War Dogs – Les Nerds de la Guerre

14341419_1418414208171984_1502191043_n

De : Todd Phillips

Avec Jonah Hill, Miles Teller, Ana De Armas, Bradley Cooper

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie, Drame, Guerre

Résumé:

Deux copains âgés d’une vingtaine d’années vivant à Miami Beach à l’époque de la guerre en Irak, profitent d’un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d’offres de l’armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d’argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu’ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain…

Avis:

Todd Phillips, c’est un peu le pape de la comédie américaine. Sa filmographie est parcourue de films hilarants, et même quand l’un de ses films est plus ou moins raté, il nous reste toutefois toujours quelque chose à nous mettre sous la dent. Si Todd Phillips est aujourd’hui reconnu, il lui aura tout de même fallu attendre plus d’une dizaine d’années et l’arrivée de son premier « Very Bad Trip » pour qu’il explose, alors qu’il avait déjà d’autres titres à son actif avant ce film qui sont tout aussi sympathiques, voire mieux.

On n’avait plus de nouvelles de Todd Phillips depuis 2013, l’année où il a bouclé sa trilogie « Very Bad Trip » avec un épisode qui avait déçu. Son retour était donc attendu avec beaucoup de curiosité. On avait envie de savoir quel serait le sujet de son prochain délire. Alors quand les bandes-annonces de « War Dogs » sont tombées, autant dire que le projet faisait envie. Projeté en film de fermeture du Festival de Deauville, « War Dogs » est un film bien différent de ce que la bande-annonce vendait, puisqu’il s’inscrit désormais comme le film plus sérieux de son réalisateur. Et oui, on nous a vendu une comédie, et même s’il y a de quoi rire, « War Dogs » est bien plus un drame qu’une comédie.

14329243_1418414314838640_65721780_o

Deux amis d’une vingtaine d’années se lancent dans une entreprise qui peut et qui va leur rapporter gros. Profitant d’un dispositif méconnu aux Etats-Unis qui permet à des entreprises lambdas de répondre à des appels d’offre du gouvernement américain, les deux garçons vont alors passer peu à peu de la classe pauvre à la classe millionnaire. Mais plus leur entreprise remporte des marchés et plus ils vont d’être obligés de passer dans l’illégalité. Une illégalité qui va même se transformer en cas d’école, puisqu’ils vont arnaquer le gouvernement américain comme jamais personne ne l’avait fait auparavant.

Comme dit plus haut, « War Dogs » est plus sérieux qu’il n’en a l’air. Si vous vous attendiez à quelque chose du genre « Le loup de Wall Street » mixé à la sauce « 21 Jump Street« , alors vous risquez d’être très déçu, car on est clairement très loin de ceci, comme on est aussi très loin du film déjanté que nous vendent les bandes-annonces. Non, « War Dogs » est plus un film qui pourrait s’apparenter à un « Lord of War« , de par son sujet et surtout de par ce qu’il y dénonce. Si on trouvera bien des moments comiques qui parcourront tout le film, « War Dogs » sera bien plus souvent sérieux arrivant même à avoir des moments de tension. On sera donc surpris dans le bon sens du terme par ce que nous livre Todd Phillips.

Avec « War Dogs« , Todd Phillips nous plonge pendant deux heures dans l’une des plus grosses arnaques malencontreuses que les États-Unis ont connue. Une arnaque presque injuste qui met mal à l’aise son gouvernement. Partant au départ d’un scénario pour le moins classique, c’est petit à petit que Todd Phillips va accrocher son spectateur avec un film qui interroge sur un système bien particulier, qui interroge sur les guerres, sur l’industrie et l’argent. Un système qui s’avère bien étrange devant lequel on reste dubitatif, tant ce dernier est parfaitement dépeint par son réalisateur. Comment n’importe quelle entreprise qui en a les moyens, ou pas d’ailleurs, peut-elle répondre à ces offres faites par le gouvernement américain ? « War Dogs« , dans sa façon de présenter les choses, sera même un film très cynique et pessimiste. Pour donner un aspect encore plus dramatique à son histoire, qui rappelons le, s’inspire de faits réels (et au vu de « la facilité » de l’arnaque, c’est bien là que se trouve le plus dramatique de l’histoire), « War Dogs » est parcouru d’une voix off très bien venue, qui montre toute l’histoire du point de vue du personnage incarné par Miles Teller. Ici, grâce à ce personnage moins exubérant que celui de Jonah Hill, on prendra bien plus la dimension des faits. De plus, le scénario, s’il reste assez classique en soit, ne l’empêchera pas d’être bon et entraînant. Entre des rebondissements tendus, des découvertes vicieuses, des marchés dangereux et une vraie prise de conscience par rapport aux guerres et surtout leurs industries, ce qui fait peur à voir et à entendre, on se laisse totalement envahir par l’intrigue.

Très loin du trash des « Very Bad Trip« , Todd Phillips offre une mise en scène là aussi classique, mais très efficace. Une mise en scène qui offre des moments de délire, bien entendu, mais qui offre surtout des moments plus profonds, des réflexions tendues, de bonnes scènes d’action et mise beaucoup au final sur la confrontation entre les deux potes. Elle mise aussi sur les manipulations, le retournement de situation ou encore les prises de conscience. Et la seule petite chose que l’on pourrait reprocher au réalisateur, c’est de ne pas avoir fait un film plus percutant, car au final, même si ce « War Dogs » est bon, qu’il divertit autant qu’il fait réfléchir, il est vrai qu’il lui manque quelque chose qui nous secoue, quelque chose qui marque à jamais, cette étincelle qui transforme le tout en un brasier incontrôlable, comme avait pu le faire Andrew Niccol avec « Lord of War« . Oui, on y revient car c’est le film qui se rapproche le plus de « War Dogs » finalement.

« War Dogs« , c’est aussi un duo qui fonctionne très bien. Un duo formé par Miles Teller et Jonah Hill. D’ailleurs, le duo fonctionne si bien qu’on ne retient principalement qu’eux. Si Jonah Hill est souvent très drôle en espèce de Tony Montana très beauf, il sera aussi à plusieurs reprises flippant, développant un côté qu’on ne lui connaissait pas encore. En face de lui et à ses côtés en même temps, dans un rôle qui lui est totalement opposé, le talentueux Miles Teller sera le personnage le plus touchant du film, car c’est bien le seul à évoluer, à se rendre compte, et comme de plus on connaît sa vie avant qu’il ne se lance dans ce trafic, on ne pourra qu’être touché par ce qui lui arrive. Pour les fans de Bradley Cooper, sachez qu’il y tient seulement un petit rôle, certes crucial, mais on le voit peu.

14360339_1418414241505314_1729616853_o

« War Dogs » est donc un bon film devant lequel on passe un excellent moment. Bien plus sérieux qu’on ne l’avait imaginé, le réalisateur interroge beaucoup sur l’économie de la guerre. Avec ce film, Todd Phillips nous entraîne donc avec humour et surtout réalisme et drame dans une des plus belles arnaques auxquelles les États-Unis ont dû faire face. Une arnaque que le réalisateur traite de bonne manière, puisqu’à la sortie de son film, on se demande encore comment ce genre de chose a pu se produire. Bref, « War Dogs » est donc un film à voir.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net