Eternal Sunshine of the Spotless Mind

De : Michel Gondry

Avec Jim Carrey, Kate Winslet, Kirsten Dunst, Mark Ruffalo

Année: 2004

Pays: Etats-Unis

Genre: Romance

Résumé:

Joel et Clementine ne voient plus que les mauvais côtés de leur tumultueuse histoire d’amour, au point que celle-ci fait effacer de sa mémoire toute trace de cette relation. Effondré, Joel contacte l’inventeur du procédé Lacuna, le Dr. Mierzwiak, pour qu’il extirpe également de sa mémoire tout ce qui le rattachait à Clementine. Deux techniciens, Stan et Patrick, s’installent à son domicile et se mettent à l’oeuvre, en présence de la secrétaire, Mary. Les souvenirs commencent à défiler dans la tête de Joel, des plus récents aux plus
anciens, et s’envolent un à un, à jamais.
Mais en remontant le fil du temps, Joel redécouvre ce qu’il aimait depuis toujours en Clementine – l’inaltérable magie d’un amour dont rien au monde ne devrait le priver. Luttant de toutes ses forces pour préserver ce trésor, il engage alors une bataille de la dernière chance contre Lacuna…

Avis:

Clippeur de folie, Michel Gondry est l’un des réalisateurs qui porte le mieux le drapeau de la France à l’étranger. S’il commence à réaliser vers la fin des années 80 des clips pour le groupe « Oui Oui« , pour Jean-Luc Lahaye ou bien Étienne Daho, il va très vite passer à l’étape supérieure notamment en collaborant avec la chanteuse islandaise la plus connue au monde Björk. S’en suivent en vrac, Kylie Minogue, Lenny Kravitz , The Chimical Brothers, Sinéad O’Connor , Massic Attack, The Rolling Stones, les Whites stripes, les Daft Punk ou bien Neneh Cherry, Sheryl Crow , Radiohead… Bref, tout le monde veut sa part du style atypique de Gondry.

Une telle renommée amène évidemment à ce que le réalisateur passe au long-métrage. Son premier long, « Human Nature » sort discrètement en 2001, malgré un casting réunissant Patricia Arquette, Tim Robbins et Rhys Ifans.

Pour que le réalisateur trouve le succès, il va alors falloir attendre encore quatre ans, car c’est avec son second film que Michel Gondry va marquer le public, les cinéphiles et le cinéma lui-même à jamais. Ce deuxième, c’est « Eternal sunshine of the spotless mind« . Film devenu culte presque instantanément, pour son deuxième métrage, Michel Gondry livre un chef d’œuvre qui touche directement au cœur. « Eternal sunshine …« , de par son concept, son visuel, ses interprètes, demeure l’un des plus beaux films d’amour qui soit ! Michel Gondry, aidé de son complice Charlie Kauffman, livre un concentré d’amour, de sentiments, de drôlerie, de poésie et surtout d’émotion ! Une émotion qui renaît à chaque instant, tant le film est libre, beau, novateur, émouvant et véridique…

Joel Barish est un homme qui vient de vivre la plus belle des histoires d’amour, mais il semblerait que cet amour n’ait pas été pleinement partagé et un matin, Joel découvre que son amoureuse, Clémentine, l’a complétement effacé de sa mémoire. Trahi, dévasté, souffrant le martyr, Joel décide alors de fait la même chose et de rayer Clémentine de sa vie afin de pouvoir passer à autre chose. Il contacte donc le Dr. Mierzwiak qui n’est autre que l’inventeur de la machine à supprimer les souvenirs.

Mais alors que Joel est fermement décidé, la nuit de la consultation, pendant que les ingénieurs du Dr. Mierzwiak ciblent ses souvenirs dans le cerveau de Joel, ces derniers ne veulent pas oublier cette relation. Les émotions de Joel, ses sentiments et surtout ses souvenirs, lui font comprendre qu’il a fait une erreur. Alors pour garder ne serait-ce que le sourire de Clémentine, Joel va essayer de la cacher…

« Eternal Sunshine of the sptoless mind » est un film qui ne ressemble à rien de connu. C’est un ovni qui bouleverse et absorbe celui qui le regarde. C’est un ovni qui a la capacité de se réinventer à chaque visionnage. Il faut dire que le scénario, le montage et l’histoire, sont si riches, que forcément, on oublie des éléments et c’est toujours avec un plaisir immense qu’on les redécouvre.

Le scénario est un bijou ! L’histoire est difficilement résumable, tant elle est riche et surtout évoque de manière folle tout un tas de thèmes.

« Eternal sunshine … » parle d’amour, de la difficulté de vivre avec ses souvenirs, des peines, des souffrances, du bonheur aussi et enfin de la vie et de ses choix. Michel Gondry évoque tout ceci et bien plus encore de manière inédite et totalement déstabilisante.

L’intrigue est complexe, le montage est bourré d’imagination et la réalisation est exceptionnelle, inédite, fabriquée, inhabituelle, absorbante. C’est quelque chose d’unique en son genre et qu’on adorerait voir bien plus souvent, car elle est totalement en cohérence avec le film, l’histoire ou l’ambiance. Ici, la forme est toujours au service du fond et Michel Gondry ne fait pas d’esbroufe. Il ne cherche pas à impressionner ou s’enfermer dans son style. Non, c’est entre nostalgie amoureuse et amertume qu’il a parfaitement su trouver la meilleure des façons pour raconter cette histoire d’amour totalement folle. Une histoire d’amour entre réalité, rêve et cauchemar que peu de scénarios sont arrivés à aussi bien décrire (d’ailleurs, il mérite amplement son Oscar). Car si « Eternal Sunshine … » est un film d’un romantisme absolu, il est aussi le pire des cauchemars et c’est loin d’être un film lumineux, même si l’amour triomphe toujours.

Culte, le film regorge de scènes inoubliables et merveilleuses. La plage sous la neige, la scène du lac gelé, la maison qui se détruit peu à peu comme les souvenirs de Joel. Des scènes qui sont accompagnées d’une photographie onirique qui est un chef d’œuvre à elle seule. C’est fabuleux de bout en bout.

« Eternal Sunshine of the spotless mind« , c’est aussi des acteurs qui sont tous prodigieux, du premier rôle aux moindres seconds rôles.

Jim Carrey est royal et démontre encore l’immense acteur qu’il est. Il démontre qu’il est capable d’autre chose que de faire le pitre et que même s’il est un génie de la comédie, c’est bien dans le drame qu’il est encore meilleur. Puissant et sensible à chaque moment, il ne surjoue jamais, il est toujours très juste, arrive d’un regard à faire passer la tristesse de l’échec amoureux à faire renaître l’espoir d’un nouveau départ.

Kate Winslet tient là un de ses meilleurs rôles, un rôle qui se démarque de ce qu’elle fait habituellement. Le rôle de Clementine est un rôle fou, qu’elle joue avec une grande finesse et un sacré grain de folie.

Dans les seconds rôles qui ont toute leur importance, on trouvera Elijah Wood, Kirsten Dunst, Tom Wilkinson et Mark Ruffalo.

Michel Gondry nous offre des personnages inoubliables, un film inoubliable qui procure des émotions inoubliables… Bref, découvrez vite ce chef d’œuvre qui reste encore aujourd’hui le plus beau film de Michel Gondry !

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net