décembre 5, 2020

Lego Batman, Le Film – De Briques et de Bat

Titre Original : The Lego Batman Movie

De: Chris McKay

Avec les Voix de Philippe Valmont, Rayane Bensetti, Stéphane Bern, Natoo

Année : 017

Pays : Etats-Unis, Danemark

Genre : Animation

Résumé :

Il en rêvait depuis La Grande Aventure Lego : Batman est enfin le héros de son propre film ! Mais la situation a bien changé à Gotham – et s’il veut sauver la ville des griffes du Joker, il lui faudra arrêter de jouer au justicier masqué et découvrir le travail d’équipe ! Peut-être pourra-t-il alors se décoincer un peu…

Avis :

Sorti il y a maintenant trois ans (que le temps passe vite), La Grande Aventure Lego marquait le pas d’une nouvelle franchise sur grands écrans. En effet, succès surprise au box-office mondial, les petits bonhommes jaunes qui font encore la joie des petits et des grands dans les magasins de jouets ont fini par débouler au cinéma et il faut reconnaître que ce premier film fut une réussite sur bien des plans. Alimentant autant les têtes blondes de bonnes valeurs et les grands enfants de références geeks, ce premier film est rapidement devenu un effet de mode qui semble perdurer. Mais il y a des personnages dans le film qui sont plus marquants que d’autres et Batman en faisait partie. Sombre et drôle, bourré de certitudes et de doutes, ce personnage ambigu a fait hurler de rire les spectateurs et il fallait bien qu’il ait son film à lui. C’est maintenant chose faite avec Lego Batman, Le Film qui vient de sortir sur les écrans. Mais la qualité est-elle au rendez-vous ?

Il faut dire que l’on peut craindre le pire avec ce film puisqu’il n’est pas une suite mais bel et bien un spin-off de l’univers Lego, et qu’il a été produit et réalisé parce que le premier film a connu un succès retentissant. Et faire un projet par rapport au gain à y faire, ce n’est jamais bon signe. Sauf qu’il y a eu trois ans de travail dessus et que c’est le chef-opérateur du premier film qui signe ici sa première réalisation, ce qui a de quoi rassurer, prouvant que ce n’est pas fait n’importe comment et que ce n’est pas n’importe qui derrière le projet. Mais en l’état Lego Batman, Le Film est un métrage d’animation agréable, porteur d’un bon message, mais qui pêche par sa frénésie et sa volonté de caser dans tous les sens des références pour l’adulte amateur de comics et notamment du Dark Knight.

Démarrant par la voix de Batman qui fait des vannes sur les logos qui apparaissent à l’écran, le film enchaine rapidement sur une séquence d’action impressionnante de maîtrise technique et qui annonce très rapidement tous les méchants faisant partie de l’univers de Batman. Et c’est surement ce foisonnement de références qui noie un peu le film dans une surenchère d’exposition et de passages un peu m’as-tu vu. Dès le départ, on aura le Joker, qui pique la vedette aux autres super-vilains, mais c’est trop étouffant comme sensation. On en prend plein les yeux, plein les oreilles, les personnages secondaires sont expédiés manu militari et on nous propose même d’aller voir sur Wikipédia pour bien vérifier que tous ces méchants existent bel et bien dans l’univers de l’homme chauve-souris. Si les enfants n’y verront que du feu, les adultes seront certainement décontenancés par cette surenchère de présentation et surtout par le rythme hystérique du moment. Cette folie, on la retrouve sur la fin du métrage, lors de la bataille finale, qui reste impressionnante d’un point de vue technique mais qui pêche encore une fois par des personnages trop vite expédiés et des références geeks qui ne servent qu’à flatter l’égo des fans de la première heure.

Cependant, outre l’aspect technique irréprochable et les références qui fusent à tout va (on aura même droit à Voldemort, les Gremlins ou encore King Kong et Godzilla ainsi que les Daleks de Doctor Who), le film véhicule plusieurs messages qui semblent importants de nos jours, à savoir l’estime des autres, le respect et l’entraide. Et là-dessus, il est difficile de critiquer le film. Jouant à fond sur les personnalités des personnages, à savoir un Batman égocentrique et égoïste cachant une peur profonde, celle de perdre encore une fois ceux qu’il aime, le film propose une vision intéressante de l’entraide où l’intérêt commun va prévaloir sur les soucis personnels. Ainsi, en toute fin de film, on va voir les méchants s’allier aux gentils pour contrecarrer un plan machiavélique mais aussi et surtout pour corriger les erreurs du passé. Les égos sont mis de côté, les choses sont dites et finalement, on se rend compte qu’à plusieurs, main dans la main, on arrive à faire de grandes choses. On a donc droit ici à un message très important, sur l’empathie pour l’autre, qui permet aux enfants de se rendre compte qu’aider, c’est mieux que de s’affronter. On retrouvera aussi des messages intéressants et beaux sur la puissance d’une famille mais aussi sur la nécessité d’avoir une némésis pour grandir et exister. Que serait Batman sans le Joker ?

Bien évidemment, le film ne sera pas que sérieux, bien au contraire, et c’est à travers ses gags que les messages passeront le mieux. Néanmoins, certains passages sont relativement tristes, à l’image de ce Batman esseulé qui mange tout seul ou encore de la scène d’adieu lorsque Batman essaye de protéger ses proches en faisant partir sa machine. Le film essaye de toucher le spectateur, ce qu’il arrive à faire de temps à autre mais pas pleinement, la faute à une frénésie de gags qui avale tout sur son passage. Tout comme la musique du film qui oscille entre pop acidulée et Heavy métal et qui finalement correspond assez bien à ce bordel ambiant et coloré, à ce barnum bruyant et si vivant à la fois.

Au final, Lego Batman, Le Film est un métrage d’animation plutôt réussi qui ravira les fans de la première heure avec toutes les références faites aux comics ou aux précédents films et qui transmet un message important et fédérateur. Techniquement irréprochable et souvent drôle, le film remplit son cahier des charges et saura convaincre parents et enfants, malgré une énergie pas toujours maîtrisée et une frénésie dans l’action qui prend le pas sur l’émotion et les moments un peu plus durs.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.