Brooklyn Village – Chronique Familiale

14355972_1417970554883016_956498146_n

Titre Original : Little Men

De : Ira Sachs

Avec Greg Kinnear, Theo Taplitz, Michael Barbieri, Jennifer Ehle

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Une famille de Manhattan hérite d’une maison à Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique de Leonor, une couturière latino-américaine. Les relations sont d’abord très cordiales, notamment grâce à l’insouciante amitié qui se noue entre Tony et Jake, les enfants des deux foyers. Mais le loyer de la boutique s’avère bien inférieur aux besoins des nouveaux arrivants. Les discussions d’adultes vont bientôt perturber la complicité entre voisins.

Avis:

Ira Sachs est un habitué du festival de Deauville puisque « Brooklyn Village » est le quatrième film que le réalisateur vient présenter à Deauville. Quatre films sur six que compte sa carrière qui commence en 1996 avec « Le Delta« , un premier film oublié aujourd’hui.

Après délibération des membres du Jury, « Brooklyn Village » s’est alors vu décerner le Grand Prix du festival. Un prix qu’Ira Sachs gagne face à une lourde concurrence. Mais est-ce que ce prix est justifié ? Et surtout est-ce que le film d’Ira Sachs vaut le coup qu’on se déplace en salles ? Et bien les réponses sont plus ou moins positives, car si l’on a vu meilleur au festival de Deauville et qu’on aurait aimé que ce soit d’autres films qui soient primés, on est toutefois enchanté d’avoir vu ce film, car Ira Sachs livre un film doté d’une très belle tendresse. « Brooklyn Village » est un film simple qui aborde des problèmes d’adultes que le réalisateur nous fait voir à travers les regards d’enfants. « Brooklyn Village » est un film qui peut parler à tout le monde, petit comme grand, et finalement, malgré le fait que l’intrigue soit triste, on en ressort enchanté.

14339173_1417970721549666_645670720_o

Une famille qui habite Manhattan hérite d’une maison dans Brooklyn. La maison est jolie et elle a une valeur sentimentale, puis c’est la maison où Brian, le père de famille, a grandi. Si les étages sont habitables, le rez-de-chaussée est quant à lui une petite boutique qui est tenue par Léonor Calvelli, une femme que le défunt père de Brian appréciait beaucoup. Léonor a un jeune garçon, Tony, qui a sensiblement le même âge que Jake, le fils de Brian. Très vite, les deux gamins deviennent inséparables. Mais quand les problèmes d’adultes arrivent, notamment à cause de la succession, les enfants payent alors les frustrations et les colères de leurs parents.

Après « Love is Strange« , déjà en compétition à Deauville il y a deux ans, Ira Sachs est de retour sur les planches pour un petit moment de tendresse et de vérité. Un petit moment plein de rires d’enfants, de rêves de gamins, de bêtises, mais aussi de pleurs et d’incompréhension. Ce joli moment, c’est « Brooklyn Village« , un film qui saura vous faire sourire et vous toucher de par le regard sincère de ses personnages.

Avec ce film, Ira Sachs a décidé de mettre en images une tranche de vie et de traiter un problème d’adulte, en l’occurrence ici la petite boutique du rez-de-chaussée dont le papy qui en était propriétaire n’a jamais augmenté le loyer de sa locataire et le fils qui hérite de la maison et de ladite boutique qui a besoin d’argent demande à ce que l’on réévalue le prix afin d’être dans les normes d’aujourd’hui, vu principalement à travers les yeux de jeunes adolescents. Avec ce film, on pourra sourire devant les solutions enfantines ou les réactions très brutes et vraies des deux gamins. Ce qui est bien avec « Brooklyn Village« , c’est que son réalisateur a décidé d’abord de nous amuser avec ces enfants. « Brooklyn Village« , avant d’être des problèmes d’adultes, c’est avant tout la construction d’une amitié. C’est une rencontre, c’est des discussions passionnées qui sont aussi futiles pour nous qu’elles sont importantes pour ces gamins.

Tenant très bien son histoire, c’est petit à petit qu’Ira Sachs assombrit le tout et introduit les problèmes qui feront prendre conscience à ces deux gamins que la vie, c’est aussi parfois des décisions difficiles à gérer. Et si au départ, on sera amusé devant les réactions très puériles des gamins, plus l’intrigue avancera et plus le film d’Ira Sachs va devenir touchant. Les idées simples des gamins s’entrechoquent aux décisions des adultes et le tableau est aussi triste que tendre et mélancolique. Mélancolique, car parfois certaines réactions ou certain sujets et conversations que les gamins abordent nous renvoient à des souvenirs. Dans un sens, même si l’on n’a pas vécu ce que vivent ces deux familles, il y a quelque chose d’universel qui se dégage de « Brooklyn Village » Et c’est pour cela qu’il est si touchant.

Toutefois, malgré un bon scénario et de bons sentiments, « Brooklyn Village » trouve des longueurs et des moments qui ont tendance à se répéter. On trouvera des moments qui ne seront pas forcément utiles. Des moments bien filmés, bien interprétés, mais qui ne feront pas avancer l’intrigue pour autant. Alors bien sûr, ces moments sont peu nombreux comparé à la qualité du film et le plaisir qu’on a de le suivre.

Par contre, là où « Brooklyn Village » assure sans aucune petite tache, c’est dans sa distribution. Si les acteurs connus sont impeccables, mention spéciale pour Paulina Garcia, c’est du côté des deux gamins que « Brooklyn Village » trouvera tout son charme, toute sa vie, sa complicité et sa naïveté positive. Franchement, Theo Taplitz et Michael Barbieri sont de vrais petits acteurs en herbe et pour le premier passage à l’écran, on ne voit qu’eux. Ils sont bons, convaincants et nous font parfaitement ressentir ce que leurs personnages traversent. On pourra même dire que Michael Barbieri est une véritable révélation qui crève l’écran et apparemment, on n’est pas seul à le penser puisque le jeune acteur est déjà sur le prochain « Spiderman » et dans l’adaptation de « La Tour Sombre« . C’est donc un petit nom à surveiller et l’on prend le pari qu’on va en entendre parler dans quelques années.

14339401_1417970691549669_1356046634_o

Alors pour répondre aux questions posées plus hauts, est-ce que « Brooklyn Village » mérite son Grand Prix ? De par le regard qu’il pose, assurément oui, de par ses acteurs assurément oui, après dans sa forme, nous sommes plus partagés, surtout que sur le festival, il y avait bien mieux.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net