février 25, 2021

Sacrifice

1469910562_1461938117_sacrifice-compressor

De : Peter A. Dowling

Avec Radha Mitchell, Rupert Graves, Ian McElhinney, David Robb

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Suite à une fausse couche, Tora Hamilton et son mari Duncan s’exilent dans les îles Shetland. Dans un trou proche de sa maison, elle découvre le cadavre d’une femme avec des runes gravées sur sa peau et la poitrine béante avec le cœur manquant. Alors que tout le monde lui demande de laisser tomber l’affaire, elle va mener son enquête et découvrir un secret qu’elle n’aurait jamais dû trouver.

Avis:

Les voies de la distribution, comme celles du seigneur, sont impénétrables. La France, grand pays de la culture (prout!), ne fait pas comme tout le monde et aime montrer sa supériorité en snobant certains films, notamment les films de genre, comme l’horreur ou le thriller. Alors que de nombreux films sortent en salles aux States ou en Angleterre, la France préfère les sortir directement en vidéo, si ce n’est en téléfilm, et parfois ne pas les sortir du tout, ou alors près de trois ans plus tard. Et Sacrifice, rebaptisé chez nous Le Rituel du 9ème Jour mais sans affiche officielle, fait office de vilain petit canard et demeure un exemple désastreux de la fameuse distribution française et de sa diversité culturelle. Car au lieu de sortir en DTV, et alors que le film a connu les salles de cinéma anglaises, le film n’a connu qu’une sortie sur M6 un jeudi après-midi. Et même si le film n’est pas un chef d’œuvre, loin s’en faut, il ne méritait un sort si funeste et demeure bien au-dessus de certaines comédies françaises avec Kev Adams ou Franck Dubosc.

sacrifice16rev

Car Sacrifice n’a pas du tout les atours d’un téléfilm familial d’un jour de semaine en plein après-midi. D’ailleurs, son ton et son histoire ne s’adresse pas du tout à un public de ménagère et il rentre facilement dans la case de tous ces thrillers nordiques qui sortent à la pelle en ce moment, notamment en littérature. Il faut dire que le cadre environnant prête à la confusion, car si le film ne se passe pas en Scandinavie, il se déroule au nord de l’Ecosse, là où le climat est rude et les légendes vikings nombreuses. De ce fait, Sacrifice se rapproche du polar historique avec de nombreuses références à une mythologie peu connue et avec des éléments assez intrigants. Eléments qui échapperont au public visé par la chaîne française, puisqu’il faut avoir quelques rudiments en la matière pour en déguster toute la saveur. Alors certes, dans ses grandes lignes, le scénario de Sacrifice est assez prévisible, avec une femme meurtrie qui mène une enquête interdite et une population taiseuse dès qu’il s’agit d’aborder la thématique de la religion nordique. Une histoire déjà vue dans son déroulement, et finalement, le film ne fait rien pour la rendre plu distrayante. En fait, ce métrage manque cruellement de vie et d’envie.

Et c’est là-dessus que le film trébuche. Ne se voulant pas jusqu’au boutiste, Sacrifice va accumuler les poncifs du genre en matière d’enquête et de péripéties, le rendant banal à défaut d’être vraiment intéressant. On suit l’intrigue, mais finalement, on n’attend pas grand-chose et on sent que le réalisateur est bloqué soit par une question budgétaire, soit par un manque d’idées. Il est difficile de dire si le film mise tout sur sa star, Radha Mitchell étant beaucoup mise en avant, mais les personnages ne sont pas attachants, voire carrément pas identifiables. Ainsi, hormis elle et son mari, on ne retiendra aucun des personnages gravitant autour d’eux, même pas le beau-père avec un médecin faisant partie de la secte.

Car oui, le film, in fine, parle d’une secte avec un rituel bien précis, issu d’une légende viking pour rendre les filiations plus fortes. Malheureusement, cet aspect plus ésotérique et bien plus ancré dans le thriller manque de dimension et sera vite expédier pour fournir une fin en dents de scie, sur fond de course-poursuite incohérente et d’actions à peine lisible. Encore une fois, le film se veut prévisible, ne choquant personne et c’est peut-être cela qui a signé son arrêt de mort en France. Il faut aussi rajouter des situations bien souvent mal foutues, transformant alors notre héroïne en espionne de choc, arrivant à tromper le staff médical mais aussi une petite armée de mercenaires au sein d’un hôpital, se déplaçant comme une ombre et se camouflant de la plus belle des manières. Il réside dans ce film quelques scories qui entachent grandement la cohésion de l’ensemble, et qui ne rendent pas le fond de l’histoire assez lisible. Et c’est un gros défaut, car finalement, le spectateur n’est pas sûr d’avoir saisi toute la finesse du scénario avec cette légende sur les femmes enceintes. C’est complexe pour rien et en plus de cela, on a la désagréable sensation que le réalisateur ne sait pas où en venir avec cette légende.

sacrifice16revfeat

Au final, Sacrifice n’est pas un excellent film, mais il ne mérite pas le sort funeste que lui a réservé la France. Relativement honnête dans sa démarche et son fond, le film se plante à cause d’une non prise de risque évidente et d’un manque de moyen pour rendre le tout plus attractif. Il en ressort un thriller classique, qui lorgne du côté des histoires de Camilla Lackberg, sans pour autant avoir une histoire glaciale qui tient son spectateur en haleine. Ce qui est dommage, car avec les légendes vikings, il y a de quoi faire quelque chose de beaucoup plus attrayant.

Note: 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.