décembre 2, 2020

Le Syndicat du Crime

Titre Original : Ying Hung Boon Sik

De: John Woo

Avec Leslie Cheung, Chow Yun-Fat, Emily Chu, Waise Lee

Année : 1986

Pays : Hong-Kong

Genre : Action

Résumé :

Sung Tse Ho et Mark Gor deux seigneurs de la mafia à Hong Kong, coulent des jours heureux sous les ordres d’un parrain vieillissant. Tout irait pour le mieux si Ho n’avait un frère cadet qui a choisi de faire carrière dans la police.

Avis :

Maître du cinéma hongkongais, quand John Woo réalise le premier chapitre du « Syndicat du crime« , le réalisateur a déjà une sacrée carrière derrière lui. Une carrière qui commence douze ans plus tôt et qui est déjà fournie d’une quinzaine de longs-métrages qui ont petit à petit imposé le réalisateur sur la scène chinoise. Et même si la renommée internationale viendra vraiment avec « The Killer« , film sorti en 1989, ce premier « Syndicat du crime« , largement considéré comme un chef d’œuvre du maître, participera énormément à l’essor de John Woo.

Amitié, violence, trahison, famille ou encore honneur et loyauté, « Le Syndicat du crime » s’impose comme un excellent film qui brasse déjà beaucoup de thèmes déjà vus dans « Une balle dans la tête« . Film sur la mafia autant que sur la famille ou la rédemption, John Woo signe là un grand drame autant qu’un grand film d’action parfaitement orchestré.

Sung Tse Ho et Mark Gor sont deux caïds de la pègre de Hong Kong. Mais alors que Sung Tse se rend sur une affaire, il se fait trahir et se retrouve en prison. Pendant son séjour en prison, une rébellion fait rage. Le père de Sung Tse est assassiné sous les yeux de son petit frère. Mark voulant le venger, va y perdre énormément. À sa sortie de prison, son frère est alors policier. Ne pardonnant par Sung Tse, il compte bien le faire tomber, mais celui-ci a décidé de se ranger, mais on ne quitte pas si facilement la pègre, même quand on n’y est pas le bienvenu…

« Le syndicat du crime » peut être considéré comme un classique de John Woo tant le réalisateur nous entraîne avec force et puissance dans une histoire de trahison et de rédemption comme on adore en suivre. Une histoire qui fait rimer démesure dans la forme, alors quand dans son fond, elle demeure très intimiste, presque bouleversante.

Sur la base d’un scène solide, pour ne pas dire en béton armé, « Le syndicat du crime« , c’est une heure trente de rebondissements, de déchirements, de drame bouleversant, de destins brisés, d’amitiés solides, d’amours fraternels, et bien entendu de gunfights dont seul le réalisateur en a le secret. L’histoire que nous raconte le réalisateur est belle et prendra sa profondeur au fur et à mesure du déroulé de son histoire. Le scénario est un bijou, car en plus de brasser tous les thèmes qui sont chers au réalisateur, il nous tient en alerte, car il demeure imprévisible. John Woo a réussi à faire une histoire qui surprend en permanence, et ça, même si l’on a vu arriver certaines choses.

En plus d’une mise en scène grandiose qui n’oubliera pas de marquer, ce qui est génial avec ce film, c’est que John Woo emprunte à beaucoup de genre, ce qui rend son film quelque peu inclassable, puisqu’il est aussi bien un drame familial, qu’un polar survolté, ou encore un film d’action percutant. Le réalisateur navigue entre tous ces genres pour nous offrir le meilleur et malgré ses trente ans, le film reste d’une efficacité remarquable.

Le scénario étonne et captive. La mise en scène éblouit et percute, mais l’une des autres forces du « Syndicat du crime« , c’est aussi ses acteurs géniaux que John Woo a réuni. Des acteurs qui tiennent tous des personnages touchants qu’on adore suivre, même les plus salauds. Génialement pensés, ces personnages sont loin des caricatures du film de mafia et malgré le fait que certaines scènes, surtout au début, aient vieilli, John Woo vise le réalisme.

« Le syndicat du crime« , c’est principalement un quatuor d’acteurs qui s’affrontent et s’aiment. Toute l’intrigue est vue au travers des yeux de Ti Lung qui incarne Sung Tse. Le personnage dans son envie de rédemption est très touchant et l’acteur on ne peut plus convaincant et touchant lui aussi. Peut-être un peu trop lisse, le personnage reste toutefois très beau. Mention très spéciale pour le grand Chow Yun-Fat qui tient là le rôle du meilleur ami et dont le rôle comme le charisme en vole la vedette à tout le monde. L’envie de voir la suite vient aussi énormément du fait de retrouver son personnage.

Leslie Cheung tient lui rôle impétueux et un poil agaçant du petit frère et enfin, on adore détester Waise Lee qui tient le rôle de l’ordure de service et on peut dire qu’il n’hésite pas à y aller à fond, tout en évitant la caricature du salaud.

Ce premier chapitre du « Syndicat du crime » est donc bien la merveille dont tout le monde parle. Polar généreux, drame puissant (la fin est un bijou à elle seule !), film d’action redoutable, John Woo nous offre un condensé de son cinéma et ça fait franchement du bien.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.