novembre 30, 2020

Ash Vs Evil Dead Saison 2

D’Après une Idée de : Sam Raimi

Avec Bruce Campbell, Ray Santiago, Dana DeLorenzo, Lucy Lawless

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur, Comédie

Nombre d’Episodes : 10

Résumé :

Alors qu’il vit caché depuis 30 ans, Ash se voit contraint de reprendre du service et d’affronter ses démons. Au sens propre comme au figuré. Mais cette fois, il n’est plus seul pour combattre les forces du Mal.

Avis :

Il est toujours compliqué de faire suite à une première saison qui a rencontré du succès mais qui a refroidi quelques personnes à cause d’un scénario redondant ou sans idées novatrices. Pourtant, Ash Vs Evil Dead avait su prendre son concept de Necronomicon et de Deadites pour en faire quelque chose de totalement décomplexé, délirant et n’hésitant pas à foutre de l’hémoglobine dans tous les sens, n’épargnant personne, ni les personnes âgées, ni les jeunes enfants. Si certains ont accusé la série de repomper sur les films et de ne proposer qu’un melting pot des fulgurances gores de Sam Raimi, force est d’avouer que cette première saison faisait du bien, était drôle et sortait complètement du carcan que toutes les séries s’imposent, le politiquement correct. Mais ce n’était pas tout. En effet, la série remettait sur le devant de la scène un certain Bruce Campbell, acteur tombé injustement en désuétude à Hollywood et qui signait ici un retour fracassant, montrant à quel point il pouvait être badass et hilarant. Il n’en fallait pas plus pour qu’une seconde saison voit le jour.

Et on aurait pu craindre une surenchère de gore et d’effets plus ou moins kitschs dans cette suite des aventures de Ash et de ses trois collègues, mais si à quel part la série va plus loin, c’est surtout sur sa trame narrative qu’elle fait la différence et sur des interactions toujours plus inventives.

S’occupant toujours du livre des enfers et de son lien avec Pablo, Ash va essayer par tous les moyens de s’en débarrasser. Il va alors faire venir sur Terre Baal, un démon qui change de peau et qui aime la corruption. Ce démon veut alors mettre la Terre à feu et à sang et Ash, aidé de Pablo, Kelly et Ruby, va tout faire pour l’empêcher d’arriver à ses fins. On pourrait alors croire à un simple jeu du chat et de la souris, mais au fil des épisodes, la série va monter en puissance pour finalement d’un côté s’affranchir des Evil Dead que l’on connait et de l’autre revenir aux fondamentaux avec la fameuse cabane dans les bois. Ainsi, les premiers épisodes seront très référentiels, et on retrouvera par exemple des allusions à Christine avec la voiture possédée, mais ce sera aussi l’occasion de voir la jeunesse de Ash. Ce dernier renoue avec son père jouait par l’excellent Lee Majors et on va vite voir que le passé du héros n’est pas si rose, surtout avec l’aventure dans la cabane, où il a dû tuer sa sœur. La série parle constamment des films, tissant des liens intéressants et puissants, mais surtout cohérent avec l’univers. On sent bien que Sam Raimi a plus que jeté un œil sur cette série.

Les personnages secondaires vont aussi gagner en importance. Kelly deviendra plus badass que jamais et sera confrontée à des choix cruciaux, alors que Pablo devient un Necronomicon ambulant, terrifié par des visions et un destin funeste. Quant à Ruby, jouée par la sublime Lucy Lawless, son personnage va devenir un incontournable, car elle sera en partie responsable de la venue de Baal. Ce démon donnera d’ailleurs l’occasion de partir dans d’autres contrées que les Deadites pour fournir deux épisodes complètement fous dans leur structure narrative. En effet, les passages dans le sanatorium désaffecté sont dérangeants, jouant constamment avec la frontière entre réalité et cauchemar et les différents réalisateurs vont s’en donner à cœur joie dans deux épisodes à la fois effrayants et parfois très drôle, notamment avec la marionnette à l’effigie de Ash. On sent que la série grandit, prend de la maturité et ne fait pas que la grandguignol ou l’humoristique. Elle sait aussi faire peur et soigne son ambiance, grâce aussi à des idées de mise en scène implacable, comme on peut le voir sur les derniers épisodes, dans la cabane. Renouant cette fois avec le mythe des films, on retrouve cette fameuse cabane dans les bois, là où tout a commencé, pour y mettre un terme. Il en résulte une fin de saison incroyable et fortement inspirée.

Enfin, la série ne lésine pas sur les effets gores. Toujours fidèle à l’aspect craspec de la première saison et des trois films en général (encore plus sur l’insipide remake), Ash Vs Evil Dead envoie du pâté quand il faut sortir les hectolitres de sirop de framboise. Encore une fois, les effets spéciaux sont volontairement grossiers pour appuyer un côté complètement barge et cela fonctionne à 100%. D’autant plus que l’on retrouvera des personnages de la saga culte comme Henrietta qui signe son grand retour. Enfin, la série s’amuse énormément avec le côté graveleux de la chose, notamment dans le deuxième épisode, qui n’est pas sans rappeler Re-Animator et dans lequel Ash se bat contre un cadavre et ce dernier s’amuse dans sa tête par le cul. Un moment crade, mais hilarant, à l’image de toute la saison, qui gagne vraiment en maturité et en qualité.

Au final, la deuxième saison d’Ash Vs Evil Dead est une pure réussite et un immense plaisir à chaque vision. Drôle, décalé, très gore, tout en étant fidèle aux films originaux, il est difficile de bouder son plaisir face à cette saison jouissive. Alors certes, au niveau du scénario, on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus poussé, mais finalement, Evil Dead n’est pas une histoire extraordinaire, juste une œuvre visuellement complètement folle, un vrai film de fin d’étude, et la série garde toujours cet esprit en tête, ne pétant jamais plus haut que son cul et visant le divertissement pour les fans de la saga et d’horreur en général. Bref, un régal.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.