Running Wild – Rapid Foray

runningwildrapidforaycd

Avis :

Si la France n’est pas forcément une terre qui met en avant ses groupes de hard rock et de métal, il y a d’autres pays pour qui ce style est une bénédiction et une aubaine. Certes, les pays scandinaves ont des années lumières d’avance sur nous et ont certainement une ouverture d’esprit plus grande, mais ce ne sont pas les seuls. Il suffit de zieuter du côté de nos voisins pour se rendre compte que le métal est presque une religion et que certains groupes sont considérés comme de réelles stars. Rammstein, Accept, In Extremo, autant de groupes qui ont suscité l’engouement de leur pays mais aussi du monde entier. Fer de lance de cette montée en flèche du métal teutonique, Running Wild possède tout de même une histoire pas comme les autres. Fondé à la fin des années 70, le groupe se fait réellement connaître au milieu des années 80 et connait un succès fulgurant avec Under Jolly Rogger en 1987. Cependant, le leader et fondateur du groupe, Rolf Kasparek, surnomme Rock’n Rolf, possède un caractère bien trempé et aime se mettre en avant, quitte à dénigrer le reste de la bande. De ce fait, de nombreux changement de line-up s’opèrent et la formation fait même une pause en 2009, restant sur un hiatus. Fort heureusement, le groupe revient sur le devant de la scène en 2013 avec Resilient et il en remette une couche trois ans plus tard avec Rapid Foray, qui reste dans la lignée de ce que le groupe propose d’habitude, du speed métal teinté de heavy.

Continuant son exploration dans le monde de la piraterie, ce qui fait la petite touche personnelle du groupe, le skeud commence par Black Skies, Red Flag. Un titre assez long, comme toutes les compositions de l’album, qui dépassent les quatre minutes, et qui lance l’album sur les pas de ses prédécesseurs. Des riffs ultra rapides, un refrain qui fonctionne bien et surtout des solos de folie qui montrent à quel point le groupe, malgré tous les problèmes passés, n’a pas perdu un iota de son talent technique. D’ailleurs, certains titres sont réellement porteurs de ce que fait le groupe à l’image des forts sympathiques Stick to Your Guns ou encore Rapid Foray, le titre éponyme de l’album. Alliant parfaitement la rapidité d’exécution avec un univers bien précis, le groupe ne délaisse pas le fan sur le bas-côté, lui proposant un terrain d’écoute connu, sur lequel il va pouvoir headbanger à volonté. Le seul petit point noir que l’on peut relever provient de Warmongers, un titre qui semble mal enregistré et qui plus est reste trop linéaire et n’arrive jamais à vraiment décoller. C’est le morceau le plus faible de l’album et cela se ressent vraiment, un peu comme une pièce rapportée pour combler un vide.

running-wild-2015

Si on écoute l’album une première fois, on pourrait croire que tout se ressemble un peu malgré les quelques variations de tempos et de notes, mais que nenni. En effet, parmi les dix pistes, quelques pièces sortent du lot. En premier lieu, il y a bien évidemment By the Blood in Your Heart. Ce titre est très intéressant car il est plutôt calme et se démarque des autres par sa volonté de créer un chorus emportant son auditeur avec une équipe de matelots soudards chantant à tue-tête une chanson du folklore. C’est très réussi, entêtant et même si le titre est un poil trop long (plus de cinq minutes), on reste sur une bonne appréciation. On retrouvera aussi un morceau purement instrumental avec The Depth of the Sea (Nautilus), qui arrache bien et qui montre, si besoin en est, tout le talent technique du groupe. On pourra aussi se jeter sur Hellectrified, un morceau bien catchy avec des insertions très heavy qui donne rapidement envie de hocher la tête. Enfin, comment louper le dernier titre, Last of the Mohicans, une pure tuerie qui dépasse les onze minutes sans jamais susciter le moindre ennui et mettant en avant un soliste de guitare absolument frappadingue. Bref, malgré quelques similitudes dans certains titres, il faut être sourd pour ne pas voir les efforts fournis par le groupe pour donner un skeud varié et dynamique.

Au final, Rapid Foray, le seizième album studio de Running Wild, est une belle réussite. Nerveux, prenant, technique mais aussi accessible et bourré de morceaux intéressants, le groupe teuton assure malgré son âge et montre que l’envie de bien faire est toujours présente. Une envie communicative qui donne forcément envie de se lancer dans une chasse au trésor à bord d’un bateau pirate, chantant à tue-tête, une pinte à la main.

  1. Black Skies, Red Flag
  2. Warmongers
  3. Stick to Your Guns
  4. Rapid Foray
  5. By the Blood in Your Heart
  6. The Depth of the Sea (Nautilus)
  7. Black Bart
  8. Hellectrified
  9. Blood Moon Rising
  10. Into the West
  11. Last of the Mohicans

Note: 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net