mars 5, 2021

Sacrifice

Titre Original : Zhao Shi Gu Er

De : Chen Kaige

Avec You Ge, Xueqi Wang, Bingbing Fan, Xiaoming Huang

Année: 2010

Pays: Chine

Genre: Drame, Historique, Action

Résumé :

Un ministre fait exécuter toute la famille Zhao. Seul survit un nouveau-né, sauvé par un médecin ami de la famille Zhao. Ce dernier l’élève comme son propre fils, dans le but de l’amener à se venger du ministre.

Avis :

Adapté une pièce de théâtre n’est pas une chose aisée. En France, on a bien l’habitude de cela avec des films comme L’Emmerdeur, La Cage aux Folles ou encore Le Prénom, mais ce sont des pièces qui restent assez figées dans l’espace et qui ne proposent pas une action omniprésente. En fait, ce sont surtout les dialogues qui peuvent être facilement mis en scène, tout en y apportant des changements de lieu qui sont plus complexes dans le domaine du théâtre. Cependant, lorsque la pièce est une fresque épique chinoise sur la vengeance, voilà quelque chose de plus ambitieux. Il fallait bien Chen Kaige, palme d’or en 1993 pour Adieu ma Concubine, pour se lancer dans une œuvre aussi casse-gueule et empruntant aux contes et légendes historiques de Chine. Il en ressort une œuvre intéressante du point de vue visuel, mais qui reste parfois assez longue et n’arrive pas toujours à passionner le spectateur face à une fresque qui se veut épique mais qui se perd parfois dans trop de tergiversations.

Issu de la pièce de théâtre L’Orphelin de la Famille Zhao, Sacrifice raconte comment un clan va être décimé par un ministre hautain et comment un médecin va sacrifier son fils pour élever le dernier né du clan, afin que plus grand, il se venge de ce ministre. Se déroulant sur plusieurs années, le film se veut une fresque dantesque représentant l’histoire de Chine et comment certains clans se faisaient la guerre pour accéder au trône. En gros, c’est comme aujourd’hui avec les politiques, sauf qu’à l’époque, on utilisait des épées plutôt que des mots ou des tweets sur les réseaux sociaux. Et c’est peut-être ça qui marque dès le début du film. A travers un montage brouillon et hyper cut, le film relate comment ce ministre est arrivé à la tête de l’Empire en tuant tout un clan. Jalousie, coup bas, machination, tout le début tourne autour d’une tuerie orchestrée par jalousie. Malheureusement, le montage est difficilement compréhensible au départ et fort heureusement, cela ne va pas durer dans le temps.

On se rend vite compte que le réalisateur mise beaucoup sur ses scènes d’action. En effet, le premier combat est très violent et n’hésite pas à mettre en avant des combattants impressionnants dont un golgoth armé d’une masse d’arme qui va fracasser quelques crânes. L’ensemble est très lisible et les quelques scènes de combat que l’on va voir dans le film sont relativement bien filmées, offrant de belles chorégraphies sans jamais trop en faire. D’ailleurs, on s’éloigne de films comme Tigre & Dragon, puisque les personnages ne volent pas dans les airs ou ne font pas des choses impossibles. Le problème, c’est que ces scènes d’action sont relativement rares dans le film. On peut compter trois combats, ce qui est assez maigre dans un film dépassant les deux heures, mais surtout, il y a un combat au milieu qui n’apporte rien au film, hormis de montrer une relation déjà toxique entre l’enfant et son parrain, qui est le meurtrier de ses parents. Du coup, on sent bien que Sacrifice ne mise pas sur l’action mais plutôt sur les relations entre les personnages.

Et c’est là le plus intéressant du film mais aussi, de façon contradictoire, le plus ennuyeux. On va donc suivre un homme qui perd son fils et sa femme à cause du même homme qui a décimé le clan Zhao. Sauf qu’il fait passer son fils pour le dernier descendant du clan et l’orphelin va devenir son propre fils. Du coup, il va l’élever en nommant le ministre comme étant son parrain, pour garder un rapprochement entre eux. Ainsi, le film va se baser sur une triple relation entre un père, son fils et le parrain où chacun aura bien du mal à trouver sa place. En effet, l’enfant va se prendre d’affection pour son parrain, plus libertaire que son père adoptif et on sent que la relation peut échapper au contrôle du père à tout moment. Bien entendu, tout se joue sur la révélation finale qui va bouleverser cette relation et tout remettre en question pour le jeune homme mais aussi pour son père adoptif qui pense qu’il n’a peut-être pas bien agi. Alors il est évident que tout cela est bien fait et relativement passionnant sur le papier. Sauf qu’à l’écran, ce n’est pas tellement le cas. Si le vieillissement est bien rendu, si les acteurs sont plutôt bons, l’ensemble demeure très ennuyant car le film est très généreux en palabres qui ne servent pas à grand-chose. En fait, le film veut à tout prix faire des commentaires sur les états d’âme des personnages et au final, cela ne fonctionne pas à 100%. Certes, ce n’est pas non plus outrageux, mais le film ne réussit pas toujours à divertir ou à toucher.

Au final, Sacrifice est un film hybride qui souffle le chaud et le froid dans un film visuellement beau mais au montage hyper cut au départ et qui empêche de se plonger dedans et aux scènes de combat assez spectaculaires mais qui sont finalement assez peu représentées. Bref, un film pas inintéressant mais qui a du mal à trouver un équilibre dans ce qu’il propose, aussi bien dans les moments intimistes que dans les moments plus nerveux, et c’est dommage, car dans son ensemble, on tient là un joli film sur la vengeance mais aussi sur la paternité et la jalousie.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.