Hellyeah – Band of Brothers

Hellyeah-Band-of-Brothers

Avis :

C’est assez marrant de remarquer quand on écoute un groupe que ce dernier nous rappelle un autre groupe, ou qu’il possède une réelle influence. Avec Hellyeah, on peut dire que cela ressemble vraiment beaucoup à du Mudvayne de la belle époque. Et pour cause, après deux albums, je remarque enfin que Hellyeah est ce que l’on appelle un super groupe. Il s’agit là d’un nouveau concept où des membres de plusieurs groupes se regroupent pour en former un autre. On déjà vu cela dans le domaine du rock avec Chickenfoot et voici maintenant Hellyeah qui est formé du chanteur et du guitariste de Mudvayne, du bassiste de Damageplan, du guitariste de Nothingface et du célèbre batteur Vinnie Paul Abbott du groupe mythique Pantera. C’est sûr qu’avec tout ce beau monde, on a droit à une musique violente, rapide et qui ne fait pas dans la dentelle. Après un deuxième album très remarqué qui répond au doux nom de Stampede, voici Band of Brothers, troisième skeud du super groupe et qui permet de retrouver les sensations de nos vieux albums de métal et du Mudvayne des années 2000. Mais la formation est-elle solide ? L’album propose-t-il quelque chose de neuf ? Allons voir de quoi il en retourne !

Le skeud démarre vraiment très fort avec War in Me, premier titre qui est surement le plus violent de l’album. Il commence par un hurlement de Chad Gray puis avec des riffs de guitares sauvages et ravageurs. Pas de doute, on entre dans le métal le plus pur que l’on puisse trouver et qui rappelle bien évidemment les débuts du nu métal au début des années 2000. La pièce n’est pas sans rappeler le morceau phare de Mudvayne, Dig, et la formation se targue même d’un solo impressionnant et qui vient à point nommé. C’est efficace, et tout l’album va être de cet acabit. Que ce soit Band of Brothers et son refrain entêtant et ses airs texans ou encore Rage/Burn, plus lourd et plus lent mais avec une agressivité vraiment palpable. Le groupe va montrer aussi qu’il est capable des ballades les plus séduisantes avec Between You and Nowhere, le morceau le plus calme et qui fait office de passage vers une fin d’album plus calme mais tout aussi dense. On profitera de cette pause pour écouter la technicité des guitaristes dans une mélodie lancinante et prenante. La suite de l’album va être un peu plus mainstream, mais pas forcément au  niveau des riffs ou de la violence, mais bien dans le chant et dans les rythmiques un peu moins agressives, comme l’en atteste l’introduction de Call It Like I See It qui part dans un rythme plus rapide mais plus classiques par la suite. Why Does It Always fait plus dans le stoner/hard rock que dans le nu métal, si ce n’est le refrain où le chanteur se lâche un peu plus. Mais les rythmiques guitares ou le batteur scandent un rythme bien plus accessible. La seule piste qui renoue un peu avec le début de l’album est WM free. Les deux dernières pistes sont vraiment très bonnes, avec, là encore, une rythmique plus accessible et plus dansante comme sur Dig Myself a Hole ou encore What It Takes to me, plus nerveuse, très dense mais avec un rythme d’enfer qui donne une véritable envie de headbanger !

Hellyeah

Chad Gray, le frontman du groupe ne change pas du tout sa voix par rapport à Mudvayne. C’est d’ailleurs pour cela que les deux formations sont assez proches et que l’on a la sensation d’avoir déjà entendu ce groupe. Néanmoins, Hellyeah possède moins d’ambiance et gagne plus en énergie. On le ressent dans la voix de Chad qui est très à l’aise lorsqu’il faut pousser un peu comme l’en atteste les pièces du début comme War in me par exemple. Pour les chants clairs, c’est un peu plus compliqué et il faut qu’il traficote sa voix pour donner quelque chose de plus lunaire, de plus éthérée. Dans Between You and Nowhere, on entend bien qu’il y a du potentiel et son grain donne une aura particulière aux ballades. Mais les meilleurs moments sont lorsqu’il chante en allant très vite, proche du rap, comme sur le titre What It Takes to me où il exploite vraiment quelque chose d’intéressant, rappelant les meilleures années du nu métal.

Au final, Band of Brothers, le dernier album de la formation Hellyeah est un très bon album. Agressif, dynamique et renouant avec un aspect vintage du nu métal, la formation a su se faire un nom et l’exploite au maximum au détriment de Mudvayne qui ne reprendra ses activités qu’en 2014. Puissant et généreux, voilà un album bien sympathique qui donne une forte envie de secouer la tête et cela manque cruellement en ce moment !

  1. War in me
  2. Band of Brothers
  3. Rage/Burn
  4. Drink Drank Drunk
  5. Bigger God
  6. Between You and Nowhere
  7. Call It Like I See It
  8. Why Does It Always
  9. WM Free
  10. Dig Myself a Hole
  11. What It Takes to me

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net