L’Eté de Kikujiro

Titre Original : Kikujiro no Natsu

De : Takeshi Kitano

Avec Takeshi Kitano, Yusuke Sekiguchi, Rakkyo Ide, Akaji Maro

Année : 1999

Pays : Japon

Genre : Drame

Résumé :

Masao s’ennuie. Les vacances scolaires sont là. Ses amis sont partis.
Il habite Tokyo avec sa grand-mère dont le travail occupe les journées. Grâce à une amie de la vieille femme, Masao rencontre Kikujiro, un yakusa vieillissant, qui décide de l’accompagner à la recherche de sa mère qu’il ne connait pas. C’est le début d’un été pas comme les autres pour Masao…

Avis :

Takeshi Kitano est une icône du cinéma japonais. Acteur, réalisateur, peintre, chanteur et j’en oublie tant Takeshi Kitano touche à tout, il est l’un des piliers du cinéma asiatique. Sa carrière pourrait en rendre jaloux plus d’un tant le réalisateur a su offrir une qualité et une tenue rare à travers les décennies qu’il traverse avec la même superbe (il s’envole gentiment, mais surement vers ses cinquante ans de carrière).

Takeshi Kitano a bien souvent réalisé des polars, des films d’action, d’aventure ou encore de sabres, mais il s’est aussi aventuré dans le drame et la comédie et c’est sur l’un d’eux que l’on s’arrête. Comédie dramatique, « L’été de Kikujiro » s’avère être une immense surprise. Une surprise qui fait énormément de bien. Avec ce film, Takeshi Kitano nous offre ni plus ni moins qu’un chef d’œuvre ! Un chef d’œuvre où se côtoie avec magnificence humour et émotion, aventure et drame, naïveté et jeu d’enfant. « L’été de Kikujiro » est un film qu’on n’attendait pas et qui s’avère parfait en tout point et l’on en ressort heureux, la tête ailleurs, avec l’envie d’emporter un bout de cet été avec nous…

Massao est un petit garçon qui habite Tokyo avec sa grand-mère. Les grandes vacances sont arrivées et Massao sait qu’elles risquent d’être longues, puisque ses amis partent avec leurs parents et lui reste en ville. Massao ne connaît pas sa mère et en découvrant une photo avec une adresse dans l’armoire de sa grand-mère, il décide alors de profiter des vacances pour aller voir cette mère qu’il ne connaît pas. Alors qu’il part sans prévenir, il tombe sur une voisine. Intriguée, cette voisine le questionne et le gamin finit par lui dire ses projets. Comme Massao est petit, cette voisine envoie alors son mari pour accompagner le petit garçon dans son voyage. Un mari pour le moins inhabituel qui pourrait être plus enfantin que l’enfant lui-même. Ce petit voyage à la recherche des origines de Massao va alors se transformer en une véritable quête initiatique pour les deux personnages.

Magnifique, poétique, hilarant, décalé, bouleversant, sont autant d’adjectifs différents qui décrivent à eux seuls cet été oubliable qu’est le film de Takeshi Kitano. Avec ce film, le réalisateur japonais nous offre une pierre précieuse qui étincelle à chaque instant.

Nous entraînant dans une histoire qu’on aurait pu croire assez conventionnelle, Takeshi Kitano nous fait rêver, nous aère l’esprit et nous offre un film comme on en voit que trop rarement.

Superbe dans son scénario, « L’été de Kikujiro » est une fable sur l’enfance et le monde des adultes. Une fable belle et naïve qui mélange avec une extrême subtilité, humour et drame.

L’histoire que nous raconte le réalisateur est d’une tristesse absolue et pourtant, c’est avec un humour qui côtoie la poésie, qu’il nous conte ce chemin de croix que vont mener ces deux personnages que tout oppose et pourtant qui se ressemblent bien plus qu’il n’y parait.

Plus que la recherche de cette mère absente et la désillusion qui est presque inévitable que l’on devine assez vite, c’est bien la relation et le parcours qui captive, touche et amuse dans ce film.

Takeshi Kitano nous raconte l’histoire d’un homme quelque peu égoïste et maladroit, qui va grandir et tout faire pour rendre heureux un petit garçon dont la vie n’est pas tendre avec lui.

Le scénario aborde une multitude de thèmes, le deuil, le passage à l’âge adulte et surtout le don de soi. Le réalisateur aborde ces thèmes et bien d’autres encore avec beaucoup de simplicité et il fait s’envoler son film de scène en scène vers une morale superbement venue et magnifiquement racontée.

Intelligemment pensé, Takeshi Kitano va faire évoluer ses personnages tout au long de son film. Une évolution qui ne cesse d’amuser et d’étonner le spectateur, car elle est construite avec de petits riens, de petits gestes, de petites entraides, de petites bêtises, et même de petits silences, car bien souvent, les silences de Kitano valent bien plus que tous les beaux discours.

Comme je le disais plus haut, « L’été de kikujiro » est aussi une très bonne comédie qui ne manque pas de nous faire vraiment rire. Takeshi Kitano a ce don d’insuffler de l’humour parmi le drame et entre les gags de Kitano lui-même dans un rôle extraordinairement « débile » parfois, les situations ubuesques que les personnages rencontrent ou encore toutes les rencontres magiquement improbables que l’intrigue place sur les routes des deux personnages, on a vraiment de quoi rire.

Ces rencontres que font les personnages sont génialement tenues par des comédiens tous plus attachants les uns que les autres. Les deux motards sont de petits trésors et le hippie dans sa camionnette touche d’emblée. On ajoutera à cela les divers personnages que le personnage joué par Kitano emmerde pour de vrai et l’on est tout simplement comblé.

« L’été de Kikujiro« , c’est aussi une mise en scène solaire. Une mise en scène qui fait du bien. Une mise en scène qui trouve la poésie en permanence. Une mise en scène qui sait être très drôle, mais qui sera aussi être touchante et se faire bien plus prenante. Une mise en scène qui est accompagnée d’une BO de Joe Hisaidi qui sera tout aussi inoubliable que le film lui-même tant elle marque, tant elle insuffle une mélancolie remarquable à ce film, tant elle deviendra même un personnage à elle seule. Un personnage qui fait plaisir à trouver quand elle aborde son thème principal.

« L’été de Kikujiro » est un film unique emporté par deux acteurs extraordinaires (comment ne pas craquer devant la petite bouille de Yusuke Sekiguchi ?).

C’est un film beau, simple et plus complexe qu’il n’en a l’air en même temps. Avec ce film, Takeshi Kitano nous offre un voyage initiatique magique, qui saura autant faire rire que pleurer. Un voyage aussi triste que beau. Un voyage qui bouleverse par ses personnages, par sa joie de vivre, par le parcours de ses personnages et surtout par sa morale amenée tout en beauté.

Takeshi Kitano nous offre-là un chef d’œuvre d’amour, de poésie et de mélancolie. Un chef d’œuvre qui fait du bien et duquel on ressort avec l’envie de revivre ce voyage instantanément !

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net