Papillon

14625460_1450657554947649_900575329_n

De : Franklin J. Schaffner

Avec Steve McQueen, Dustin Hoffman, Victor Jory, Anthony Zerbe

Année: 1973

Pays: Etats-Unis, France

Genre: Biopic

Résumé:

Henri « Papillon » Charrière, un malfrat de petite envergure, est jugé à tort pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Celui-ci est condamné à vie dans une prison d’une colonie française : le bagne de Cayenne. Mais Papillon n’a qu’une seule idée en tête : s’évader.
Malheureusement, ses régulières tentatives sont toujours restées sans réussite. Devant son acharnement, les dirigeants l’envoient sur Devil’s Island, une prison dans la prison, dont jamais personne n’a réussi à s’échapper. Une épreuve terrible pour Papillon, qui découvre l’enfer de l’environnement carcéral…

Avis:

Immense réalisateur américain, Franklin J. Schaffner est l’un de ces réalisateurs qui font partie de la culture américaine et qui ont enrichit le cinéma tout court. Si bien souvent quand on pense à Franklin J. Schaffner les premiers titres qui viennent en tête sont évidemment « La planète des singes » ou « Patton« , on ne peut oublier « Papillon« . Malheureusement, ses derniers films sortiront dans l’indifférence totale. Franklin J. Schaffner laisse derrière lui pas moins de quatorze films.

14625738_1450657588280979_1341315205_o

Henri « Papillon » Charrière est un malfrat de petite envergure, arrêté et jugé pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Il est alors condamné à effectuer sa peine au bagne de Cayenne. Mais Papillon ne le voit pas de cet œil et compte bien s’évader dès qu’il le pourra. Sur le bateau qui l’emporte loin de chez lui, il fait la connaissance de Louis Dega, un escroc condamné pour des arnaques. Louis Dega a beaucoup d’argent, mais ne sait se défendre. Il propose alors un marché à Papillon. Son aide contre le financement de son évasion. Un marché honnête que Papillon accepte.

« Papillon » est une rude plongée dans l’enfer carcéral du bagne. Mais c’est aussi un magnifique film sur l’espoir, la quête de liberté et la volonté d’un homme. Franklin J. Schaffner prend ces sentiments et il va ainsi les faire s’entrechoquer pendant deux heures et demie.

« Papillon » est un film dur, un film étouffant, un film qui ne nous ménage pas et un film qui dénonce. Franklin J. Schaffner montre ici toutes les horreurs qui ont pu être commises dans ces bagnes. Toutes les tortures, les sévices, les rabaissements et l’inhumanité qui s’y déroulaient et l’on en sera encore plus touché à cause de l’histoire de Papillon et l’injustice dont il est victime.

Le scénario de « Papillon » est multiple et aborde des thèmes qui résonnent encore aujourd’hui. Alors certes, dans un degré moindre, mais on pense aux différents problèmes dans nos prisons, ou encore les injustices.

Avec ce film, Franklin J. Schaffner livre un grand film sur la liberté et la force de l’esprit. Ici, il filme une quête de liberté à tout prix. Une quête qui pousse encore et toujours le personnage à espérer, même dans les moments les plus sombres et croyez-le, il va en baver. Le scénario nous réserve bien des aventures malheureuses. Évasion, torture, amitié, meurtre, drame, et autres arrestations vont ainsi se succéder avec beaucoup de fluidité. C’est bien simple, « Papillon » arrive si bien à nous prendre que l’on ne voit pas le film passer. On reste passionné et captivé par le récit injuste que nous raconte Franklin J. Schaffner. Un récit injuste, mais qui trouve sa rédemption et sa liberté dans un film magnifique devant lequel on ne peut rester insensible.

Dans un souci de véracité, Franklin J. Schaffner livre un film à la mise en scène réaliste. Une mise en scène toute en souffrance, qui se révèle être sans faille, quels que soient les moments ou les lieux dans lesquels se déroule son récit. Du bagne de Cayenne crasseux aux plages reposantes de l’Amérique du Sud, des cellules d’isolement à la beauté étouffante de l’île du diable, dernière prison en plein air aux remparts naturels. Bref, à chaque instant Franklin J. Schaffner a su donner un impact et une mise en scène prenante à son film.

« Papillon« , c’est aussi l’un des duos les plus magnifiques que l’on puisse voir, puisqu’il réunit Steve McQueen et Dustin Hoffman en bagnards attachants. Les deux comédiens sont au sommet de leur art. Steve McQueen tient là l’un de ses meilleurs rôles parmi ses meilleurs rôles. C’était vraiment un acteur hors norme. Totalement investi, presque transformé et méconnaissable parfois, c’est un véritable plaisir malgré la souffrance de le suivre dans cette quête d’homme libre. En face de lui, pour l’aider, on trouve un jeune Dustin Hoffman qui lui aussi trouve ici l’un de ses plus beaux rôles. L’acteur démontre un talent monstre, qui en volerait presque la vedette à McQueen.

Avec un casting aussi passionné, une question se pose, est-ce que le film aurait été aussi bon et prenant sans eux ? Car même si le scénario est incroyable, la réflexion géniale, la dénonciation évidente et la mise en scène magnifique, il faut dire que Steve McQueen et Dustin Hoffman crèvent tout simplement l’écran et derrière tout ce que j’ai pu citer plus haut, « Papillon« , c’est avant tout eux.

14678076_1450657568280981_1651960589_o

« Papillon » est donc un chef d’œuvre indémodable. C’est un film passionnant et marquant, qui en plus de ça, n’a pas pris une seule ride. Bref, c’est un film à voir, découvrir et redécouvrir. La quête de liberté n’a jamais été aussi belle et dure à la fois !

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net