Manchester by the Sea

De : Kenneth Lonergan

Avec Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler, Lucas Hedge

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

MANCHESTER BY THE SEA nous raconte l’histoire des Chandler, une famille de classe ouvrière, du Massachusetts. Après le décès soudain de son frère Joe (Kyle Chandler), Lee (Casey Affleck) est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick (Lucas Hedges). Il se retrouve confronté à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi (Michelle Williams) et de la communauté où il est né et a grandi.

Avis:

Réalisateur et surtout scénariste reconnu, puisqu’il a travaillé entre autres aux scénarios de « Mafia Blues » ou « Gangs Of New-York« , Kenneth Lonergan a connu un début de carrière difficile et singulier. Après un premier film très remarqué, « Tu peux compter sur moi« , le réalisateur tourne en 2005 « Margaret« , un drame sur la culpabilité d’une jeune femme qui a commis, par autrui, un accident mortel. Un drame comme celui-là, il en existe beaucoup et il était peu probable que le film entre dans une bataille juridique qui va alors durer sept ans. Ne voulant rien lâcher devant ses studios, Kenneth Lonergan s’est alors lancé dans un combat de titans. Après la mort des deux producteurs, le remontage du film par Scorsese ou encore un procès on ne peut plus couteux, le film est finalement sorti en 2012.

Depuis la sortie de « Margaret« , nous n’avions plus de nouvelles de Kenneth Lonergan, jusqu’à cette année, où sans crier gare, le réalisateur nous revient avec « Manchester By The Sea« .

Il y a des films parfois qui ressemblent à beaucoup d’autres, mais qui pourtant, on ne serait dire pourquoi, dès la vision de la bande-annonce, ils deviennent des attentes très importantes. « Manchester By The Sea » fait clairement partie de ceux-là. Avec sa bande-annonce toute en émotion, avec ses acteurs qui ont l’air totalement investis et surtout avec cette intrigue belle qui s’annonçait bouleversante, le nouveau film de Kenneth Lonergan fait beaucoup de belles promesses. Beau drame, tout en nuances, « Manchester By The Sea » touche directement au cœur et bouleverse par la justesse de ses personnages et de ses émotions.

Après le décès soudain de Joe, Lee revient à Manchester, une ville qu’il avait fuie pour oublier un drame. Lee doit s’occuper des formalités d’usage puisqu’il est la seule famille « adulte » qui restait à Joe. Joe avait un fils de seize ans et dans son testament, il désigne Lee comme son tuteur. Lee ne souhaite pas rester dans cette ville maudite, mais comment déraciner un jeune homme qui vient de perdre son père. Lee va alors devoir faire des concessions, mais pourra-t-il tenir ?

Avec « Manchester By The Sea« , Kenneth Lonergan se lance dans un portrait des plus difficiles, celui de Lee Chandler, un homme entièrement détruit de l’intérieur qui n’est plus qu’une ombre. Faire un film aussi sombre et émotionnel que « Manchester By The Sea » n’était pas gagné d’avance et ce pour plusieurs points. Le sujet, une fois qu’on en a compris les rouages, est déjà vu et a été traité par le cinéma ou la littérature, un bon millier de fois. Le réalisateur avec cette histoire pouvait aussi tomber dans le pathos. On a souvent vu des réalisateurs faire des films tire-larmes et qui à force de trop en faire, finissent par agacer plus que toucher. Le réalisateur, de par la durée de son film, deux heures vingt, prend aussi le risque d’ennui avec un film qui traînerait en longueur… Qu’on se rassure immédiatement, il n’en est rien et « Manchester By The Sea » est bien la séance d’émotion qu’on avait envie de voir. Évitant tous les clichés et les pièges, Kenneth Lonergan livre là un film aussi fort en émotion qu’il est pudique et refermé.

« Manchester By The Sea » peint le portrait d’un homme de manière passionnante, instaurant du mystère, une belle dose de drame, touché par son universalité, chacun d’entre nous pourra être touché par ce destin brisé et la force qu’il faut pour se relever. Le film n’oublie pas aussi une certaine forme d’humour noir plutôt bien vu. Le film dépeint aussi une relation superbe et unique entre l’oncle et son neveu. Ce qui est magnifique avec ce film, c’est la justesse, la subtilité, les nuances, la pudeur et surtout la simplicité avec laquelle Kenneth Lonergan filme son histoire et ses personnages. Avec ce film, on retrouvera les thèmes que le réalisateur avait déjà abordés avec « Margaret« . Ainsi, « Manchester By The Sea » est un très beau film sur le pardon. Le pardon que les autres nous font, mais surtout celui qu’on se fait à soi-même. Le réalisateur aborde la culpabilité comme personne et offre par la même occasion, le meilleur rôle de sa carrière à Casey Affleck. Le comédien y est royal dans un rôle extrêmement difficile. Un rôle qu’on pourra comparer à une bombe, tant il étouffe tout à l’intérieur et ne demande qu’à exploser. Il canalise tout, il retient tout et l’on reste impuissant face à sa tristesse et sa détresse, autant qu’on est fasciné et touché par cet homme. Chaque scène, chaque réflexion, chaque étape, chaque flashback est aussi beau que dur, aussi nécessaire que bouleversant.

Alors qu’avec « Margaret« , Kenneth Lonergan enchaînait les longueurs, ici, sa mise en scène est sublime. Ici, tout est fait pour servir l’histoire, servir cette relation naissante entre ces deux quasi-inconnus. Kenneth Lonergan filme son histoire avec pertinence, poésie, tristesse, et nous captive de bout en bout. Et c’est bien simple, malgré ses deux heures vingt, on ne le voit pas passer. Et à la rigueur, le seul petit hic qu’on peut lui reprocher, c’est sa fin, car on est si absorbé par cette relation qu’on en voulait plus, on n’avait pas envie que ça s’arrête. On pourra même dire qu’on reste un peu frustré, car « Manchester By The Sea » n’étant qu’une tranche de vie, à un moment donné, Kenneth Lonergan a décidé de ne pas donner de fin et ainsi quitter ses personnages comme ça. C’est donc beau, bon mais frustrant !

Casey Affleck est impérial, mais on notera aussi l’incroyable talent du jeune Lucas Hedges qui tient tête à Casey Affleck et finalement tient lui aussi une bonne partie du film sur ses épaules. Si Affleck est l’émotion du film, Lucas Hedges est sans conteste le souffle et l’humour. Bref, ils sont complémentaires et passionnants tous les deux. On regrettera quand même que le film ne s’arrête pas plus sur le père de Patrick et frère de Lee joué par le trop rare Kyle Chandler, car c’est un personnage qui aurait mérité d’être plus approfondi.

Pour son troisième film, Kenneth Lonergan nous revient donc plus en forme que jamais et nous offre un beau drame, profond, intense et sensible. « Manchester By The Sea » touche, bouleverse, nous fait souffrir parfois, et d’autres fois nous amuse. Ne reste que cette fin frustrante.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net