octobre 28, 2020

XXX: Reactivated – Vin et les Filles

Titre Original : XXX : Return of Xander Cage

De: D. J. Caruso

Avec Vin Diesel, Donnie Yen, Deepika Padukone, Ruby Rose

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Xander Cage, sportif de l’extrême devenu agent d’élite, sort de l’exil qu’il s’était imposé, pour affronter le redoutable guerrier alpha Xiang et son équipe. Il entre dans une course impitoyable afin de récupérer une arme de destruction massive connue sous le nom de Boîte de Pandore. Recrutant une toute nouvelle équipe d’experts accros à l’adrénaline, Xander se retrouve au cœur d’une conspiration menaçant les gouvernements les plus puissants du monde.

Avis :

Faire revenir une saga sur le devant de la scène près de douze ans après son arrêt est un pari risqué. Il faut dire que la génération qui a suivi les deux premier opus a bien grandi depuis et que finalement, les jeunes d’aujourd’hui n’ont certainement pas connu Xander Cage ou Darius Stone, les espions des deux premiers XXX. Alors pourquoi ressortir du tiroir cette courte franchise d’espions d’un nouveau genre ? Le mystère reste complet, car si le premier opus avait fait d’énormes bénéfices, ce ne fut pas le cas pour le deuxième épisode, ne faisant que dix millions de bénéfices à travers le monde. Cependant, on pourrait trouver un élément de réponse dans le manque flagrant d’idées nouvelles de la part des scénaristes. XXX avait déjà des bases de posées, comme la NSA, le système d’espion et la lutte pour aider le gouvernement, et il suffisait de broder quelque chose autour de cet univers pour obtenir un autre blockbuster survolté avec un Vin Diesel qui avait fort besoin de se refaire une santé. Et bizarrement, le résultat est fort plaisant, allant même au-delà de nos espérances, renouant avec l’esprit du premier, sans jamais oublier ce qui a fait le deuxième opus et enlevant tous les clichés sur le milieu urbain et noir-américain.

Dans cet opus, on va retrouver notre cher Xander Cage qui accepte de faire une mission à la mémoire de son ami Gibbons, visiblement tué dans une chute de satellite. Son but est de trouver la boîte de Pandore, un ustensile pouvant faire chuter sur la Terre tous les satellites et ainsi tuer des millions de personnes. Complot, magouille, opportunisme seront de la partie et dans un sens, on retrouve à peu de choses près la même histoire que dans le deuxième épisode. Et c’est sûrement là la plus grosse faiblesse du film qui se repose encore une fois sur quelque chose de classique où les rebondissements scénaristiques ne seront pas d’une créativité folle. Il faut dire que le film est assez classique dans sa trame et restera dans les balises du blockbuster crétin à destination d’un public voulant se détendre. Pas de réflexion dans ce métrage, on occulte même la partie patriotique pour se focaliser uniquement sur l’action et la dénonciation d’un système corrompu.

Rien de bien neuf donc, mais il ne faut pas se leurrer. Quand on va voir un film comme XXX, ce n’est pas pour son scénario, mais clairement pour l’action et les séquences spectaculaires. Et force est de constater que le film remplit parfaitement son cahier des charges, offrant un divertissement totalement assumé et prônant des séquences nerveuses qui tiennent bien souvent du n’importe quoi, mais qui marchent parfaitement. En fait, dans cet opus, le réalisateur D.J. Caruso trouve la parfaite symbiose entre les combats et cascades du premier film et les fusillades/explosions du deuxième métrage. Sans être faramineux non plus, XXX : Reactivated est généreux dans sa démarche et ne vole pas le spectateur sur la marchandise. Combat, gunfight, cascades en tout genre, on aura même droit à une course-poursuite/combat à pied à contre-sens d’une route. Le résultat est fort intéressant et le metteur en scène arrive à faire sentir cette pression entre la circulation et le combat.

Cependant, tout n’est pas rose non plus dans la mise en scène. Si certaines séquences sont plutôt bien pensées, d’autres sont complètement à la ramasse. Les combats à mains nues sont relativement illisibles et parfois, la shaky cam et le montage cut des séquences de baston font mal aux yeux. On retrouvera ce même problème vers la fin du métrage, lorsqu’un avion se crashe et que les personnages se retrouvent en apesanteur à l’intérieur. On sent que le réalisateur a du mal à donner de la dynamique à ces combats, jouant sur deux fronts différents. L’autre point noir que l’on peut trouver au film, c’est l’instrumentalisation des jeunes femmes. En effet, même si certaines d’entre elles ont un rôle important comme Ruby Rose qui est très charismatique ou encore la sublime Deepika Padukone issue de Bollywood, elles sont toutes vues comme des faire-valoir de l’homme ou comme des objets sexuels. Cette imagerie véhiculée par le rap et une culture machiste ne va pas forcément avec le sujet du film qui met en avant des filles soit serviles, soit stupides, à l’image du personnage de Nina Dobrev, qui pour une fois, ne joue pas de son corps de rêve. Alors même si ce n’est pas le sujet profond du film et qu’il est toujours agréable de voir de jolies filles, on sent quand même cette prépondérance au machisme et c’est dommage, car les spectatrices n’auront que le torse tatoué de Baboulinet pour se réjouir.

Au final, XXX : Reactivated est étrangement un film plaisant qui arrive à faire une symbiose des deux premiers films. Utilisant le même scénario que pour le deuxième film, à savoir un ennemi à l’intérieur du gouvernement, et l’ambiance « cool » du premier, D. J. Caruso trouve un équilibre intéressant pour fournir un film pêchu, généreux et qui fait son office, à savoir divertir les foules dans un déluge d’action et d’explosion. Alors certes, le film est con comme ses pieds, mais dans ce genre d’univers, c’est couru d’avance et finalement, c’est plutôt bien fait, sans jamais tromper le spectateur, offrant même un clin d’œil aux fans de la franchise. Pas le film de l’année, mais un spectacle honnête et c’est déjà pas mal.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.