novembre 30, 2020

Tout ce qui Brille T.03 – Un Baiser Pour la Nuit – Anna Godbersen

Auteur : Anna Godbersen

Editeur : Albin Michel/Le Livre de Poche

Genre : Romance

Résumé :

Les vertiges du succès et de l’amour emportent Cordelia, Letty et Astrid. Cordelia dirige son night-club d’une main de fer dans un gant de velours. Letty obtient son premier grand rôle au cinéma. Astrid savoure une vie oisive où le seul événement de la journée est un nouveau cocktail sous le soleil. Mais bientôt les apparences se fissurent, jetant une ombre sur un bonheur qui fait des jaloux et des envieux. Noyées dans le luxe, les trois amies se retrouvent réunies à une soirée, mais la fête a déjà des alures de dernière valse…

De Manhattan à la baie étincelante de White Cove, de secrets inavouables en trahisons publiques, trois filles bénies par la chance tirent leur révérence

Avis :

Un baiser pour la nuit est le troisième tome et la fin de la trilogie Tout ce qui brille, de Anna Godbersen. Une fin éblouissante, pleine de rebondissements, comme l’auteure sait le faire, et toujours dans le charme de ces années 20 qui font tant rêver. Un monde où les gangsters frayent avec les plus fortunés dans des bars clandestins hauts en couleurs.

L’évolution des personnages est encore une fois plutôt saisissante. Dans ce tome, Astrid est beaucoup moins superficielle. L’épreuve subie à la fin du tome 2 l’a changée : la jeune femme s’attache davantage à son nouveau mari et comprend mieux la place qui est la sienne, celle d’une associée d’un trafiquant d’alcool prêt à tout pour arriver à ses fins et acquérir le plus de clients possibles. Cette position semble lui faire plaisir et lui donner de l’importance. Pourtant, la soif de vengeance et de sang de son mari lui fait peur, la glace et assister à un meurtre n’arrange en rien les choses. La jeune femme se perd en questionnements et en vient à douter de son mariage. Astrid apprend que les strass et les paillettes ont un prix.

Letty, toujours débordante de sentiments et de passions, fait de mauvais choix, une fois de plus et en ressort grandie. Le monde des acteurs n’est pas tout rose, les tromperies sont nombreuses, les mensonges sont fréquents et les faux-semblants n’ont jamais été aussi forts que dans son entourage. Ce personnage très (trop ?) gentil ne cesse d’étonner par ses décisions, ses réactions et ses états d’âmes vibrant de sincérité.

Cordelia dirige un speakeasy et s’en sort à merveille. Ce travail à plein de temps lui prend toute son énergie mais cela ne l’empêche pas de voir celui qui a volé son cœur, un célèbre pilote du nom de Max Darby. Le personnage de la jeune femme est intéressant dans ce tome car Cordelia est la figure marquant une tentative de cessation des hostilités entre les deux familles rivales : les Hale et les Grey.  Parviendra-t-elle à stopper toutes les petites vengeances, attaques et meurtres en cours depuis plusieurs années maintenant ? Sa force et son caractère font de ce personnage un pilier inébranlable vers qui tous les autres se tournent.

Ce dernier tome est aussi bien écrit que les autres et le monde de cette époque nous fascine toujours autant. On plonge un peu plus dans le passé des USA, le racisme ambiant de l’époque et ses conséquences désastreuses. Le faste, les soirées sans fin, l’alcool qui coule à flot, les disputes entre bootleggers, le monde du cinéma, les exploits de l’aviation … Tout est bon pour nous faire voyager.

Contrairement aux deux tomes précédents, celui-ci regorge un peu plus d’actions, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Cela ravive les souvenirs que l’on peut avoir de films ou de romans racontant la même époque. On se prend très vite au jeu et les émotions des héroïnes n’en deviennent que plus réelles et attachantes. Passer d’un point de vue à l’autre n’est jamais dérangeant et les transitions se font sans aucun problème.

La fin du livre est un rappel sans équivoque à ce qui s’était passé au début du premier tome et à ce qui avait été dit au tout début de celui-ci, dans le prologue. On revoit des personnages qu’on ne s’attendait plus à trouver, des figures évoquées souvent au fil du récit mais qu’on ne voyait plus. On se plaît à lire ce qui est arrivé aux héroïnes et ce qu’elles deviennent. De plus, l’épilogue éclaircit le prologue du premier tome d’une manière plutôt abrupte mais réaliste. En effet, souvenez-vous de ce que nous disait ce fameux prologue : trois jeunes filles réussiront à fuir New-York de trois façons différentes, l’une en mourant, l’autre en se mariant et l’autre en devenant une star. De qui, d’Astrid, de Cordelia ou de Letty aura un destin funèbre, paisible ou enivrant ? A vous de le découvrir en lisant ce tome !

Une chose est certaine : l’amour peut nous rendre fous, ambitieux, jaloux, violents, stupides, sans peur, audacieux, malheureux mais le plus beau sentiment du monde nous rend aussi plus forts et tellement heureux. Anna Godbersen nous offre ainsi un merveilleux message, une leçon de vie et des destins de vie renversants. Rien n’est perdu d’avance, il suffit d’y croire. Malgré une fin teintée de tristesse, le lecteur ne se sent pas abattu pour autant et c’est là toute la beauté de cette trilogie. Par ailleurs, même si le prologue prévient le lecteur de la fin inéluctable de l’un des personnages principaux, la fin n’en est pas pour autant attendue et prévisible.

Note : 18/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.