Androïdes – Tome 2: Heureux qui Comme Ulysse

Auteurs : Olivier Peru, Geyser et Sébastien Lamirand

Editeur : Soleil

Genre : Science-Fiction, Anticipation

Résumé :

Au XXVe siècle, l’ISS OXYGEN est le premier vaisseau d’exploration spatiale à quitter la Terre avec des enfants à son bord. Alternant les phases d’hibernation, plusieurs familles se relaient aux commandes du navire. Pour s’occuper des plus petits durant les périodes d’éveil, l’équipage compte sur AC7+, un androïde de compagnie réputé pour son stock illimité d’histoires. Hélas, après quelques siècles paisibles, une nuée d’astéroïdes croise la route de l’ISS et transforme le vaisseau en épave. Seules deux créatures survivent à la catastrophe : AC7+ et Ulysse, un nouveau-né. Changement de mission pour l’androïde : il faut élever le garçon et le ramener sur la planète bleue.

Avis :

Ce deuxième tome de la série à thème Androïdes des éditions Soleil, peut se lire totalement indépendamment du précédent tome paru (Résurrection). C’est ce principe même qui donne sa force à cette collection : chaque tome raconte l’histoire d’androïdes vivant dans un monde particulier ne se recoupant pas avec ceux des autres titres. Cette série-concept compte pour le moment trois tomes.

Pour ce second volume, ce fut au tour d’Olivier Peru d’en inventer l’histoire. L’auteur n’en est pas ici à ses premières armes. Faisant partie de plusieurs collectifs d’écrivains comme pour les séries des Maîtres inquisiteurs, d’Oracle, des Elfes ou de Kookaburra Universe, le scénariste possède également quelques séries terminées qui lui sont propres, comme celles de Mjöllnir ou de Lancelot. La première est une trilogie originale et pleine de magie qui nous fait voyager dans la mythologie nordique à travers les yeux de peuples nains. La seconde est une quadrilogie qui se base sur les légendes arthuriennes en nous montrant un Lancelot différent, pris au piège par des forces obscures. Enfin, Olivier Peru est aussi auteur de multiples romans de fantasy.

S’attaquer au thème des androïdes lui a été d’une grande réussite. Comme son confrère Jean-Luc Istin, auteur du premier tome, le scénario de cette BD enchante et nous transporte dans un univers fabuleux. L’histoire est un mélange de déjà-vus, de clichés de SF, d’originalité, d’étonnement et d’humanité. Les dessins sont beaux, sans fioritures, précis et plein de vie. Geyser, le dessinateur, nous offre ici des planches fantastiques dans lesquelles le lecteur se plonge avec entrain, rappelant quelques inspirations provenant de mangas ou de comics. Les couleurs nous emmènent dans un vaisseau tantôt bleu, tantôt sombre, dans des lieux colorés et plus verts. Sébastien Lamirand, aux couleurs, donne des visuels sans accrocs et très expressifs. L’ensemble forme ainsi un ouvrage particulièrement agréable à lire mais qui nous fait également réfléchir.

Le titre nous fait rapidement penser aux aventures d’Ulysse, le héros de l’Odyssée d’Homère, qui cherche à tout prix à rentrer chez lui. Si cela vous est venu en tête, vous n’êtes pas si loin de la vérité à propos de cette histoire. La fin n’est pas aussi joyeuse, quoique…

Cette BD commence avec un dialogue très alléchant entre AC7+, un androïde chargé d’occuper les enfants et connaissant de nombreuses histoires pour les faire rêver, et Isabella, un esprit purement rationnel, représentant le vaisseau ISS Oxygen pour International Space Ship Oxygen. A l’image de K-2SO dans Rogue One, Isabella réagit avec logique et sans émotion, agrémentant l’histoire de passages comiques tant discuter avec elle devient vite fatigant et déprimant. C’est d’ailleurs ce « personnage » qui porte le récit et qui a le plus de répliques.

L’ISS Oxygen, « le plus grand navire d’exploration spatial jamais construit » (page 5), a quitté la Terre en 2426 pour visiter les systèmes solaires voisins. 3600 membres d’équipage, composés d’hommes, de femmes, d’enfants, de familles, ont accepté cette mission périlleuse pour le bien de l’humanité. Alors que certains s’occupent du bon fonctionnement du vaisseau, les autres dorment dans des cellules médicalement faites pour les faire vieillir le plus lentement possible, ralentissant le rythme de leurs cellules. Tous les ans, les équipes tournent, laissant parfois des groupes d’enfants à l’abandon. C’est à ce moment-là qu’intervient AC7+ pour les occuper, les faire rire et leur faire passer le temps de la plus belle façon qui soit. Le visage agréable de cet androïde et sa patience, font de lui une nourrice idéale.

Le voyage se déroule si bien qu’un miracle a lieu : la naissance d’Ulysse. Mais un terrible drame arrive peu de temps après, ravageant le vaisseau et tuant la quasi-totalité de son équipage. AC7+, pris d’affection pour le jeune Ulysse et, de par ses obligations de protection envers l’espèce humaine, se jure alors de tout tenter pour le sauver et lui permettre de revoir la Terre. Le vaisseau, ne pouvant plus faire le voyage prévu et devant être absolument réparé, se dirige de nouveau vers la planète Bleue, qu’il finira par atteindre plus de 900 ans après l’horrible catastrophe, laissant un Ulysse centenaire, dans sa cellule de confinement biologique. Ulysse survivra-t-il à sa sortie à l’air libre ? Voudra-t-il continuer à vivre malgré la mort des siens ? La Terre aura-t-elle changé après presqu’un millénaire ? Isabella, AC7+ et Ulysse le découvriront bien assez tôt et arriveront à s’adapter.

Même si la fin n’apparaît pas vraiment comme une surprise, étant donné tous les romans, films et autres nouvelles de science-fiction sur le sujet, l’auteur nous donne à réfléchir sur la technologie, la modification génétique et la civilisation. Le récit se termine sur une note positive, invitant le lecteur à s’imaginer un futur plus glorieux et une humanité florissante. La chute, bien que presque évidente pour certains, n’entache pas le récit. Au contraire, elle nous berce dans une atmosphère agréable, des dialogues amusants voire touchants, et une ambiance optimiste.

Ce second tome se termine par un épilogue joyeux, porté vers l’avenir et tout en finesse. L’humanité et ce que nous sommes ne s’est pas fait en un jour et notre passé, comme notre Histoire, forment le pilier de nos existences. Olivier Peru a écrit une histoire pleine de promesses et a su nous livrer sa vision de l’androïde : une machine intelligente permettant à l’Homme de s’évader mais lui donnant aussi une chance de se rappeler qui il est.

Note : 17/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net