décembre 2, 2020

The Windmill Massacre

14877200_1465856673427737_63657947_n

De : Nick Jongerius

Avec Noah Taylor, Patrick Baladi, Charlotte Beaumont, Ben Bratt

Année: 2016

Pays: Pays-Bas

Genre : Horreur

Résumé :

Jennifer, une australienne qui fuit un sinistre passé, travaille comme fille au pair à Amsterdam. Pour échapper aux autorités, elle rejoint un groupe de touristes qui partent en bus visiter les célèbres moulins à vent néerlandais. Quelque part dans le polder abandonné, le bus tombe en panne.

Avis :

Nick Jongerius est avant un producteur hollandais passionné par le cinéma d’horreur. S’il a produit pas mal de courts-métrages, il a aussi produit quelques longs, dont le barré « Frankenstein’s Army » de Richard Raaphorst, qui voyait la solution finale d’Hitler être des soldats zombies créés par un certain Viktor Frankenstein.

Du côté de la réalisation, Nick Jongerius a avant tout travaillé sur des courts-métrages et des séries qui sont inconnues chez nous. « The windmill massacre » est donc son premier long-métrage.

Écrit, produit et réalisé par Nick Jongerius, « The windmill massacre » est un bon slasher comme on en voit assez rarement ces derniers temps. Partant d’un mythe hollandais, le réalisateur crée la surprise en offrant un film « à l’ancienne », hommage à un cinéma d’horreur des années 80/90. Bien pensé dans sa légende, parfois un peu brouillon et grossier, le film est aussi original et très sanglant. « The windmill massacre » est un film généreux aussi bien dans son intrigue que dans son hémoglobine, car on peut dire que ces touristes prennent cher, pour notre plus grand plaisir sadique.

14859354_1465856680094403_1298227152_o

Un groupe de touristes prend un bus à Amsterdam afin de partir visiter les grands moulins qui font partie du patrimoine hollandais. Si la visite commence pour le mieux, après le premier moulin, le bus tombe en panne. Deux des touristes allant chercher de l’aide vont alors croiser la route d’un meunier qui a vendu son âme au diable, voilà des siècles de ça. Ce meunier est alors là pour juger les pêcheurs et sa sentence est sans appel et d’une violence rare…

Le slasher est un genre particulier qui a connu son heure de gloire, mais qui ne nous a rien offert de très excitant depuis plusieurs années. « The windmill massacre » est une légende hollandaise qu’on ne connaissait pas et qu’on va prendre plaisir à découvrir.

Le scénario est assez simpliste, ayant peu de surprises à son actif. On notera qu’il réunit de manière un peu tirée par les cheveux tous ces personnages aux lourds passés. C’est parfois même assez grossier dans ses explications, mais malgré tout, le film fonctionne plutôt bien, grâce à plusieurs points et plusieurs idées.

Ce qui est bien ici, c’est le mystère qui est fait autour de ce meunier aussi sadique qu’effrayant visuellement. Une jolie mention pour le maquillage bien dégueulasse du tueur, qui peut faire penser d’emblée à « Freddy Krueger« , « Jeepers Creepers » et même Massacre à la tronçonneuse. Il y a une bonne légende qui est faite autour de ce personnage et Nick Jongerius arrive très bien à jouer dessus, nous dispatchant des indices et des clefs au fur et à mesure que son film avance, pour nous emmener vers un final assez surprenant. Le final étant très bien foutu, il prend totalement en otage et fait passer le film de petit moment sympathique à bon film, qu’on reverrait bien avec plaisir.

Le film de Nick Jongerius joue aussi sur le fait que si tous ces personnages sont réunis ici, ce n’est pas le fruit du hasard. Pourquoi leur arrive-t-il ces horreurs ? Le film va peu à peu répondre à ces questions, et même si certaines des explications sont grossières, c’est assez plaisant de savoir le pourquoi. Puis l’intrigue laissera une chance à ses personnages et le réalisateur nous tiendra sur le sort de quelques-uns d’entre eux. Oui, si le suspens tient pour certains, pour d’autres, leur sort sera comme une évidence et l’on regrettera quelque peu que le réalisateur n’ait pas réussi ou voulu nous tenir en suspens pour tous ses personnages.

Si l’on est partagé sur l’intrigue, là où Nick Jongerius tient une belle réussite, c’est sur l’ambiance et la mise en scène de son film. « The windmill massacre » est un film généreux qui n’hésite à aller dans le dégueulassement bon. Ce meunier sadique a plus d’une idée dans son sac pour faire souffrir ses victimes et Nick Jongerius nous en offre pour notre argent. Sanglant, gore, sadique, nos pauvres touristes n’ont pas fini d’en prendre plein la gueule et l’on adore ça, surtout qu’en prime, le réalisateur a su instaurer une bonne tension qui prend et arrive à faire son effet. De plus, dans sa mise en scène, « The windmill massacre » a une bonne gueule. Bien filmé, bercé dans une belle photo, détenant de bons effets spéciaux, tout en ayant un côté assez rétro… Bref, on sent que Nick Jongerius a fait son film par amour et pour de bonnes raisons et que son seul but, en plus de tenir son spectateur, c’est aussi de lui offrir un « spectacle » nostalgique et offrant un bon slasher qu’on qualifiera de « à l’ancienne ».

Alors qu’il est hollandais, que son film se passe en Hollande, pour son premier film, Nick Jongerius vise l’international et pour cela, il s’est entouré d’un casting international dans lequel on trouvera Charlotte Beaumont, Noah Taylor, Patrick Baladi, Tanroh Ishida, Fiona Hampton ou encore le terrifiant Kenan Raven, incarnant avec terreur ce meunier vengeur.

14876175_1465856666761071_2145330186_o

« The windmill massacre » est certes imparfait, il est parfois grossier et aurait mérité plus de subtilité, mais il est aussi fait avec tant d’amour et de volonté, que finalement, malgré tous ses défauts, on passe un vrai bon moment devant à suivre cette bataille violente pour se sortir des griffes de ce meunier barbare. Bref, on espère une sortie en salle.

Puis enfin, « The windmill massacre » offre aussi une lumière sur un jeune réalisateur qu’on devrait suivre, car il se pourrait bien que dans l’avenir, il nous fasse vivre d’autres moments forts et intenses.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.