Furaya – Virescit Vulnere Virtus

5208_130738501828_6759499_n

Avis:

Groupe originaire de Narbonne qui jouit d’une très bonne réputation dans le Sud-Ouest de la France, région qui est, il faut l’avouer, plus connue pour ses plages que par sa scène métal. Mais qui est ce groupe ? Furaya n’a pas la notoriété de groupes comme Lofofora ou Eths, mais mérite que sa renommée s’étende au-delà de l’Aude. Le groupe se définit comme étant un mélange de « Fury/Hip-Hop/Hardcore ». On sent les influences de groupes comme Rage Against The Machine, Lofofora mais aussi de Suprême NTM. Leur premier album est un concentré d’énergie, de rage. Il est par contre difficile de se le procurer.

Mais comment se fait-il que le belge que je suis connaisse un groupe qui se produit à plus de 1000 km de chez lui. L’histoire est toute simple : Etant en vacances dans le coin, des amis m’ont dit qu’un mini-festival de métal allait avoir lieu ce soir-là sur la plage dans le cadre du « Mondial du vent » (compétition de sports nautiques annuelle)  avec « des groupes qui gueulent comme t’adores »… L’année d’avant, on avait eu droit à Olivia Ruiz, j’ai donc pris l’information avec des pincettes. Je rate le premier groupe puis tombe sur la fin du second concert, Noisy Mad Beavers si je ne m’abuse, qui n’était pas mal, mais sans plus. Je m’apprête à rentrer chez moi car l’attente me semblait longue et que la bière française en plus d’être chère est vraiment dégueulasse, puis je vois Greg et sa bande monter sur scène. S’en suit une petite séance de pogo sur la plage (pas évident de trouver des appuis dans le sable), le reste du concert est plus calme, mais j’ai été séduit par ce mélange de rap et de chants hardcore. Voilà, je retourne dans ma chère Belgique et je me renseigne sur internet à propos de ce groupe qui m’a fait forte impression. Furaya… Pas grand-chose à me mettre sous la dent, à l’exception de leur clip sur youtube « Amnésique » et de 3 morceaux disponibles sur leur ancien site internet : « Lettre à Charles », « Le meilleur des mondes » et « Quantités négligeables », qui n’ont pas mis longtemps à se retrouver sur mon mp3 et qui ont tourné en boucle.

Des mois se passent sans que je trouve quoi que ce soit d’autre à me mettre sous la dent, il y a bien un premier album qui a été tiré à quelques exemplaires, mais impossible à trouver, si ce n’est un lien sur emule mais qui se télécharge à la vitesse d’un escargot neurasthénique. Quelques mois plus tard (je vous l’avais dit que c’était long), l’album se termine enfin, et je découvre les autres morceaux du groupe : « Africa », « Bernard », « Bullshit », « impitoyable » ou encore « la rage »… Cool, encore de quoi alimenter mon mp3. Quelques années plus tard, je découvre enfin le premier « vrai » album de Furaya : VISCERIT VULNERE VIRTUS (que l’on peut traduire par « Le courage reprend des forces par les blessures », voilà le décor planté)

Premier morceau, une intro qui se trouve en fait être un extrait de Fight Club (la scène des toilettes), ça promet. Le second morceau, « Encore la Rage » dans laquelle on entend une réplique de l’ami Chuck Norris issue film Invasion USA. Cette chanson est une sorte de reprise d’un morceau écrit auparavant par le groupe, et qui parle des débuts du groupe, de la difficulté pour les petits groupes underground de se produire et de sortir un disque, mais que, quoi qu’il en soit, il ne faut jamais cesser de se battre, c’est un peu le thème du troisième morceau, « Œil pour Œil », ne jamais se laisser faire et rendre chaque coup reçu. Le morceau commence par un extrait d’un sketch des Inconnus. Le quatrième morceau est un peu plus profond. En effet, « Plaza de Mayo » nous narre l’histoire de ces mères à la recherche de leurs enfants enlevés par la dictature militaire en Argentine. Le 5ème morceau est le plus connu du groupe, « Amnésique » qui traite de l’influence ascendante du front national. Le 6ème quant à lui nous parle des médias, qui nous vendent du rêve artificiel qui nous cachent volontairement des informations et « qui nous vendent du temps de cerveau disponible ». A noter dans ce morceau un extrait de film « La Haine ».

furaya

Le 7ème morceau est un interlude, ouf, un peu de répit pour nos oreilles. Cet interlude est en fait l’intro du morceau suivant. On y entend un faux reportage nous narrant l’histoire de travailleurs qui ont séquestrés leur patron car celui-ci veut délocaliser leur entreprise, les réduisant au chômage. Arrive ensuite le morceau « Voyou Moderne », représenté comme un homme costard-cravate visiblement bien sous tous rapports, mais qui est en fait quelqu’un qui exploite des humains « Un voyou moderne échange mitraillette contre carnet de chèque, je te vends, je t’achète, je te prends, je te jette » On en a de nouveau pleins les oreilles, et la chanson suivante ne va pas faire dans la dentelle non plus, voici « Civis Pacem Parabellum » (qui veut la paix prépare la guerre), le morceau nous parle de Bush, Ben Laden, Hussein, Arafat ou Sharon  qui balancent des bombes à gauche à droite pour pallier à une guerre. Le dixième est probablement mon préféré, pas spécialement pour sa musique, mais pour son texte : « A l’ombre de la croix ». Ici il est question de l’église catholique, de sa manipulation et de sa campagne de peur pour garder tout près ses adeptes. Le 11ème morceau commence par la mélodie de la chanson « Douce France » de Charles Trenet (lui aussi natif de Narbonne) :  voici la « Lettre à Charles ». Chanson écrite justement à l’attention de Mr Trenet, sur les changements qu’a connu Narbonne et la France en général depuis son départ. Le dernier véritable morceau de l’album est un morceau déjà existant, Quantités Négligeables. Ici il est question des patrons qui traitent leurs employés comme de la merde (Nous somme pour eux des quantités négligeables, les nègres du monde, main d’œuvre locale). L’album se conclu avec Chuck Norris et une réplique archi-culte issue de Portés Disparus 3.

Alors, qu’en est-il de ce premier album ? Une vraie bombe, débordante d’énergie. Deux petits regrets cependant : qu’on n’ait pas conservé les premières versions des anciens morceaux que sont « Amnésique », « Le Meilleur de Mondes », « Lettres à Charles » ou encore « Quantités Négligeables » que je trouvais plus énergiques. Mon autre regret est que cette galette ne comporte que 10 vrais morceaux

Je souhaite vraiment le meilleur à ce groupe qui a le mérite de résister à la tentation à laquelle beaucoup de groupes frenchies ont succombé : viser l’international en chantant en anglais. Le groupe s’est séparé en 2011, mais est en phase de reformation et bosse sur de nouveaux morceaux. Je ne saurais que trop vous conseiller, si vous voyez leur nom sur l’affiche de l’un ou l’autre festival dans votre région, c’est de foncer les voir, leur énergie communicative ne vous laissera surement pas indemne…

« Alors bouge ta tête car on vient poser une nouvelle bombe sonore, avec la rage comme détonateur, Vénère, après une journée en Enfer, jette ton cerveau en l’air »

  1. Virescit
  2. Encore la rage
  3. Œil pour Œil
  4. Plaza de Mayo
  5. Amnésique
  6. Le Meilleur des mondes
  7. Vulnere
  8. Voyou Moderne
  9. Civis Pacem Parabellum
  10. A l’ombre de la croix
  11. Lettre à Charles
  12. Quantités Négligeables
  13. Virtus

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Trasher

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net