octobre 24, 2021

Deux Nigauds Contre l’Homme Invisible

deux-nigauds-contre-l-homme-invisible-affiche_400470_11315

Titre Original : Bud Abbott and Lou Costello Meet the Invisible Man

De: Charles Lamont

Avec Bud Abbott, Lou Costello, Nancy Guild, Arthur Franz

Année: 1951

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie, Fantastique

Résumé:

Le boxeur Tommy Nelson est accusé de meurtre. Il s’injecte un produit qui rend invisible pendant que Bud et Lou mènent l’enquête.

Avis:

Durant les années 20, un duo de comiques va se faire un nom retentissant, Laurel et Hardy. Figure de proue de la comédie burlesque et naïve, le duo va connaître un succès sans précédent durant l’ère du cinéma muet. Seulement, dans les années 50, le cinéma parlant va arriver et leur chute sera spectaculaire. C’est alors qu’un autre duo fait son apparition, réussissant l’alchimie entre les deux comédiens précités et le cinéma parlant, Bud Abbott et Lou Costello. Reprenant physiquement les mêmes atours que Laurel et Hardy, les deux artistes vont alors devenir des icônes de la comédie américaine avec pas moins de 17 films à leur actif. Mais ils se sont faits une spécialité d’apparaître là où on les attendait le moins, c’est-à-dire à la rencontre des monstres de chez Universal. Et après un joli succès avec leur rencontre contre le monstre de Frankenstein, le duo se battra contre la momie puis contre l’homme invisible. Enfin, se battre est un bien grand mot.

deux-nigauds-contre-l-homme-invisible_417997_20506

Dès le départ, le cinéaste Charles Lamont est très clair sur ses intentions (qu’il ne quittera plus puisque c’est lui qui réalisera tous les films d’Abbott et Costello après l’épisode de Frankenstein), il fait une comédie policière. Les deux compères gagnent leur diplôme de détective privé, Costello en fait des tonnes, trébuche, tombe, fait des gaffes, et ensemble, ils vont ouvrir un cabinet. Sauf qu’un beau jour, un évadé de prison, ancien boxeur, arrive dans leur cabinet et dit être victime d’une machination. Il va alors prendre une potion d’invisibilité pour résoudre l’affaire avec les deux compères. Intrigue évoluant dans le domaine de la boxe, calembours faiblardes et jeux de mots de bas étage, on pourrait croire que ce film est une grosse blague qui ne marche pas un seul instant, et pourtant il n’en demeure pas moins un divertissement honnête, qui surfe sur le succès de l’homme invisible, certes, mais qui reste finalement agréable.

Alors il est vrai que le film accumule les lourdeurs scénaristiques. Le duo comique n’arrive pas à trouver un juste équilibre entre le ton employé et le sérieux de l’intrigue dans laquelle il est question de vie ou de mort. Il n’y a pas d’équilibre non plus entre les deux acteurs, Lou Costello volant en permanence la vedette à son comparse, trouvant un rôle plus important, plus drôle et plus burlesque. Du coup, on se demande si le film n’est pas plutôt une commande qu’une réelle envie de proposer une comédie policière. Certains passages sont réellement stupides et n’arrivent pas (ou plus, rappelons que le film date de 1951) à décrocher un sourire au spectateur, notamment la scène de fin, gratuite et cartoonesque qui ne colle absolument pas à l’ambiance désirée par le film. Parce que pendant que les deux font les guignols, le reste du casting est hyper sérieux et joue parfaitement bien. Il est assez regrettable que le métrage n’arrive pas à être plus fin, voulant à chaque fois coller à l’univers des deux comédiens qui finalement ne sied pas à l’homme invisible. D’autant plus que l’on peut reprocher aisément à Lou Costello de faire dans la surenchère et de constamment briser le quatrième mur, faisant des regards à la caméra ou des clins d’œil au spectateur alors qu’il est censé être dans un film sans interaction avec le public. Cela rajoute une donnée factice à ses jérémiades et ce n’est pas très bien vu.

Cependant, le film n’oublie pas de reprendre ce qui a fait le succès de l’homme invisible. Ainsi, on retrouvera des effets spéciaux relativement bien foutus et on aura même droit à un cochon d’inde invisible, faisant immédiatement référence  la deuxième suite du film d’origine. On aura droit aussi aux effets de fumée, que l’on retrouve dans Le Retour de l’Homme Invisible. Enfin, et c’est peut-être là-dessus que le film fait le plus fort, c’est qu’il n’oublie pas que la potion rend fou au bout de quelques jours et le personnage perd peu à peu les pédales. Alors certes, il est vrai que l’on reste encore et toujours dans la surenchère avec un homme qui déblatère des fantasmes de pouvoir, mais ces clins d’œil sont plutôt bien vus et montrent toute l’honnêteté de l’entreprise. Enfin, le combat de boxe à la fin est plutôt bien fichu, assez drôle même si parfois on frôle le n’importe quoi dans les commentaires et les attitudes des spectateurs.

ob_f8f627_2-nigauds-et-l-homme-inv-05-g

Au final, Deux Nigauds Contre l’Homme Invisible est une comédie assez particulière, bonne enfant mais qui n’arrive pas à trouver le juste milieu entre humour et sérieux. Il en résulte un film sympathique, qui se laisse regarder, mais qui manque de maturité et qui fait trop la part belle à Lou Costello en faisant des caisses. Il s’agit-là de la moins bonne suite à l’Homme Invisible, qui peine à renouveler le personnage et à proposer une intrigue digne de ce nom.

Note : 11/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=oVy5u8TKfOk[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.