Depeche Mode – Delta Machine

Depeche-Mode-Delta-Machine

Avis :

Originaire de Basildon en Angleterre et formé en 1979, le groupe Depeche mode connait un véritable succès dans les années 1984/1985 avec le tube People are People. Entrant dans la catégorie très diversifiée aujourd’hui de la musique électronique, new-wave et pop, le groupe devient consacré avec l’album Violator (1990) contenant tous les tubes ou presque du groupe comme Personnal Jesus, Policy of Truth et surtout Enjoy the Silence. Malheureusement, c’est aussi le moment des troubles dans le groupe avec le départ d’un membre et surtout, l’addiction du chanteur, Dave Gahan, à la drogue, avec une overdose et une tentative de suicide. Ce dernier ne sera désintoxiqué qu’en 1996. Tournant à trois, sauf pour les concerts, le groupe continue de sortir des albums au fil des années. C’est en mars 2013 que sort Delta Machine, quatre après Sounds of the Universe. Revenant à une base plus classique avec beaucoup de synthétiseurs, instrument de prédilection du groupe et quelques passages blues, cet album sonne presque comme un renouveau pour le groupe. Mais qu’en est-il vraiment ? L’album est-il bon ? Le retour aux sources est-il encore possible aujourd’hui avec toutes les évolutions technologiques et les nouveaux sons que l’on entend avec Kavinsky, Daft Punk ou encore Basto ? Aventurons-nous dans les sons électro-blues du groupe !

Depeche Mode est un groupe très particulier dans le sillon de la musique électronique. En effet, il se situe au croisement de l’électro, du blues, du rock et de la new wave. En ce sens, le groupe propose une musique souvent lente, assez enivrante et souvent complexe au niveau de la construction. D’ailleurs, l’album commence avec Welcome to my World, dans un son électro très lourd et très lent, qui ne décolle vraiment que lors du refrain. Angel, le deuxième morceau, sera dans le même moule, mais avec un rythme plus rapide et un son électronique différente, qui sera moins basé sur un appui percussif mais plutôt sur un son redondant de guitare saturée. Et énormément de morceaux sont construit comme cela, arpentant un son électro différent à chaque fois, avec un rythme assez lent, presque lancinant et très intéressant. On retrouvera cela avec Secret to the End, My little Universe et son petit son électro rappelant les petits robots dans les vieux films de SF, Broken, ou encore Alone est son son électro très sombre et profond. Bref, tout cela reste très varié. Mais ce n’est pas le seul point fort de l’album. S’engageant dans la voie très complexe du blues, le groupe va faire quelques escapades dans ce genre, notamment avec le morceau Slow et sa superbe introduction ou encore Goodbye et son introduction à la guitare qui fait penser à un morceau blues voir country. Le plus étonnant reste ce mariage des genres, puisque Blues et électro n’ont jamais fait bon ménage, si ce n’est l’appui d’un clavier sur certains morceaux de blues, mais Depeche Mode arrive à créer une espèce d’harmonie entre tous ces instruments et rend le tout vraiment intéressant et jamais entendu. Enfin, on pourra parler de Soothe my Soul, morceau qui démarre comme du hardcore, pour virer vers une pop électro du plus bel effet et qui donne vraiment envie de bouger.

Depeche Mode 2013

L’autre sujet le plus marquant dans l’histoire du groupe, c’est la voix si reconnaissable de Dave Gahan. Maîtrisée, profonde, grave, elle sublime chaque morceau comme on peut l’entendre dans le tube Heaven ou encore dans Soothe my Soul. Mais le bougre est aussi relativement à l’aise quand ça va assez vite comme sur Soft Touch/Raw Nerve. C’est ce qui fait la force aussi du groupe, c’est que son chanteur charismatique, plutôt beau gosse, torturé, possède une voix très identifiable et que lorsque l’on entend une chanson à la radio on sait de suite que c’est du Depeche Mode. On appréciera d’autant plus sa voix sur des morceaux posés comme Slow ou encore sur les quatre pistes qui sont disponibles dans la version deluxe. On ressent une vraie immersion dans un univers froid et assez impersonnel que seule la musique électronique peut nous faire sentir.

Au final, Delta Machine, le dernier album de Depeche Mode est un très bon album. Revenant vers des bases pas si faciles entre électro old school et blues, le groupe signe un excellent album varié, parfois dynamique, quelque fois sombre, mais toujours surprenant. Cependant, plusieurs écoutes sont nécessaires pour apprécier le skeud à sa juste valeur. On remarque tout de même que malgré les années, le groupe sait encore innover et fait partie des grands de ce monde.

  1. Welcome to my World
  2. Angel
  3. Heaven
  4. Secret to the End
  5. My Little Universe
  6. Slow
  7. Broken
  8. The Child Inside
  9. Soft Touch/Raw Nerve
  10. Should be Higher
  11. Alone
  12. Soothe my Soul
  13. Goodbye
  14. Long Time Lie
  15. Happens all the Time
  16. Always
  17. All That’s Mine

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net