Cthulhu Wars

Fiche technique :

Auteur : Sandy Petersen

Joueurs : 2 à 4 (5 avec extensions)

Durée : 40min par joueur environ

But du jeu :

Depuis des temps immémoriaux les Grands Anciens sont tapis sous terre, dirigeant par moments la destinée des Hommes en influençant leurs actes par la projection de pensées chaotiques menant à la guerre. Mais, lassés de faire faire les choses, ils se réveillent enfin pour prendre le contrôle du monde… Qui sera le Grand Ancien à obtenir le plus de Points d’Apocalypse ?

Règles :

Cthulhu Wars est un jeu de figurines, de conquête de territoires, prenant place dans l’univers de l’écrivain Howard Philipps Lovecraft, dont le monstre Cthulhu est le plus célèbre représentant. Chaque joueur incarne une faction composée d’Adorateurs (des humains asservis), de monstres et de Grands Anciens, créatures gigantesques.

Un tour de jeu se découpe en plusieurs phases.

Tout d’abord, chaque joueur gagne des Points de Pouvoirs en fonction du nombre de Portails qu’il contrôle. Ces Points de Pouvoirs sont les ressources qui vont servir à faire toutes les actions du jeu. Celui qui en possède le plus est le Premier Joueur et décide si l’ordre du jeu sera en sens horaire ou anti-horaire.

Ensuite les joueurs gagnent des Points d’Apocalypse (équivalent des Points de Victoire) pour le nombre de portails qu’ils possèdent et peuvent lancer un Rituel qui leur permettra d’en gagner davantage.

Enfin vient le cœur du jeu, la Phase d’Actions. Chaque joueur doit effectuer une action en dépensant le nombre de Points de Pouvoir approprié. Une fois cela fait, un autre tour d’actions recommence, et ainsi de suite jusqu’à ce que plus personne n’ait de Points de Pouvoir.

Ces actions, quelles sont-elles ?

Déjà, nous parlions des Portails. Pour 3 Points de Pouvoir (abrégé PP)nous pouvons en créer un là où nous possédons un Adorateur. Ces Portails, en plus d’octroyer des Points d’Apocalypse, permettent d’invoquer des Monstres. Il s’agit d’une autre action, ayant un coût variable selon la créature. Ils permettent également de faire venir à soi notre Grand Ancien, figure divine possédant des capacités uniques et supérieures à la moyenne.

Nous pouvons également, pour 1 PP,  déplacer nos unités (1 PP par unité), capturer un Adorateur adverse, ou même attaquer une faction ennemie.

Le combat est très simple à résoudre. Chaque monstre possède une valeur de combat qui correspond au nombre de dés à 6 faces que le joueur va lancer. Chaque résultat affichant 6 est un dégât mortel qui tue une créature, quelle qu’elle soit (y compris un Grand Ancien). Et chaque 4 ou 5 est une blessure qui fait fuir la créature sur une case adjacente.

Durant la partie, les joueurs peuvent récupérer des Grimoires de plusieurs façons différentes selon les factions (en réveillant un Grand Ancien, en ayant des unités sur tel nombre de cases du plateau, en tuant tel nombre d’unités en combat, etc). Ils conférent de nouvelles capacités et Actions comme remplacer un Adorateur adverse par un des nôtres pour 3 PP, donner un dé de combat supplémentaire pour chacun de nos Adorateurs, empêcher notre Grand Ancien de mourir tant qu’il n’affronte pas un autre Grand Ancien, etc. Chaque joueur en possède 6 qui sont totalement différents de ceux des autres joueurs, en adéquation avec la manière de jouer telle équipe.

Lorsque tous les PP ont été dépensés, le tour s’arrête et un nouveau commence, avec récupération de PP, etc. Si lors de la Phase d’Apocalypse un joueur atteint les 30 Points d’Apocalypse ET qu’il possède ses 6 Grimoires, il est déclaré vainqueur. Du moins peut-il l’espérer. En effet, il est possible d’obtenir de diverses façons des jetons Signe des Anciens au cours de la partie qui donnent un nombre de Points d’Apocalypse variant entre 1 et 3 par jeton. Ils sont révélés par tous lorsque ledit joueur atteint lesdits 30 Points d’Apocalypse et chacun ajoute ses jetons à son propre score. Ainsi, arriver à 30 ne garantit pas la victoire…

Avis :

Le thème de Cthulhu et les écrits de Lovecraft en général ont été maintes fois repris au fil du temps. On ne compte plus le nombre de films ou autres œuvres culturelles qui s’en sont inspirés, dont, celles qui nous intéressent ici, les jeux. A commencer par le jeu de rôles l’Appel de Cthulhu qui nous plonge dans des années 20 alternatives dans lesquelles la folie rôde à chaque coin de porte. Le créateur de ce célèbre jeu de rôles n’est autre que… Sandy Petersen, qui signe ici son seul jeu de plateau. Mais quel jeu ! Alors que dans la plupart des cas il s’agit de lutter contre les forces du mal qui envahissent notre monde (la grande majorité des jeux sur ce thème sont des jeux de coopération dans lesquels les protagonistes doivent lutter contre les Grands Anciens ou pour leur survie), ici vous devez carrément les incarner, leur faire prendre vie en les invoquant.

Et ça marche vraiment bien !

Le premier constat que l’on peut faire est la qualité des figurines. Elles ne sont pas peintes mais sont très détaillées, de très bonne facture et d’une taille imposante. Chaque arrivée d’un Grand Ancien ferait presque résonner le sol tant elles prennent de la place sur la carte. Les monstres ne sont pas en reste et le tout donne une impression de puissance mêlée d’horreur : il ne faut pas oublier que les créatures du Mythe de Cthulhu sont souvent décrites comme étant justement indescriptibles, indicibles et effrayantes.

Niveau gameplay, c’est également très bon. Chaque faction possède ses propres forces et faiblesses qu’il va falloir exploiter (le livret de règle décrit d’ailleurs comment jouer les factions et les affronter), l’arrivée des Grimoires marque un pas décisif dans la mise en place d’une stratégie de jeu et propose des alternatives intéressantes aux actions basiques. Tous les Grimoires sont très forts. Toutes les factions sont très fortes, tous les pouvoirs des Grands Anciens sont très forts. L’impression de surpuissance lorsque ces derniers font leur apparition est jouissive tant leurs pouvoirs sont immenses. Mais comme tout le monde est logé à la même enseigne, le jeu s’équilibre.

On peut cependant reprocher que le système de combat soit basique et l’on aurait raison : il s’agit d’un bête lancer de dés. Sauf que les Grimoires et les capacités des créatures parviennent à modifier ces règles. Tel Grimoire qui permet de sacrifier une unité pour qu’une autre lance plus de dés, une unité dont le nombre de dés lancés dépend du nombre de ces unités, voire du score de l’adversaire…

De plus le fait que les joueurs alternent une unique Action pendant leur tour rend le jeu plus dynamique car les coups s’enchaînent assez rapidement. Même si les possibilités ne sont pas très nombreuses, elles s’étoffent au fil du temps et la réflexion est de mise.

On en arrive au gros point négatif du titre. Comme tout bon jeu de figurine qui se respecte, le moulage a un prix. Il faudra débourser pas moins de 170 euros pour se le procurer neuf, ce qui représente un investissement considérable pour un seul jeu. Sans compter qu’il existe plusieurs extensions contenant par exemple des factions supplémentaires (environ 50 euros chacune) et d’autres modules facultatifs, comme des Adorateurs spéciaux ou des cartes pour plus de joueurs. Mais est-ce que cet énième produit estampillé Cthulhu justifie que l’on dépense autant, est-ce qu’il vaut le coup ? Eh bien… Oui.

Il tranche avec la sempiternelle coopération entre Investigateurs (sans pour autant émettre un avis négatif sur la question) pour proposer un jeu d’opposition mettant en scène des créatures qui fascinent autant qu’elles effraient et les incarner. Le jeu est accessible tout en restant stratégique, le thème est omniprésent et très bien rendu (de l’Améritrash comme il faut) et les figurines sont très belles et très imposantes. Elles ne sont pas peintes mais que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir… Il va falloir le faire vous-même pour amener ce wargame vers une autre dimension de l’Horreur…

Note: 16/20

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net