Maniac Cop 3

14182112_1403977756282296_1290645966_n

Titre Original: Maniac Cop 3: Badge of Silence

De : William Lustig et Joel Soisson

Avec Robert Davi, Robert Z’Dar, Caitlin Dulany, Gretchen Baker

Année: 1993

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

L’officier Matt Cordell est de nouveau de retour d’outre-tombe. Cette fois il est à la recherche d’une fiancée, qu’il trouvera en Kate, une jeune femme flic abbatue lors d’une prise d’otages. Cette dernière a été comme lui cataloguée de « Maniac Kate » car des journalistes sans scrupules ont montrés des images d’elle mensongères, la décrivant comme une machine à tuer, tirant même sur les otages…

Avis:

Après deux excellents films, William Lustig fut contacté pour tourner un nouvel épisode de « Maniac Cop » par des producteurs qui ont les droits sur d’éventuelles suites de la série. Lusting accepte, mais l’expérience va tourner au vinaigre et c’est ainsi que ce troisième film sera alors coréalisé par Joel Soisson. Mais qui est Joel Soisson ?

Producteur américain de films d’horreur depuis le début des années 80, Joel Soisson est aussi réalisateur à ses heures perdues. Dernièrement, c’est à lui que l’on doit  » The Prophecy« , les suites de « Pulse » et il s’est même laissé tenter dans un remake des « Les Démons du maïs« .

Donc ce troisième film vient trois ans après l’excellent deuxième opus. L’envie de retrouver Matt Cordell, surtout après le redoutable « Maniac Cop 2« , était des plus réjouissantes. On imaginait déjà la conclusion dramatique de l’histoire. On imaginait l’intensité du film qui, on en était certain, ne pouvait qu’être mieux ou du moins égaler les deux précédents, puisque William Lustig n’avait fait qu’augmenter la barre à chaque nouveau film. Mais malheureusement, ce ne fut pas le cas et la conclusion dramatique imaginée fut loin d’être celle qu’on aurait appréciée …Mais malheureusement, ce ne fut pas le cas et la conclusion dramatique imaginée fut loin d’être celle qu’on aurait apprécié, car c’est bien un film catastrophe presque en tout point que l’on va trouver là.

14163564_1403978192948919_1898013196_o.png

Alors qu’on le croyait mort et surtout enterré, l’officier Matt Cordell revient d’outre-tombe grâce à des rituels magiques. En ville, un scandale éclate, Kate, une femme flic qui se rendait sur une intervention, aurait tué sans motif un témoin avant d’être gravement touchée. Le détective Sean McKinney décide alors de mener l’enquête pour rétablir la vérité sur sa collègue. Mais Kate n’est pas simplement l’objet des attentions des médias ou du détective, puisqu’elle intéresse aussi l’officier Matt Cordell.

Et d’un troisième « Maniac Cop » pour William Lustig, mais malheureusement même pour un excellent réalisateur comme lui, parfois on peut se laisser tenter par l’épisode de trop et c’est bien le cas. Malheureusement pour le réalisateur, il va l’apprendre de la plus brutale des manières.

Et pourtant ce dernier « Maniac Cop » a de très bons points pour lui, notamment dans sa façon de parler des médias. Ici, une policière est victime d’une injustice à cause des médias, qui afin de faire du « buzz », ont truqué certaines images et ainsi transformé une légitime défense en un meurtre. L’idée est bonne et même le traitement que William Lustig fait autour est bon. Dérive médiatique, sensationnalisme et autre voyeurisme dans le non-respect de victime est mis en lumière. Il y a aussi l’enquête de Robert Davi sur cette injustice qui a ses bons côtés. Le réalisateur pointe du doigt les médias qui sont prêts à tout pour de l’audimat. Puis l’injustice est la base de « Maniac Cop » car c’est bien l’injustice qui est à la base de toute l’histoire. Le sujet des manipulations médiatiques est donc presque la suite logique pour la franchise.

On notera tout de même dans les bons points la bande originale sympathique et assez différente signée cette fois-ci par Joel Goldsmith.

Mais voilà, si l’idée est excellente, ce sera bien le seul point positif de cet énorme raté, car tout ce qui l’entoure n’est pas bon du tout, à commencer par la résurrection de Matt Cordell sur fond de vaudou qui est mal amené et fait plus penser à un prétexte pour continuer la licence qu’autre chose. Surtout que le Maniac Cop n’est plus aussi présent que dans les autres films, un peu comme s’il était devenu l’ombre des films et il va falloir attendre un bon moment avant qu’il ne revienne réellement. Mais quand il revient, malheureusement c’est pour une histoire absurde qu’on a envie de rejeter tout de suite. Cette historie est risible puisqu’elle amène notre bon Matt Cordell à essayer de protéger une policière dans le coma dont il s’est épris. On a envie de demander pourquoi Lustig s’est autant égaré. Mais où est passé le diable d’horreur et de vengeance qu’était le Maniac Cop ?

L’ambiance si lourde et si bien pensée des deux autres films n’est pas plus ici. Ce troisième film essaie d’en faire trop, en faire plus et finalement, il essaie tellement d’en faire plus qu’il finit par sombrer dans le ridicule et côtoyer le nanar. Mais à l’instar du nanar qui fait rire malgré lui, ici on est peiné de voir la franchise tomber dans quelque chose d’aussi bas. Et c’est malheureusement plus triste que drôle. On ajoute à cela des acteurs peu, voire pas du tout, inspirés, des personnages peu attachants, hormis Robert Davi qu’on prend plaisir à retrouver. On peut même dire qu’on s’y accroche désespérément tant Matt Cordell est à l’opposé de ce qu’on attend du personnage. On espère donc que l’acteur rattrape le tout, mais même lui finit par avoir des faiblesses.

Après, pour expliquer un tel drame, on cherche un peu sur le film et l’on découvre vite le pourquoi de l’affaire, puisque le tournage fut chaotique et si tendu, qu’il eut même la peau et l’investissement de William Lustig qui a quitté le film en plein tournage , d’où le fait d’avoir Joel Soisson en coréalisation, car c’est lui qui a terminé et surtout étoffé le film qui n’avait pas la durée d’un long métrage et qui se conclut même comme ça, au bout d’un tout petit peu plus d’une heure et quart.

14163600_1403977902948948_1700529221_o.png

« Maniac Cop 3 » est donc l’ombre de « Maniac Cop« . Ce film est l’exemple type du film qui fut raté à cause de producteurs insistants qui ne laissent pas le libre choix aux réalisateurs. Après un épisode deux excellent, ce troisième film vient sévèrement entacher « Maniac Cop« , si bien que la fin ouverte laissant imaginer un quatrième film ne vit jamais le jour.

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net