octobre 26, 2020

Roméo + Juliette

Titre Original : Romeo + Juliet

De : Baz Luhrmann

Avec Leonardo DiCaprio, Claire Danes, John Leguizamo, Harold Perrineau

Année: 1997

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Romance

Résumé :

Verona Beach, un quartier de Los Angeles, est le théâtre de la haine entre deux familles ennemies: les Montaigue et les Capulet. A l’occasion d’un bal donné chez ces derniers, Romeo et son cousin Mercutio s’introduisent chez leurs rivaux où le premier tombe amoureux de la belle Juliette qui ne tarde pas non plus à succomber à ses charmes. Les deux amants s’enlisent alors dans une passion interdite et surtout dangereuse.

Avis :

Baz Luhrmann est un cinéaste australien dont chaque film est attendu avec une impatience folle. Doté d’un style à part, le cinéaste réalise peu, espaçant les films, et ça dès le début de sa carrière. Une carrière qui commence en 1992 avec le décalé « Ballroom Dancing« , qui ouvre ce que l’on appellera la trilogie dite du « Rideau Rouge » (s’en suivront « Roméo + Juliette » et « Moulin Rouge« ). Ce premier film offre un regard et surtout un style différent, et même si le film ne trouve pas le succès qu’il mérite lors de sa sortie en salle, il pose les bases du cinéma Luhrmannien.

Après cinq ans de silence, Baz Luhrmann revient alors avec ce qui reste, aujourd’hui encore, son film le plus risqué, le plus couillu, mais aussi le plus décalé, et même le plus beau. Des adaptations de « Roméo et Juliette« , le cinéma en compte bon nombre, mais aucun n’aura été aussi lourd dans son « délire » que ce film de Baz Luhrmann. Explosé par la presse, encensé par le public, « Roméo + Juliette » propulse Baz Luhrmann comme le réalisateur à surveiller. Instantanément culte, cette adaptation de la pièce de Sir William Shakespeare est une explosion de saveurs nouvelles.

 » -Deux anciennes maisons réputées d’égale dignité dans la belle Verone, où se place notre scène, pour d’anciennes querelles de nouveau se mutilent.

Le sang civil vient souiller le poing des citoyens. Or, dans le sein fatal de ces deux ennemis, deux enfants amoureux sous des astres défavorables, s’éveillent à la vie. Leur malheureux effondrement dans le tombeau ensevelira la haine que leurs pères l’un pour l’autre conçoivent.

Les terribles péripéties de leurs funestes amours et l’effrayante assiduité de leurs parents dans une querelle que rien hormis la mort de leur progéniture n’aura le pouvoir d’épuiser.

Tel sera dans les deux prochaines heures, le spectacle de notre scène. »

Adapté et surtout transposé « Roméo et Juliette » dans les années 90, le pari est bien plus qu’osé, le pari était totalement dingue. « Roméo + Juliette« , c’était le genre de film qui pouvait s’écrouler en une fraction de seconde. D’ailleurs, si l’on écoute bien les gens autour de nous, soit le film de Baz Luhrmann est porté aux rangs de chef-d’œuvre, soit il est fustigé au rang de navet intersidéral, à croire que le film est si radical, qu’il ne laisse pas de place au juste-milieu… On adore ou on hait !

L’histoire de son Roméo et de sa Juliette est connue et de ce niveau-là, on aura donc aucune « surprise ». Amour, haine et destin funèbre se rencontrent avec une plume tout simplement incroyable.

Mais là où cette adaptation se différencie et absorbe totalement le spectateur, c’est par cette réalisation totalement audacieuse et totalement réussie de la part de son réalisateur. « Roméo + Juliette » est nerveux, rapide, doté d’un montage déjanté et fou, le film est complétement bercé dans une pop culture et c’est génial. L’introduction du film est un requiem de folie qui donne la couleur d’emblée. La suite ne lâchera rien, sachant être très violente ou très romantique quand il le faut. Baz Luhrmann sait exactement le spectacle qu’il veut offrir, il gère tout avec une main de maître, ne débordant jamais et pourtant, il aurait été si facile de se perdre avec un tel parti pris. Parfois absurde, parfois drôle, d’autre fois adoptant les codes du western ou bien le film de gangsters, Baz Luhrmann ne se limite pas et pourtant tout est cohérent, tout est pertinent et tout est au service de l’intrigue et non du style. C’est bluffant et ce talent va ne faire que se confirmer avec son troisième film « Moulin Rouge » ou encore même avec ceux qui suivront, si bien qu’aujourd’hui, on reconnaît le style de Luhrmann entre tous.

« Roméo + Juliette« , c’est aussi une bande originale de folie qui s’écoute même en dehors du film tant elle est complète et rappelle avec plaisir plusieurs passages du film. Cette BO est bercée par des groupes et des chanteurs totalement années 90 qui vont s’opposer à du Mozart. Au plaisir, on pourra écouter Garbage, Radiohead, Des’Ree, Craig Armstrong, The Cardigans, One Inch Punch … Comme toujours, Baz Luhrmann confirme son amour pour les BO qui marquent et surtout le génie de faire cohabiter ces musiques avec ses images et ses films.

Enfin, on ne peut pas parler de « Roméo + Juliette » sans parler de son casting plus que parfait. Un casting qui a révélé ou confirmé plus d’un comédien. Leonardo Dicaprio qui avait déjà prouvé un immense talent dans le « Gilbert Grapes » de Lasse Hallström et le « The Basketball diaries » de Scott Kalvert s’envole un peu plus et démontre qu’il s’adapte à tous les registres. Sa Juliette, c’est Claire Danes qui fut une belle révélation à l’époque. Belle, fragile, innocente, sa Juliette est touchante à tout instant. On retiendra aussi Harold Perrineau dans le rôle de Mercutio ou encore les immenses Brian Dennehy et Paul Sorvino dans les rôles des pères.

Pour son deuxième film, Baz Luhrmann fait un pari fou et il le réussit haut la main. Déchainement d’amour, de haine et de pop culture, totalement moderne et rétro en gardant le texte de Shakespeare, on en prend plein les yeux, plein les oreilles et le cœur. Baz Luhrmann nous fait vivre deux heures uniques, deux heures qui se redécouvrent à chaque fois. Bref, pour son deuxième film, Baz Luhrmann s’offre ni plus ni moins qu’un chef d’œuvre !

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.