1492 Christophe Colomb

Titre Original : 1492 : Conquest of Paradise

De : Ridley Scott

Avec Gérard Depardieu, Sigourney Weaver, Armand Assante, Angla Molina

Année : 1992

Pays : Espagne, France

Genre : Aventure

Résumé :

En 1492, le navigateur Christophe Colomb essaye depuis des années de convaincre les rois d’Europe de soutenir son projet de découvrir une route maritime vers les Indes en passant par l’ouest. Ce sont finalement les souverains espagnols qui lui viennent en aide. Dans la nuit du 11 ou 12 octobre 1492, après un long et éprouvant voyage, les marins aperçoivent un bout de terre. Mais pas celle qu’ils avaient imaginée…

Avis :

Illustre personnage de l’histoire, Christophe Colomb a toujours intéressé les réalisateurs et le cinéma et bien avant que Ridley Scott se lance dans ce film, on trouvait déjà les films de Vincent Lorant-Heilbronn (1904), de David MacDonald (1949) ou encore un feuilleton de Alberto Lattuada (1985). Et bien après le film de Sir Scott, Christophe Colomb fascine encore et l’on retrouve encore d’autres réalisateurs pour raconter son histoire.

Huitième film de Ridley Scott qui après avoir très bien commencé les années 90 avec son road movie libre et lumineux qu’est « Thelma et Louise« , le réalisateur se plonge dans un projet tout autre et bien plus grand, celui de raconter la découverte de Christophe Colomb. Ici, quinze ans après « Les duellistes« , Ridley Scott revient au film de costume et nous offre un film démesuré à l’image de son personnage principal et certes, si le film reste imparfait, un peu long, il demeure diablement beau.

1491, Christophe Colomb réussit à convaincre la Reine d’Espagne de financer un voyage vers les Indes par l’Ouest. À l’époque, personne ne croit au projet, et Colomb est considéré au mieux comme un rêveur au pire comme un fou. Mentant afin de voir son projet, le rêve de sa vie, éclore, Christophe Colomb s’engage avec deux autres navires vers un voyage inconnu et après des mois de navigation tendue, une terre est en vue. Alors que Christophe Colomb croyait avoir découvert une nouvelle route pour les Indes, c’est un tout nouveau monde qu’il vient de découvrir. Un nouveau monde, paisible, que les Européens ne vont pas tarder à coloniser.

La découverte des « Amérique », un des faits les plus importants de l’histoire, raconté par Ridley Scott, il était évident que le projet, un peu fou, du réalisateur ne pouvait passer inaperçu et que les attentes étaient grandes. Et le résultat donne un film aussi majestueux dans sa mise en scène, que beau dans le portrait qu’il dresse, et même si le film souffrira de manque de rythme, le traitement des personnages et le choc des cultures restent superbes et rien que pour ça et d’autres arguments encore, « 1492 Christophe Colomb« , mérite qu’on s’y arrête et qu’on le réévalue.

Sur la forme, on ne peut rien reprocher à ce « 1492 Christophe Colomb« . Ridley Scott nous a sorti le grand jeu et le film est tout simplement bluffant. Les décors sont incroyables, les costumes parfaits, la photographie est à tomber par terre tant elle est belle. Le film est crédible et surtout réaliste dans chacune de ses parties. Que ce soit dans l’Espagne sauvage ou à la cour, que ce soit la découverte de ce nouveau monde ou encore de ces civilisations, tout est bon et beau. On ajoutera à cela une BO signée du Grec Vangelis qui elle aussi est à tomber par terre, tant elle est puissante et parfaitement reconnaissable.

Ensuite, ce « 1492 Christophe Colomb« , c’est un choix audacieux en termes de casting, puisque Ridley Scott confie le rôle principal à notre Gérard Depardieu national et l’acteur offre tout son talent au personnage. Beau, charismatique, théâtral parfois et investi, Gérard Depardieu nous offre une grande et belle composition.

Ridley Scott s’offre pour le reste de son casting du prestigieux. Sigourney Weaver en Reine, Tchéky Karyo et Kevin Dunn en ami, Michael Wincott en ordure (qu’est-ce qu’on aime le détester ce mec), Mark Margolis, Ángela Molina et Frank Langella complètent ce sans-faute.

Le scénario est tout simplement magnifique et offre un film très humaniste, sur le combat d’un homme libre qui se heurte à un monde hiérarchisé, structuré et qui obéit à trop de règles. Ainsi, la quête de Christophe Colomb apparaît comme la recherche d’un monde parfait pour recommencer là où l’Ancien Monde a raté. Un nouveau monde qu’il compte bien défendre. Ce point de vue est beau et l’investissement total de Gérard Depardieu rend le film encore plus touchant. Le film tombera parfois dans la folie humaine, pour en tirer un portrait triste et sombre de l’être humain. Le scénario prendra aussi le temps d’établir le choc des cultures. Un choc qu’on vit à travers les yeux de Depardieu et là encore, c’est tout simplement beau.

Mais comme je le disais plus haut, le film de Ridley Scott est loin d’être parfait et pêche sur plusieurs points. Le film manque de rythme et a tendance à installer des longueurs. On regrettera aussi qu’il soit passé trop rapidement sur des détails, comme la première traversée devant laquelle on éprouve et l’on ne ressent pas assez les doutes et la durée interminable de ce voyage suicidaire pour l’époque. Si le film a de véritables envolées, il aura aussi ses coups de mou, même des moments quelque peu confus, ou encore pas assez développés.

Ce « Conquest Of Paradise » s’avère donc une traversée belle, sublime et magnifique. Avec ce film, Ridley Scott relève un grand défi, et même si le film n’était pas à la hauteur de celui-ci, il reste toutefois inoubliable, notamment grâce à un Gérard Depardieu très touchant, une mise en scène de toute beauté et une BO de Vangelis qui résonne en nous bien longtemps après la séance.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net