Bullet for my Valentine – Temper Temper

bfmv-temper-temper

Avis :

Nous avons tous des influences majeures dans tout ce que nous faisons et cela se ressent dans nos démonstrations artistiques et dans nos lignes de conduite. Bullet for my Valentine est un groupe qui s’est formé en 1998 sous le nom de Jeff Killed John. Au début, le groupe reprend surtout des morceaux de Nirvana ou de Metallica, ce qui s’entendra dans tous leurs albums. Ce n’est qu’en 2005 que le groupe sort de l’ombre avec un premier album impressionnant qui répond au doux nom de The Poison. On verra les nombreuses influences du groupe qui alterne thrash métal et Heavy métal dans un album époustouflant de maîtrise et d’énergie. Le succès est au rendez-vous, mais il faudra attendre le deuxième album, Scream Aim Fire, qui possède aussi son lot de morceaux survoltés et de solos ravageurs et surtout le troisième album, Fever, qui se vend très bien, mais qui annonce aussi un changement de cap dans l’esprit du groupe. En effet, avec que ne sorte Temper Temper, le quatrième et dernier album en date qui a vu le jour en février 2013, le groupe annonce qu’il veut faire un métal plus commercial, plus accessible en freinant le plus possible les chants criés. Alors cet album est-il une purge commerciale ? Ce changement de cap est-il trop radical et l’album pue-t-il la thune à trois kilomètres ? Allons voir cela de plus près, car on attend beaucoup de la part des gallois !

Devant une jaquette aussi attractive, des mains ensanglantées, on est en droit d’en attendre beaucoup, un peu comme l’avait fait Bring Me The Horizon avec un album. D’ailleurs, cela est en nette opposition avec la volonté du groupe d’aller vers quelque chose de plus commerciale. Et l’album va porter cette dichotomie tout au long de son écoute, présentant des morceaux faisant office de purs produits mercantiles alors que d’autres restent des morceaux agressifs et destinés aux fans de la première heure. L’entrée en la matière est assez abrupte avec Breaking Point qui envoie du boudin, démarrant sur un rugissement bien senti et des riffs assassins, pour arriver vers un solo sublime. Et d’autres morceaux comme celui-ci vont poursuivre le côté agressif du groupe, dans lequel on retrouve un petit peu de The Poison, comme Dirty Little Secret ou encore Livin Life (on the Edge of a Knife). D’ailleurs en réponse à leur premier album, on retrouve Tears Don’t Fall dans une nouvelle version qui fait écho à leur meilleur album, ce qui provoque espoir et désespoir, car cette version peut aussi bien signer la fin de leur cycle pour entamer vers une époque vers quelque chose de plus mercantile. Les deux tubes sortis en clip sont très efficaces, très courts avec des refrains qui rentrent bien dans la tête et qui montrent tout de même une énergie bien présente. Si Riot s’approche un peu plus du punk et Temper Temper du métal, elles restent de très bons morceaux. Malheureusement, tout l’album n’est pas aussi agressif comme l’en atteste Dead to the World, petite ballade sans prétention mais qui ne vaut pas du tout les ballades des albums précédents. D’autres pièces sont bouche-trous ou ne semblent pas assez fortes pour marquer le fan comme P.O.W, Saints and Sinners ou encore Not Invincible. Les deux pièces finales, qui sont des live, sont de bonnes factures, surtout Whole Lotta Rosie, morceau rappelant AC/DC, dans une rythmique folle et qui donne une folle envie de bouger et de headbanger.

2352107_20121217103030_1879219122

Ce que l’on remarque de façon évidente avec ce nouvel opus, c’est que le groupe laisse tomber de plus en plus les chants criés. Alors certes, ils sont toujours présents, on peut les entendre sur des pistes comme Breaking Point, Dirty Little Secret ou encore sur la fin de Tears Don’t Fall, mais ils sont beaucoup plus discrets et apparaissent en arrière, de manière plus discrètes. Lors d’une interview, le groupe avait avoué la volonté de faire quelque chose de plus commercial et donc d’aller vers des chants plus clairs pour toucher un maximum de personnes. On le ressent dans cet album avec des titres comme Truth Hurts, Leech ou encore Not Invincible ou les chants criés sont complètement absents. Cela ne nuit pas forcément à l’ensemble de l’album, donnant une harmonie toujours nerveuse avec des riffs saturés agréables et bien sentis.

Au final, Temper Temper, le dernier album en date de Bullet for my Valentine est très sympathique et bien meilleur que son aîné Fever. Alternant morceaux nerveux et morceaux plus calmes et plus rock que métal, le groupe va élargir sans problème son cercle de fans, en perdant certainement ceux de la première heure, mais c’est l’évolution du groupe choisi et il faut le respecter. Plus mature et moins accès sur les jeunes femmes ou sur l’attitude poseur, le groupe remonte dans notre estime. Mais, ça, c’est grâce à la nouvelle coupe de cheveux du chanteur !

  1. Breaking Point
  2. Truth Hurts
  3. Temper Temper
  4. P.O.W
  5. Dirty Little Secret
  6. Leech
  7. Dead to the World
  8. Riot
  9. Saints and Sinners
  10. Tears Don’t Fall
  11. Livin Life (on the Edge of a Knife)
  12. Not Invincible
  13. Whole Lotta Rosie (BBC Radio Live)
  14. Scream Aim Fire (BBC Radio Live)

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Note de Mickey: 15/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net