décembre 2, 2020

Rage Against the Machine – Top 10 des Polémiques Chez Disney

279104-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Machine à rêves autant que machine à fric, Disney est devenu le roi incontesté de l’entertainment grâce à une omniprésence presque indécente dans les cinémas. Il faut dire qu’après les rachats de Marvel et de Lucas Art, la firme n’a plus beaucoup de concurrence, surtout quand elle touche un public enfantin ou adolescent. Doit-on vraiment en vouloir à Disney pour cette hégémonie du box-office ? Oui et non.

Oui car la firme étouffe d’autres grosses productions ou des productions plus simples (en parlant de budget bien évidemment) et il on retrouve un manque de variété dans nos salles obscures. Non pas que les thématiques soient toujours similaires, mais on ressent une certaine redondance dans les schémas scénaristiques des films, notamment ceux de Marvel, et on pourrait croire que la firme se repose sur ses lauriers et sur sa notoriété qui commence à dater un peu. Cependant, Disney, ce n’est pas que de la copie et une volonté de faire énormément d’argent. Si la rentabilité est un sujet épineux pour Mickey et ses copains, il faut reconnaître que la boîte à images arrive à faire passer de jolis messages dans ses films et que parfois, dans ce monde de brutes, véhiculer quelques valeurs fondamentales, ça fait du bien.

Sauf qu’il faut toujours des râleurs, des gens pas contents ou encore des extrémistes fanatiques qui voient le mal partout. Et même si ici il n’est pas question de saucisse voulant se farcir des brioches déclenchant les foudres des bienpensants religieux qui sous couvert de protection de l’enfance veulent imposer leurs idéaux (on sait tous que les curés sont des enfants de chœur…), Disney a souvent subi des attaques venant de quelques intégristes, fustigeant la firme de racisme. Vérité ou théorie du complot, cela n’a jamais empêché les producteurs et les réalisateurs de dormir sur leurs deux oreilles, ces polémiques faisant un buzz du tonnerre. Du coup, on a voulu en savoir un peu plus sur ces dessins animés qui ont attiré les colères de ceux qui s’agitent pour rien, et certains exemples sont… troublants.

  1. Peter Pan

18401773-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

A première vue, Peter Pan ne peut pas susciter l’émoi d’une certaine population, sauf si cela touche encore aux petits enfants. Mais rappelez-vous, certains voient le mal partout, et s’immiscer dans les rêves des gosses peut être assimilé à de la pédophilie. Maurice Sendak en avait fait les frais avec son célèbre album Max et les Maxi Monstres. Mais le problème de Peter Pan est tout autre, et il concerne le passage avec les indiens. Car oui, durant la chanson Pourquoi, le chef indien raconte les origines de son peuple. Outre le fait qu’ils ont la peau rouge à cause d’un indien qui a embrassé une fille, le dessin animé fut accusé de racisme à cause de la misogynie des indiens, faisant travailler les femmes pendant que les hommes fumaient le calumet. Maladresse des scénaristes ou cliché sur les indiens ? Difficile de répondre à cette question même si nous avons une réponse toute faite avec une histoire de mouche…

  1. La Petite Sirène

388929-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

En parlant d’animaux invertébrés, voilà que l’on arrive à la polémique qui ne sert vraiment à rien. Déjà que pour Peter Pan, il faut se lever tôt pour découvrir le moindre sens de racisme, mais là, c’est le bouquet final. Fort heureusement, cela ne concerne pas la femme et sa queue de poisson, évitant soigneusement la blague douteuse sur le thon. Il s’agit ici du personnage de Sébastien, le petit crabe. Voix de chanteur de reggae, grosse lèvre, il est évident que le personnage fait référence à une personne de couleur. Durant une chanson, il compare la vie sous l’eau et la vie sur Terre, énonçant l’humain comme quelqu’un qui travaille tout le temps. Et qu’ont-vu les complotistes du dimanche ? Une métaphore comme quoi l’homme noir, à travers cette chanson, est vu comme une personne qui refuse de travailler et préfère regarder les autres faire le boulot. Quand on voit cette polémique, on se dit qu’il faut vraiment que ces gens qui émettent ce genre de théorie trouvent du travail, car ils se font vraiment chier.

  1. Le Livre de la Jungle

pho97d109fe-0e86-11e4-a2e3-4491a95542a1-805x453

La communauté afro-américaine est très sensible et il faut prendre leur état d’âme avec des pincettes. En fait, il s’agit d’un peuple qui souffre depuis très longtemps d’une certaine oppression et il est parfois complexe pour eux de prendre du recul sur certains thèmes. Et parfois, on ne peut que leur donner raison. Dans Le Livre de la Jungle, l’un des plus beaux Disney, il y a tout de même un moment assez gênant avec le Roi Louie. En effet, c’est le seul personnage avec un accent fort et il s’agit d’un singe, chose inacceptable pour la communauté noire. Mais en plus de cela, il chante qu’il veut être comme vous (nous du coup), dans le sens où il voudrait être humain. Sauf que certaines personnes ont assimilé cela à du racisme et qu’être comme vous veut dire blanc. Sauf que Mowgli est d’origine indienne et donc pas totalement blanc. Encore un exemple qui prouve que le concept même de race est écorné.

  1. Dumbo

415423-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Bien avant la polémique autour du Roi Louie, l’éléphant volant a suscité bien des émois lors de sa sortie. En effet, il se fait recueillir par des corbeaux, qui sont noirs (logique !), fument, ne travaillent pas, volent (des objets) et surtout ne sont pas instruits. Il n’en fallait pas plus pour que la communauté noire accuse Disney de racisme à travers cette imagerie. Il est quand même dommage que cette communauté s’identifie d’elle-même à travers ces clichés, car finalement, rien ne les ramène à eux, hormis l’image qu’ils ont d’eux-mêmes…

  1. Le Roi Lion

20025565-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Déjà accusé de plagiat du Roi Leo, un manga japonais, Le Roi Lion va aussi souffrir de fous furieux du bocal qui voit dans le film un relent de racisme. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’on ne voit pas d’humains dans le film et que cela voudrait dire que Disney refuse de matérialiser l’homme noir. Difficile de trouver plus capillotracté comme acte de racisme…

  1. Vaiana, La Légende du Bout du Monde

MOANA

Petit dernier des studios Disney, Vaiana n’échappera pas à sa polémique à deux balles. Sauf que cette fois-ci, ce n’est pas la communauté noire qui s’insurge, mais plutôt une certaine partie de la population polynésienne. En effet, certains fanatiques trouvent que la représentation du demi-dieu Maui est fausse et vulgaire. Pour certains, il ressemblerait à un gros porc qui a trop mangé alors qu’il doit représenter la force et la vigueur. Fort heureusement, la polémique fut étouffée dans l’œuf, grâce à certaines personnes polynésiennes qui ont dit de se calmer et qu’il n’y avait là rien qui puisse choquer. Néanmoins, ce buzz aura fait faire des chiffres astronomiques au film et c’est déjà pas mal.

  1. La Mélodie Du Sud

song-of-the-south

Mélange de film et de dessin animé, La Mélodie du Sud est maintenant très difficile à trouver. Et pour cause, s’il y a bien un dessin animé qui pourrait avoir une pincette de racisme, c’est celui-ci. Le film parle d’un homme noir qui raconte des histoires à des enfants blancs et riches dans une maison coloniale. Jusque-là rien de bien raciste, sauf que tout est édulcoré et que la population semble heureuse de vivre sous le joug des blancs dans de grandes exploitations agricoles. Vivement critiqué à sa sortie, le film suscite toujours autant de haine envers la population afro-américaine.

  1. Pocahontas, Une Légende Indienne

18401276-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Après Peter Pan, la communauté indienne en reprend pour son grade mais d’une toute autre façon cette fois et en explorant l’histoire des Etats-Unis. En effet, ce qui va susciter la polémique dans ce film c’est l’histoire d’amour entre une indienne et un colon. Si le racisme est moins mis en avant, cette légende soi-disant véritable va mettre en colère toute une communauté qui aujourd’hui doit vivre dans de grandes réserves sur des lieux bien précis. Et cette histoire d’amour passe mal, faisant passer le colon comme quelqu’un de bon et gentil alors que dans les faits, c’est presque tout le contraire…

  1. La Princesse et la Grenouille

19183559-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Parmi les plus grosse polémique, ce film s’impose presque comme le premier du classement. Se déroulant à La Nouvelle-Orléans, La Princesse et la Grenouille raconte l’histoire d’une jeune fille qui va se transformer en grenouille à cause d’un prince facétieux. Il n’en fallait pas plus pour énerver la communauté afro-américaine prenant comme une insulte le fait de transformer une personne de couleur noire en grenouille. Si encore une fois on peut dire que les gens voient le mal partout, il est vrai que la grenouille est un animal que l’on peut difficilement qualifier de mignon, mais de là à parler de racisme…

  1. Aladdin

351351-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

S’il y a bien un film qui a suscité la polémique sur le racisme, c’est bien Aladdin. Et pourtant, le film ne s’attaque ni à la communauté afro-américaine, ni aux indiens, mais bel et bien aux arabes. D’ailleurs, le dessin animé contient même deux polémiques pour le prix d’une, ce qui est très rare pour un Disney. Tout d’abord, ce qui a suscité l’émoi, c’est le marchand qui tient des propos violents, racontant les us et coutumes barbares des peuples arabes, comme si cela était normal. Forcément, il y a eu une levée de boucliers dès ce passage. Mais il y a une deuxième polémique raciste, c’est que le héros du film a une tête d’européen et que tous les méchants, et bien entendu Jafar, ont des visages de type arabe. Il n’en fallait pas plus pour sauter d’hystérie pour certaines personnes qui ont pris Aladdin comme une injure aux peuples d’Afrique du Nord.

Véritable racisme ou maladresse ? Second degré ou Premier degré dissimulé ? Si pour la plupart les raisons des polémiques demeurent douteuses, il arrive que parfois, on peut se poser la question, Disney existant depuis belle lurette, à une époque où la ségrégation était toujours d’actualité.

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.