septembre 28, 2020

Wayne’s World 2

wayne_s_world_2,1

De : Stephen Surjik

Avec Mike Myers, Dana Carvey, Christopher Walken, Tia Carrere, Kim Basinger

Année: 1994

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

On retrouve nos deux étudiants rockers en Angleterre, où ils sont venus réaliser un rêve : monter le plus grand concert rock de la décennie.

Avis:

Qui ne se rappelle plus de cette fameuse accroche: « Wayne’s World, Wayne’s World, Mégateuf, Excellent, youhou!! » Parce que s’il y a bien une comédie qui aura marquée les années 90 de sa empreinte, c’est bien Wayne’s World premier du nom. Avec un Mike Myers en grande forme, détenant le rôle de scénariste mais aussi de premier rôle, ce film possède encore aujourd’hui une aura particulière et le message sous-jacent, critique de la télévision et de l’aspect mercantile des choses est toujours d’actualité. A l’époque, les films à succès connaissaient un peu moins cette grande mode de la suite et de la préquelle. On retrouve certaines sagas comme Critters par exemple, ou Indiana Jones ou bien encore Star Wars, mais on reste dans le domaine du raisonnable. Fort d’un premier film qui a connu un succès monstre, on va voir deux ans plus tard un second opus sortir sur les écrans blancs des salles obscures. Mais Wayne’s World 2 est-il aussi bon que son aîné? Le film est-il toujours aussi drôle? Arrive-t-il à se renouveler? Allons à Aurora pour préparer le plus grand concert de hard rock du moment!

waynes_world_2_06_aerosmith2

Attention, un canard se cache dans cette image!

Que pouvait inventer Mike Myers après le scénario du premier film, mettant en scène nos deux compères bien débiles ? La critique de la télévision et de ses grands pontes pensant dominer le monde et le bon gout étant faite, il fallait vite trouver autre chose pour surfer sur le succès du premier. C’est alors que l’on va prendre le problème de l’immaturité des deux héros. En effet, ils vivent encore chez leurs parents, ils n’ont pas de boulot et semblent plus ou moins se foutre du devenir de leur vie. C’est alors que surgit un producteur de musique peu scrupuleux, qui souhaite produire Cassandra, la chérie de Wayne. Jaloux, il se remet en question et essaye d’imaginer quelque chose de géant qui pourrait montrer à sa petite femme et à ses camarades qu’il est capable de faire quelque chose de sa vie. Lors d’un rêve plus vrai que nature, il rencontre Jim Morrisson, le chanteur décédé des Doors, qui va lui donner pour mission d’organiser un immense concert à Aurora. Seulement, tiraillé entre la préparation du concert et sa jalousie envers Cassandra, Wayne va douter de lui. Bien entendu, on reste dans le domaine de la musique, sauf que cette fois, Alice Cooper a laissé la place à Aerosmith. Si le scénario semble moins intéressant que le premier, il possède tout de même un message intéressant, celui de prendre ses responsabilités et de grandir un peu. Alors il est vrai que cela est en décalage complet avec l’esprit du film, mais il faut avouer que cela fonctionne vraiment bien. D’ailleurs, que ce soit dans la vie amoureuse de Wayne ou alors la vie privée de Garth, on aura toujours des scènes rappelant l’adolescence et ce besoin de grandir. Les scènes humoristiques sont toujours présentes et valent leur pesant de cacahuètes. Entre les références à gogo, les doublages épiques, les passages burlesques comme celui de la laverie automatique avec Garth, le film égale le premier, car il demeure encore plus con et burlesque que celui-ci. Alors bien évidemment, souvent ça ne vole pas haut, mais on ressent tellement une bonne ambiance et une certaine honnêteté dans le métrage que l’on adhère très vite.

Bien entendu, on retrouve notre duo de choc avec Mike Myers et Dana Carvey. Si l’interprète de Austin Powers tient toujours bien son rôle et reste égal à lui-même, Dana Carvey aura un rôle plus important que lors du premier film et pourra exploiter de manière hilarante son personnage. On pense immédiatement à la scène de la laverie automatique avec Kim Basinger, et on voit que dans ce film, il ne devient plus le faire-valoir de Wayne, mais un personnage à part entière, avec une vraie histoire dans le métrage. On aura toujours la présence de la lumineuse Tia Carrere, jouant toujours Cassandra et étant toujours la proie de quelques ambitieux producteurs. Elle tient bien son rôle, mais il demeure plus mineur que dans le premier film. La surprise vient de la participation exclusive de l’excellent Christopher Walken. Avec sa gueule si particulière, il incarne parfaitement le vilain de l’histoire, l’homme sûr de lui et sûr de son argent. Il donne une prestation sans faute. Tout comme Kim Basinger, qui joue ici les femmes cougars avec Garth et qui le fait à merveille, notamment lors de la scène où elle l’allume dans son salon. On retrouvera toujours les personnages secondaires qui ont fait le succès du premier film, comme les potes du duo, mais on les verra beaucoup moins, sauf lors de la préparation du concert et c’est bien dommage. Par contre, la prestation de Ralph Brown, dans le rôle du roadie bien taré est vraiment excellente et à mourir de rire. Tout comme l’apparition de Charlton Heston, qui demeure un très grand moment de cinéma. Comme je le disais au-dessus, les références sont encore nombreuses et les scènes en totale déconnexion avec le reste du film sont légions, mais elles sont vraiment bien foutues, comme le passage du combat entre le père de Cassandra et Wayne, à la façon des films de kung-fu de l’époque, qui demeure un grand moment, jusque dans les doublages. On sent plus de liberté dans ce film que lors du premier et l’aspect décomplexé rend le film plus con, mais parfois plus jouissif.

waynesworld2cap3

Schwing !!!

Au final, Wayne’s World 2 est le digne héritier de son aîné. Plus barré, plus burlesque mais parfois plus drôle, le film demeure aussi drôle que le premier et les fous rires seront toujours présents. On reprochera peut-être une approche un peu plus intéressé que le premier, surfant sur le succès du duo comique, mais il faut avouer que celui-ci marche très très bien. Bref, un bon moment en perspective et des souvenirs plein la tête. Un film qui n’a pas le statut de film culte, mais qui demeure pourtant aussi réussi que le premier et qui n’a pas eu le succès mérité.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Note de Mickey: 18/20 Je veux une suite!

ServalNote de Serval: 14/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.