octobre 26, 2020

Voyage au Centre de la Terre

Titre Original : Journey to the Center of the Earth

De: Henry Levin

Avec James Mason, Pat Boone, Diane Baker, Arlene Dahl

Année : 1960

Pays : Etats-Unis

Genre : Aventure, Science-Fiction

Résumé :

Le professeur Oliver Lindenbrook, convaincu que l’explorateur Arne Saknussem, porté disparu, est parvenu au centre de la Terre, quitte Edimbourg avec ses camarades Alec McEwen, Jenny, Carla Goetaborg et Hans Belker. Ensemble, ils entreprennent un extraordinaire périple dans les profondeurs de la Terre. Ils sont poursuivis par le Comte Saknussen, héritier de l’explorateur disparu qui souhaite bénéficier des retombées de la découverte de son ancêtre.

Avis :

Henry Levin fait partie de ces réalisateurs qui, si certains de leurs films restent encore aujourd’hui des références, leur nom est bien souvent méconnu ou oublié. Acteur de théâtre, dialoguiste, Henry Levin connaît le succès avec Columbia Pictures quand cette dernière l’engage comme réalisateur. C’est ici, entre 1944 et 1979, que le réalisateur va démontrer toute l’étendue de son talent et laisser derrière lui pas moins de cinquante-cinq films.

Parmi son œuvre, aujourd’hui on s’arrête sur ce qui reste peut-être son film le plus connu, « Voyage au centre de la Terre« . Considéré par beaucoup comme un chef d’œuvre intemporel, ce périple dans les bas-fonds de la planète adapté de Jules Vernes demeure un film intéressant, divertissant, et même passionnant dans son côté vintage.

Hambourg, le professeur Oliver Lindenbrook est considéré et reconnu dans toute la ville. Par un après-midi comme les autres, l’un de ses élèves lui offre une pierre volcanique. Cette pierre en apparence toute simple va alors révéler bien des secrets et notamment un passage qui amènerait vers le centre de la terre. Le professeur, convaincu de ses découvertes, se lance donc dans ce qui pourrait être l’expédition de sa vie.

Si l’on doit avouer toutefois avoir été déçu de ne pas trouver plus d’aventure, ou même un film qui offre plus d’aventures, mettant beaucoup trop de temps à se mettre en place, cette déception fut très vite envolée pour laisser la place à un émerveillement de tous les instants. Une fois que l’on entre dans ce volcan, une fois que l’on descend dans les entrailles de la Terre, le film de Henry Levin prend une toute autre dimension. Bourré d’idées, bourré d’imagination, cette excursion est un véritable petit plaisir. Si le scénario est cohérent, intéressant et divertissant, le meilleur reste les décors géniaux et en permanence impressionnants que le film offre. Comme on s’y attend, le film est un parcours, une aventure, qui nous fait passer d’un décor à un autre et chacune des « pièces » ou « couloirs » que les personnages traversent est un régal pour les yeux. Un régal qui est très bien amené par l’intelligence de la mise en scène et du scénario. Car oui, Henry Levin nous offre un vrai film d’aventure, qui offre des défis, des énigmes, des obstacles et des choix à faire. Bref, tout ce qu’il faut pour qu’on ait envie de suivre ces personnages dans leur périple.

« Voyage au centre de la Terre« , c’est aussi des effets spéciaux qui datent aujourd’hui, mais qui restent extraordinaires. Certains trucages sont bluffants et tiennent encore le coup. Je pense à la scène des lézards géants, ou encore l’éruption géniale du volcan.

Puis le visuel donne un cachet certain au film. On reste émerveillé par le travail fait en amont pour que ça fonctionne. Le film en devient presque touchant tant son réalisateur et son équipe font preuve d’imagination pour nous raconter cette histoire. D’ailleurs, malgré le côté vieillissant de certains effets, de par leur volonté et leur imagination, ils peuvent être bien plus beaux que beaucoup d’effets spéciaux sur fond vert d’aujourd’hui.

Pour nous entraîner au centre de la Terre, le réalisateur a choisi un casting de choix. En premier, on trouve l’incontournable James Mason dans un rôle qui lui va à merveille. Manchot, un brin autoritaire, plus on découvre le personnage et plus on l’aime et l’on est touché par lui, par sa façon de réagir, par son engagement, sa détermination. Le personnage est aussi bien écrit que le jeu de l’acteur est excellent. Son élève et collaborateur est quant à lui tenu par Pat Boone. Là encore, on trouve un personnage intéressant et surtout un excellent comédien.

Dans cette aventure, on trouve aussi une touche de féminité, génialement apportée par la belle Arlene Dahl, qui n’hésite pas à s’imposer aux côtés de ces mecs. Puis enfin, il y a un duo indispensable. Peter Ronson, un islandais grand et fort et son canard. Oui, il faut parler de ce canard qui est un personnage à part entière et qui arrive même à apporter de l’humour et de l’émotion.

Cette première excursion dans les entrailles de la Terre mérite bien son statut de classique. Et même si on peut être quelque peu déçu de ne pas avoir trouvé plus d’aventures, le film est un tel émerveillement sur tant d’autres points qu’il efface la déception.

Si « Voyage au centre de la Terre » n’est pas le chef d’œuvre tant vanté, il reste toutefois un essentiel, un incontournable, un classique à voir !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.