janvier 19, 2021

Le Secret des Poignards Volants

14971790_1473475622665842_645818988_n

Titre Original : Shi Mian Mai Fu

De : Zhang Yimou

Avec Andy Lau, Zhang Ziyi, Takeshi Kaneshiro, Song Dandan

Année: 2004

Pays: Chine, Hong-Kong

Genre: Action, Drame

Résumé :

En cette année 859, la Chine est ravagée par les conflits. La dynastie Tang, autrefois prospère, est sur le déclin, et le gouvernement corrompu s’épuise à lutter contre les groupes de rebelles toujours plus nombreux qui se dressent contre lui. La plus puissante de ces armées révolutionnaires et la plus prestigieuse de toutes est la Maison des Poignards Volants. Deux capitaines, Leo et Jin, sont envoyés pour capturer le mystérieux chef de cette redoutable armée.

Avis :

Si Zhang Yimou a commencé les années 2000 avec une comédie, il s’est très vite dirigé vers d’autres cieux, puisque c’est le conte d’arts martiaux que le réalisateur va mettre en images avec principalement trois films, « Hero » sorti en 2003, « Le secret des poignards volants » sorti en 2004 et « La cité interdite » sorti en 2007.

De ces trois excellents films, on pourra aisément dire que « Le secret des poignards volants » est le chef d’œuvre de cette « trilogie ». Fable d’époque et romanesque, Zhang Yimou nous entraîne dans une histoire incroyable aussi bien dans son intrigue que dans la mise en scène folle de son réalisateur. Faisant toujours autant dans la démesure, Zhang Yimou ne s’est freiné en aucune façon pour nous offrir le plus beau spectacle possible. Et il en ressort de ce « … secret des poignards volants » une œuvre aussi poétique qu’un bon film d’action, ou encore un drame profond et bouleversant.

14971642_1473475612665843_265517260_o

En 859 vers la fin de la dynastie Tang, un groupe de voleurs surnommé les Poignards volants vole les riches afin de donner aux pauvres. Une jeune danseuse aveugle qui travaille dans un bordel est soupçonnée de faire partie des poignards volants. Le capitaine Léo envoie alors l’un de ses meilleurs agents dans une mission très spéciale. Après l’avoir fait faussement évader, le lieutenant Jin aura pour mission de gagner la confiance de la jeune femme pour que cette dernière l’emmène jusqu’à son clan. Et alors que la mission parait simple, des éléments vont se mettre en place et les ruses imaginées vont très vite se retourner contre ceux qui les ont imaginées.

« Le secret des poignards volants » est une fresque d’une très grande beauté où se mêle et s’entremêle passion, sentiment, combat incroyable et histoire profondément dramatique. Avec ce film, Zhang Yimou nous offre que du plaisir, du somptueux, du majestueux. Son film est passionnant de bout en bout. Son histoire, sa complexité, ses rebondissements et son côté romanesque offrent un grand drame shakespearien. Bref tout est parfaitement tenu et surtout cohérent et pertinent.

Encore une fois, le réalisateur chinois nous offre un scénario des plus travaillés. Politique, pouvoir, bravoure, haine, jalousie et amour se livrent une bataille sans merci et l’on en prend pour nos émotions.

Zhang Yimou nous surprend tout le temps avec son histoire qu’il ne cesse de renouveler, allant jusqu’au bout de cette dernière. On reste tout le temps passionné et pris pas le suspense et l’imprévisibilité que le cinéaste instaure. Parfois simple, parfois épique et d’autres fois encore plus intime, Zhang Yimou ira jusqu’à donner des allures de conte fantastique sur la fin de son histoire, avec cet affrontement d’une très grande beauté.

« Le secret des poignards volants » est aussi une réussite totale dans sa mise en scène. Ce qui percute l’œil avec ce film, c’est bien entendu les décors magnifiques qui parcourent le film, ainsi que les costumes tous plus beaux les uns que les autres. Zhang Yimou a une façon qui lui est propre de mélanger les couleurs et les matières pour que naisse un tableau éblouissant à l’écran, et ce, à chaque instant. C’est bien simple, ici tout est beau et travaillé pour que le rendu soit le plus éblouissant possible. Et alors que d’autres auraient pu oublier leur intrigue à force de tant de travail, Zhang Yimou, en grand conteur qu’il est, n’oublie pas son histoire et se sert de ses décors et ses costumes pour la magnifier. Ainsi, grâce à cela, le réalisateur nous offre des scènes inoubliables qui seront peuplées de moments intenses et de chorégraphies superbes. Et le tout nous emportera vers ce final aussi bouleversant qu’injuste et poétique en même temps.

On ajoutera aussi une bande originale des plus mélancoliques qui apporte une dimension encore plus forte à ce drame. Shigeru Umebayashi a qui l’on doit déjà la bande originale de « In the mood for love« , « 2046« , ou bien « La cité interdite » de Yimou, nous offre ici l’une de ses plus belles BO.

« Le secret des poignards volants« , c’est aussi des acteurs incroyables et bouleversants. Ce film, c’est avant tout le charisme démesuré de la magnifique Zhang Ziyi qui tient là l’un de ses plus beaux personnages. Un personnage complexe, dur et beau. Un personnage difficile à jouer et l’actrice en ressort avec beaucoup de crédibilité.

Zhang Ziyi a ici pour partenaire l’immense Andy Lau et le séduisant et tout aussi talentueux Takeshi Kaneshiro. Le premier trouve un personnage trouble des plus intriguants. Un personnage égoïste et révoltant que l’acteur arrive toutefois à rendre extrêmement touchant. Quant au deuxième, c’est avec plaisir, émotion et une crainte certaine de se faire avoir qu’on le suit.

14971715_1473475649332506_225342858_o

Visuellement superbe, scénaristiquement bouleversant et passionnant, avec « Le secret des poignards volants« , Zhang Yimou nous offre son chef d’œuvre.

C’est beau, c’est passionnant, c’est bouleversant, c’est révoltant même, bref, une fois lancé, on se retrouve à suivre ce film avec un amour et un intérêt pour cette histoire, ce conte, cette fable qui ne va faire que croitre et l’on en ressort deux heures plus tard, totalement transporté.

« Le secret des poignards volants » est donc bel et bien l’un des plus beaux et plus grands films de Zhang Yimou.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.