novembre 30, 2020

La Nuit des Morts-Vivants

La-nuit-des-morts-vivants-comics

Résumé :

En 1968, John Russo co-écrit avec Georges A. Romero ce qui deviendra l’un des chefs-d’œuvre de l’histoire du cinéma d’horreur : La Nuit des Morts-Vivants. Dans cet album, Russo revisite les personnages, les lieux et les événements du film, en racontant comment tout a commencé. Nous allons enfin découvrir toute la vérité !

Avis :

Les zombies sont à la mode et ce n’est pas tout le marketing qu’il y a autour de ce phénomène qui va me contredire. Bien entendu, les zombies, ce n’est pas nouveau. Dès 1968, John Russo accompagné d’un certain George A Romero va écrire un scénario mettant en avant des zombies et un groupe de survivants dans un super marché. Plus connu aujourd’hui sous le titre de Dawn of the Dead ou encore l’armée des morts grâce au très bon remake de Zack Snyder, ce film fut à l’époque un succès retentissant et surtout un tollé contre l’espèce, qui est vu comme un animal pire que le zombie, une bête assoiffée de pouvoir et égoïste. Comme quoi, avant, c’était pareil qu’aujourd’hui ! Du coup, le comics s’y met aussi et entre deux tomes de Walking Dead, on pourra se jeter allègrement vers La Nuit des Morts-Vivants, qui présente en quelques petites histoires l’avant film puis des histoires parallèles au film. Alors qu’est-ce que ça vaut ? En tant que fan de zombies, je dirai que c’est plutôt pas mal, même si ça ne décornera pas un bouquetin transalpin.

Le premier tome se situe avant le fameux film. Il s’agit donc d’une sorte de prologue dans lequel sont présentés le fameux Ben, personnage noir et presque héros du métrage, mais aussi d’autres bonhommes plus ou moins sympathiques. La BD démarre sur les chapeaux de roues et on n’a pas encore tourné une page qu’un zombie apparait et bouffe sa première victime dans les bois. Le gore étant mis en avant, le zombie en question ne peut s’empêcher d’éclater la bouche du personnage contre un pare-choc avant de lui arracher la mâchoire. Puis la suite de l’histoire nous présente des personnages plus ou moins secondaires qui vont se faire dézinguer à tour de bras par une horde de zombies affamés. Rien de bien transcendant donc, mais il faut dire que l’on ressent bien la présence du racisme car Ben en prend plein la gueule et personne ne veut lui faire confiance. On ressent aussi le contexte historique avec le style des années 70 et l’absence de téléphone portable se fait plus que jamais ressentir. Bien entendu, qui dit gore, dit aussi cul et c’est un peu le penchant des deux premiers tomes avec des nichons et des culs, mais cela fait vendre. Le deuxième tome s’entame à la suite du premier et après le film, c’est-à-dire que Ben est mort, tué par un coup de fusil et on va voir l’invasion se faire de plus en plus violente, notamment quand une jeune héroïne du nom de Christine veut retrouver son père dans les studios de télé où il travaille. Encore une fois, le gore est omniprésent. Par contre, certains dessins sont vraiment très moches et les visages des personnages sont parfois très hideux, et c’est dommage. Le dessin parait trop carré et les bouches sont vraiment mal faites. Les différentes petites historiettes sont rigolotes, mais pas spécialement marquantes, on reste dans le classique, avec des gens, des couples, des enfants qui vont se faire bouffer par des zombies familiaux.

Au final, La Nuit des Morts-Vivants en comics n’est pas une déception, mais le tout reste assez facile et ne propose pas de réelle nouveauté. Ceci dit, les amateurs de zombies trouveront cela fort divertissant et pour les plus vieux d’entre vous, cela leur rappellera des souvenirs et peut être l’envie de jeter un œil sur la version originale du premier film de Romero. Bref, un comics qui surfe sur la vague de Walking Dead, qui ne lui arrive pas à la cheville, mais qui reste tout de même assez sympathique et bien gore.

Note : 14/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.