Miss Peregrine et les Enfants Particuliers – Quand Burton Refait du Burton

14593192_1439189556094449_1441890670_n

Titre Original : Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children

De: Tim Burton

Avec Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson, Judi Dench

Année: 2016

Pays: Etats-Unis, Angleterre, Belgique

Genre: Fantastique

Résumé:

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

Avis:

Tim Burton est un réalisateur qui est adulé à travers le monde. Dès ses premiers films, l’homme a su insuffler une patte unique et singulière. Une patte qui a fait sa renommée. Mais Tim Burton est aussi un réalisateur qui divise et qui déçoit très souvent ces dernières années. Bloqué dans son style, bien souvent on lui reproche de ne pas se renouveler et quand il le fait, on lui reproche de ne pas faire du Burton. Cela devient un problème. Mais si « Miss Peregrine et les enfants particuliers » est loin d’être son meilleur film, ce cru 2016 reste un excellent moment de divertissement tout ce qu’il y a de plus Burtonien.

Après avoir changé de cap avec « Big Eyes » en 2015, Tim Burton nous revient cette année au cinéma fantastique en adaptant le roman de Ransom Riggs. Avec « Miss Peregrine et les enfants particuliers » est donc un film attachant et amusant qui se trouve être un sacré bon plaisir à découvrir. Avec son intrigue originale, avec son esthétisme poétique et macabre à la fois et ses excellents acteurs, « Miss Peregrine et les enfants particuliers » est le très bon divertissement qu’on avait envie de voir.

14599919_1439190579427680_21645779_o

Jacob vient de perdre son grand-père. Une lourde perte pour cet adolescent qui avait bien plus de lien avec son grand-père qu’avec ses propres parents. Son grand-père est mort dans des circonstances étranges et avant de rendre son dernier souffle, il a donné quelques conseils à Jacob. Pour rendre un dernier hommage à son grand-père et essayer d’en apprendre plus, Jacob part au Pays De Galles, sur une petite île où son grand-père aurait vécu de grandes aventures. Sur place, Jacob va alors être conduit par les enfants qui peuplaient les histoires de son grand-père, jusqu’à la maison de Miss Peregrine.

« Miss Peregrine et les enfants particuliers » était attendu avec beaucoup d’impatience pour certains et de crainte pour d’autres. Mais qu’on se rassure, le magicien Burton tient de belles promesses et nous emporte dans un moment de cinéma qu’on savoure avec sourires, découvertes et aventures.

Ce qui est très bien, et même étonnant, avec « Miss Peregrine … « , c’est la façon dont Tim Burton ne réinvente rien, mais insuffle suffisamment de piquant et de passion pour que le spectateur soit entièrement pris dans son film. L’intrigue que nous raconte ici Tim Burton est totalement prenante. Originale, bien rythmée, avec de bons rebondissements et un joli sens de l’entraide et de l’aventure, on prend un vrai plaisir à découvrir, dans un premier temps, ce nouveau monde que le grand Tim met en images et dans un deuxième temps à suivre, et même vivre. Le scénario est excellent, c’est une invitation à l’aventure. Une aventure amusante, pleine de magie, de féerie, mais aussi de dangers et de décisions importantes à prendre. Le scénario, très bien écrit, véhicule des thèmes chers au cinéaste, comme la différence, la solitude, la souffrance intérieure ou bien l’envie de normalité. Le scénario fait évoluer ses personnages tout au long du film, ce qui est touchant. Ce nouveau film donne l’impression que Tim Burton passe de l’adolescence à l’âge adulte à travers Asa Butterfield qui est bien l’un des meilleurs choix du film, tant l’acteur de par son allure, sa timidité ou encore son personnage, donne l’impression de voir le réalisateur adolescent. Le film en lui-même est touchant et attachant, mais ces sentiments sont décuplés avec Asa Butterfield dans le rôle principal.

« Miss Peregrine …  » est divisé en deux grandes parties, toutes deux intéressantes. La première est une exposition. Tim Burton présente bien son histoire, ses complexes, son mystère, ses personnages et surtout son lieu magique. Cette première partie accroche par sa simplicité et sa modernité. C’est même troublant parfois de voir un Tim Burton se déroulant en 2016. Puis une fois l’exposition finie, on peut entrer dans le vif du sujet. Là encore le réalisateur ne précipite pas les choses et c’est petit à petit, évènement par évènement, qu’il nous fait entrer dans l’action et nous fait vivre l’aventure aux côtés de ses personnages. Franchement, on se laisse prendre au jeu, on s’amuse, on est enchanté et l’on craint aussi pour eux. La mise en scène de Tim Burton est riche, peuplée d’idées, basculant d’un monde burtonien à un autre. On en prend plein les yeux, on s’évade, on est émerveillé, on peut même être dérangé, tel un cauchemar éveillé (les scènes aquatiques sont extraordinaires). Mais sur le tout, il y a quelque chose de magique et de sincère qui se dégage de ce film.

On pourra toutefois être interloqué par les FX et les fonds qui ressortent de l’image. C’est loin d’être dégueulasse, mais c’est suffisamment présent pour qu’on les remarque. Autre petite déception, c’est du point de vue de la musique, car même si elle est jolie, c’est dommage que le film ne jouisse pas d’un thème plus remarquable et marquant le spectateur. Peut-être est-ce le fait que Tim Burton n’ait pas fait appel à son complice de toujours, Danny Elfman ?

Enfin « Miss Peregrine et les enfants particuliers » est un film où chaque personnage a son petit quelque chose en plus. Chaque personnage est incarné par d’excellents acteurs, dont on retiendra particulièrement Asa Butterfield, excellent dans un rôle fait pour lui. On retiendra Eva Green qu’on retrouve chez le réalisateur avec plaisir. On aurait juste aimé que son rôle soit plus présent. Puis il y a Samuel L. Jackson génial en grand méchant, un peu dingue et dandy sur les bords. On ajoutera des acteurs comme Judi Dench, Chris O’Dowd, Terrence Stramp, ou Ruppert Everrett et Ella Purnell. Puis enfin pour ceux qui ont l’œil bien aiguisé, vous aurez une petite surprise.

14599932_1439190102761061_522196609_o

Ce cru 2016 est donc un excellent divertissement. Certes « Miss Peregrine et les enfants particuliers » n’est pas le plus grand des Burton, certes il a ses défauts, mais il a aussi tant de qualités, de fun, d’univers et il dégage tant d’amour et de sincérité qu’il fait du bien. Il ne changera pas les choses et face à d’autres œuvres de Tim Burton, « Miss Peregrine … » est moins percutant, mais il a le mérite de nous faire ressortir le sourire aux lèvres et l’esprit ailleurs.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net