octobre 24, 2020

RAID Dingue

De : Dany Boon

Avec Danny Boon, Alice Pol, Michel Blanc, Yvan Attal

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Johanna Pasquali est une fliquette pas comme les autres. Distraite, rêveuse et maladroite, elle est d’un point de vue purement policier sympathique mais totalement nulle. Dotée pourtant de réelles compétences, sa maladresse fait d’elle une menace pour les criminels, le grand public et ses collègues.
Assignée à des missions aussi dangereuses que des voitures mal garées ou des vols à l’étalage, elle s’entraîne sans relâche pendant son temps libre pour réaliser son rêve : être la première femme à intégrer le groupe d’élite du RAID.
Acceptée au centre de formation du RAID pour des raisons obscures et politiques, elle se retrouve alors dans les pattes de l’agent Eugène Froissard (dit Poissard), le plus misogyne des agents du RAID. Ce duo improbable se voit chargé d’arrêter le redoutable Gang des Léopards, responsable de gros braquages dans les rues de la capitale.
Mais avant de pouvoir les arrêter, il faudrait déjà qu »ils parviennent à travailler en binôme sans s’entretuer au cours des entraînements ou des missions de terrain plus rocambolesques les unes que les autres.

Avis :

Fort du succès de Bienvenue chez les ch’tis, Dany Boon a monté la société de production « Les Productions du Ch’timi » avec laquelle il nous propose de la bonne came (entendez par là des comédies efficaces) : Rien à déclarer en 2010, Hypocondriaque en 2014 et maintenant Raid Dingue (2017).

Le trailer n’annonçait rien de bon, tellement il cumulait vannes sexistes et machisme de bas étage. Déjà qu’avec les films de Philippe de Chauveron (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? et le prochain A bras ouverts) on normalise un racisme ordinaire sous couvert d’humour, allait-on faire de même avec le sexisme ?

Heureusement le film n’est pas à l’image du trailer, même si on peut « apprécier » le personnage de D. Boon effectivement très machiste, et un homme qui ne supporte pas d’avoir une épouse plus grande et plus forte que lui. Le film est plutôt drôle au final, et même très drôle, si on ne prend pas tout au premier degré. Il s’agit ici de l’histoire d’une jeune policière, Johanna Pasquali, qui n’a qu’un seul rêve dans la vie, intégrer le RAID, au grand désespoir de sa famille. Jusqu’à présent travailleuse dans un commissariat, elle tente une nouvelle inscription au RAID, mais échoue. Il faut dire que malgré son côté courageux et sans peur, elle est très gênante et maladroite… mais il se trouve que son père est le Ministre de l’Intérieur, ce qui va bien l’aider.

Ce qui fait la force de ce film c’est avant tout la justesse des acteurs principaux que sont Florent Peyre (qui tâchera ici de définitivement se faire pardonner de ses débordements transphobes), Michel Blanc (qui reprend là un rôle similaire au film L’exercice de l’Etat), Anne Marivin, Patrick Mille (le fiancé de l’héroïne), et surtout l’éblouissante Alice Pol qui crève littéralement l’écran. Portant sur ses épaules l’entièreté du comique du film à la façon d’un Pierre Richard (car il s’agit du même genre de personnage, maladroit et tête-en-l’air), on a du mal à croire qu’il s’agit là de son premier rôle principal, à la suite de son premier rôle dans Hypocondriaque en 2014. On notera d’ailleurs que Dany Boon ne joue pas de rôle comique (car jouant un personnage morose et irascible) et nous marque les esprits par une double performance : d’acteur tout d’abord, très bon dans son rôle semi-tragique dont on n’avait guère l’habitude ; et physique, car il s’est visiblement puissamment musclé pour rentrer dans son rôle !

Le film est dynamique, les scènes s’enchainent sans qu’on s’ennuie une seule minute, sur la base d’un scénario qui n’a rien de monotone, avec un final grandiose dans le château de Vaux-le-Vicomte ! Avec le méchant de l’histoire, excellent lui aussi, qui se prend un moment pour le Joker !

On pourra même apprécier une critique discrète de quelques travers de notre société : le sans-gêne de nos politiques, la condescendance des très riches, l’absence de morale de certains médias.

En bref, soyez rassurés : en France en 2017, il sort encore d’excellents films comiques ; on ne peut que s’en réjouir.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Diogène

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.