Tony Chu Détective Cannibale

tonychu.0

Résumé :

Tony Chu est un flic qui peut trouver le moment de la cueillette, l’origine ou encore les pesticides que contient une pomme ou une orange en mordant dedans. Il est cibopathe, c’est-à-dire qu’il peut trouver des indices en mangeant des aliments. Il va être amené à gouter différents plats, comme des cadavres, des chiens morts, etc… pour résoudre des enquêtes.

Avis :

Dans l’univers du comic américain, il y a autre chose que les super héros Marvel ou Dc. En effet, et grâce aux éditions Delcourt, la boîte Images propose différents types de comics, allant du super héros un peu moins connu, au thriller pur et dur. Avec Tony Chu, on va explorer quelque chose de totalement différent, oscillant entre fantastique, policier et comédie. Totalement loufoque mais aussi très intelligent, cette bande dessinée montre que les américains ont de la ressource en matière d’histoire complètement barrée, mais aussi dans le politiquement incorrect, se moquant ouvertement du gouvernement ou des décisions prises par la justice. A noter que cette série à gagner deux fois de suite le Will Eisner de la meilleure série, gros gage de qualité ! (Contrairement aux prix donnés à Angoulème). Goutons cette série et voyons voir quel gout elle a.

Le scénario écrit par John Layman est à la fois vraiment délirant et très intelligent. En effet, il propose un univers contemporain, en y incluant une nouvelle donne qui aurait pu arriver, avec Roselyne Bachelot notamment. Nous sommes aux states, et Tony Chu est un fic qui possède un don, il est cibopathe et peut découvrir plein de choses en goutant quelque chose. Ainsi, s’il croque du bacon, il sera comment le cochon est mort et à quelle date. Il est donc très maigre et  n’aime pas manger, hormis des betteraves, seul aliment sur lequel son pouvoir ne marche pas. Bien évidemment, son pouvoir reste très utile mais il est perçu comme un monstre par un bon nombre de ses collègues. Il intègre rapidement un nouveau bureau qui est au-dessus de la police et qui doit enquêter sur les trafics de poulet. La grippe aviaire ayant fait des millions de victimes, le poulet reste interdit et est devenu une ressource rare qui se deal à prix d’or au marché noir. Alors quand on lit ses lignes, on voit bien que l’histoire est vraiment loufoque, mais ce n’est pas la seule chose, elle est aussi très intelligente, car elle dénonce les dérives d’un gouvernement et montre parfois des agents du même bureau de Tony Chu qui doutent des décisions prises par celui-ci. Il montre aussi comment une ressource aussi répandue que le poulet peut vite devenir un objet illégal et comment cela peut vite devenir une drogue comme les autres. Imaginez le même scénario mais avec de l’eau ! Sans compter aussi que la série propose une galerie de personnages déjantés, comme le coéquipier de Tony, flic brutal avec la moitié du visage en robot suite à une opération après un coup de hachette dans la face, le chef de Tony, homosexuel refoulé et transpirant, Amanda, saboscrivneuse, c’est-à-dire que ce qu’elle écrit se transforme en gout pour nous, qui est la petite amie de Tony, un tueur en série cibopathe se prenant pour un vampire, etc… Bref, le tout forme quelque chose de très cohérent et on comprend vite les récompenses méritées.

selection_comics_chu_cibopathe

Au niveau du dessin, on trouve Rob Guillory qui possède un trait particulier. Pas du tout réaliste, les dessins du monsieur sont tout de même très cartoon et s’ancrent entièrement dans l’univers complètement fou de cette série. Chaque personnage est savamment croqué, et certaine planche sont un réel bonheur pour les yeux. Si la plupart des personnages ont des membres trop longs, ou sont vraiment disproportionnés, comme Mason Savoy, un des méchants de l’histoire, il en ressort tout de même une certaine grâce et le coup de crayon de Guillory est très agréable. Le type n’est pas maladroit non plus pour montrer les émotions des personnages, et c’est aussi grâce à cela que le comics est ce qu’il est et donne plus d’une fois le sourire. Il suffit de regarder Tony Chu amoureux, avec son regard niais ou encore le gouverneur de Yamapalu avec ses deux petites dents qui dépassent. Bref, on ressent une réelle osmose entre le scénariste et le dessinateur, offrant une BD hors norme et résolument réussie. Les quelques effets gores sont assez drôles, entre les morts débiles et les cadavres que doit gouter Tony, Guillory en profite pour faire dans le grandguignolesque et dans le mauvais gout.

Au final, Tony Chu Détective Cannibale est une réelle réussite, une de ces séries trop discrètes et qu’il faut vite découvrir. L’entente parfaite entre Layman au scénario et Guillory au dessin fait que ce comics est une bombe qui montre humour, policier et fantastique dans un monde contemporain mais au destin différent, ou la faulaille est censée remplacer le poulet et où certains cuisiniers se cachent pour proposer illégalement cette nourriture. Allant encore plus loin dans le n’importe quoi maîtrisé, le tome 4 va surement proposer des extraterrestres. J’en salive d’avance !

Note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net