Mamà

affiche_mama

De : Andrés Muschietti

Avec : Jessica Chastain, Nikolaj Coster-Waldau, Megan Charpentier, Isabelle Nélisse, Javier Botet, Jane Moffat

Scénario : Andrés Muschietti, Barbara Muschietti et Neil Cross

Pays : Espagne/Canada

Genre : Epouvante

Date de sortie : 15 mai 2013

Résumé :

Deux petites filles sont portées disparues avec leur père, leur mère a été retrouvée morte. Cinq années plus tard leur oncle Lucas qui n’a jamais perdu l’espoir va pouvoir les recueillir et leur offrir une nouvelle vie grâce à deux chasseurs qui les auront trouvées dans une cabane délabrée. Seulement les choses ne sont pas si simples, les fillettes doivent se réadapter et oublier leur nature sauvage, la compagne de Lucas Annabel devra elle aussi s’adapter à ce changement, et surtout, une chose qui les a élevées durant ces années les a accompagnées.

 

Avis :

« Mama» a reçu le grand prix du jury, le prix du public et du jury jeune au Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2013 (20è édition).

C’est le premier long-métrage d’un espagnol qui avait déjà réalisé le court homonyme en 2008 remarqué par Guillermo Del Toro qui l’a ensuite contacté pour dire qu’il souhaitait en produire une version longue.

Partant donc de l’idée concept de son court-métrage, séquence sans histoire ni contexte, il va l’adapter pour le grand écran.

Nous allons retrouver Lucas qui recherche depuis des années son frère et ses deux nièces disparues (Victoria et Lily). Par hasard deux chasseurs trouveront les deux fillettes abandonnées à l’état sauvage dans une cabane du fond des bois.

20254496.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De ce postulat le film s’ouvre avec la phrase : « Il était une fois … » annonçant un conte, servi par un générique intelligent composé de dessin (qui pose dès lors quelques questions) puis commence une séquence d’ouverture intrigante, poignante où nous voyons le père terrifié, se débattant contre une chose dont on ne sait rien, pour emmener ses enfants dans la dite cabane et en finir, les tuer. Une séquence assez menaçante et très bien emballée sur un rythme efficace et lorsqu’elle finit on se dit que ce sera une sorte de ‘conte macabre’.

Or il n’en découlera malheureusement par la suite qu’une ghost-story plutôt ennuyeuse où la tentative de créer une atmosphère oppressante ne réussit pas.

Ce qui est d’autant plus dommage c’est que le métrage montre la part sauvage des enfants surtout avec la petite Lily qui devient en quelque sorte de plus en plus animal, l’évolution des deux sœurs et l’intérêt principal du film avec celui du personnage d’Annabel (Jessica Chastain).

A partir du moment où elles sont de retour à la ‘civilisation’ chez leur oncle Lucas et sa compagne Annabel d’étranges phénomènes vont se produire, et l’attitude des jeunes filles intrigue, conduisant les parents de substitution à en conclure qu’elles ne sont pas revenues seules, ‘Mama’ les a suivies.

Après un accident provoqué par le spectre, Lucas va se retrouver à l’hôpital et le film se tourne définitivement sur la compagne. On suivra désormais principalement son enquête afin de comprendre les motivations de Mama, comme souvent dans le but d’apaiser sa colère et lui permettre de quitter ce monde en paix. Et petit à petit elle va se découvrir des sentiments maternelles naissants ce qui va l’opposer à ‘Mama’ toutes deux étant des mères par procuration, même si Annabel est peut-être plus proche d’une nouvelle amie n’acceptant jamais complètement ses sentiments.

Mama-1

C’est à partir de là qu’intervient fortement l’ennui. Comme nous sommes dans une ghost-story d’épouvante, il faut le lot habituel d’apparitions etc … mais l’autre aspect du film, le traitement sur les personnages me paraît beaucoup plus intéressant et puis il y a toujours matière à renouveler les idées … soit espérons au moins que ce soit efficace. Mais non, ce n’est pas le cas, personnellement je trouve que le mystère de l’introduction s’efface bien vite, les arcs narratifs sont trop voyants et la trouille n’est jamais présente non plus, les jumpscares et autres artifices utilisés pour effrayer ne fonctionnant pas, c’est vu et revu s’enfonçant dans des situations et mécanismes classiques au possible et si en plus on n’est pas vraiment sensible à cet exercice ça en devient très lassant.

Reste un final plutôt bien mené, esthétisant et poétique rappelant le côté conte et l’ouverture qui, tout en étant belle, garde son côté menaçant, qui réveille légèrement l’intérêt sans réserver de surprise pour autant. Heureusement ça ne finit pas sur un happy end.

mama-2013-picture-still-movie

C’est donc un premier long qui réserve quelques idées plaisantes, des séquences parfois séduisantes (générique, cauchemar, ouverture …), néanmoins dans son ensemble, c’est trop inégal et l’ambiance du début, l’intrigue et la démarche engagée sur les personnages tendent à disparaître pour laisser place aux séquences relativement classiques, conventionnelles, inefficaces, le film perdant alors son intérêt.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Serval

cobra-original-1-290x290Note de Casey Slyback: 15/20

316356_10201093379436910_1464413393_nNote de Trasher: 13/20 Un film efficace, mal servi par des effets spéciaux numériques abjects… Et Mama ressemble à un croisement des frères Bogdanov et de Matthew McGrory. Dommage car il y avait du potentiel.

panNote de AqME: 13/20 C’est beau mais c’est mou!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net