serrure », et chaque énigme révèle un nombre qui est la prochaine carte du paquet à révéler pour avancer dans l’aventure. Le jeu de base contient 3 aventures à terminer en 1h chacune, jouables uniquement avec l’application du jeu qui fournit les indices et le timer. Il n’est plus possible de rejouer personnellement à une aventure une fois qu’on l’a complétée vu que l’on connaît la solution. Très prenant et immersif, le jeu est très bien pensé. Deux extensions sont d’ores et déjà prévues, ajoutant des aventures supplémentaires. Mais le manque de rejouabilité et l’utilisation de l’application sont à mon sens de gros points négatifs pour un jeu qui se veut tout public.

 

Le FIJ c’est tout ça et bien plus encore… J’ai pu obtenir les dédicaces de l’illustrateur de Kingdomino, de celui de Not Alone avec son auteur. Et encore j’en ai raté.

 

Un rendez-vous incontournable pour tout fan de jeux de société ou toute personne voulant s’y intéresser. Que dire d’autre, à part que les dates du prochain sont déjà annoncées… Vivement l’an prochain du 25 au 28 février 2018 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net