Moka

14169751_1402705446409527_780804271_n

De : Frédéric Mermoud

Avec Emmanuelle Devos, Nathalie Baye, David Clavel, Diane Rouxel

Année : 2016

Pays : France, Suisse

Genre : Drame

Résumé :

Munie de quelques affaires, d’un peu d’argent et d’une arme, Diane Kramer part à Evian. Elle n’a qu’une obsession : retrouver le conducteur de la Mercedes couleur moka qui a renversé son fils et bouleversé sa vie. Mais le chemin de la vérité est plus sinueux qu’il n’y paraît. Diane devra se confronter à une autre femme, attachante et mystérieuse…

Avis :

Réalisateur suisse, Frédéric Mermoud a galéré pendant des années voguant de courts-métrages en métrages pendant plus d’une dizaine d’années avant d’arriver enfin sur son premier long métrage. Sorti en 2010, « Complice« , déjà avec Emmanuelle Devos, a réussi à se faire une petite place et convaincre beaucoup de ceux qui s’y sont aventurés. Depuis, le réalisateur a travaillé sur plusieurs épisodes de la série « Les revenants« .

Six ans après son premier long métrage, Frédéric Mermoud revient avec « Moka« , une adaptation d’un roman de Tatiana de Rosnay. Le réalisateur s’est entouré de deux très grandes actrices pour un petit thriller dramatique qui, s’il est simple, reste diablement efficace et c’est avec plaisir qu’on se laisse envahir pour l’enquête vengeresse de cette femme, venu retrouver la chauffarde qui a tué son fils.

14114539_1402705543076184_516090420_o

Diane Kramer est une femme dévastée. Il y a maintenant sept mois, un chauffard a renversé son fils, le laissant pour mort. La police enquête mais ne trouve rien. Diane a engagé un privé et avec les quelques témoins de l’accident, elle réussit enfin à avoir quelques pistes sérieuses, notamment l’idée du modèle de la voiture. Un modèle assez particulier qui serait conduit par une femme blonde. Après avoir vérifié quelques voitures, Diane rencontre Marlène, une femme d’un certain âge, blonde, qui est la propriétaire d’un vieux coupé Mercedes, couleur Moka. Diane est convaincue qu’elle tient les coupables, mais le chemin vers la vérité et la vengeance est plus compliqué qu’elle ne le croyait, puisque Marlène est une femme attachante.

Que ça fait du bien de voir du cinéma français comme celui-là. S’il est vrai que « Moka » est simple, avec ce film, Frédéric Mermoud nous emporte dans un métrage efficace qui captive de par son ambiance tendue, son suspens qui tient jusqu’au bout et la relation plus qu’ambiguë qui va naître entre ces deux femmes. Une relation partagée entre une amitié naissante et un désir de vérité pour laquelle le personnage d’Emmanuelle Devos est prête à toutes les manipulations.

On pourrait reprocher à « Moka » d’avoir un rythme un peu trop lent, car le film jouit d’un rythme assez particulier, qui laisse place à beaucoup de silences et de regards, afin d’appuyer les doutes que le personnage d’Emmanuelle Devos peut éprouver. Ce rythme peut donc en faire décrocher quelques-uns, et pourtant, le choix de Frédéric Mermoud est excellent puisque le réalisateur prend tout le temps qu’il faut pour poser cette vengeance. Il pose le temps de la découverte de cette famille, il laisse le doute s’installer en posant de petits éléments qui indiqueraient ou non l’implication du personnage de Nathalie Baye. Ces petits éléments, fait avec trois fois rien, sont prenants et intrigants, car ils peuvent indiquer tout et son contraire. C’est très bien, puisque ils peuvent être assez libres d’interprétation (bon, qu’on se rassure, le film apporte bien les réponses attendues à la fin). C’est franchement très bon et un peu comme le personnage de Diane, déguisée sous le nom d’Hélène, on se met à scruter les comportements et les réactions de tel ou tel membre de la famille afin de découvrir la vérité. Bref, « Moka » est fait d’une confrontation très manipulée et le jeu de « faux-semblant » est très bien mis en scène et appréciable. Le réalisateur prend le temps de poser la réflexion sur sa vengeance et l’écriture est là aussi prenante. Devenir un assassin, même si c’est pour venger un fils, n’est pas si facile que cela. Le film prend donc le temps de se poser les bonnes questions et il n’agit pas sur l’instantané. Là encore, le rythme lent est justifié et s’avère être un choix judicieux.

« Moka » est un film qui a des allures de thriller. La mise en scène de Frédéric Mermoud est sombre, lourde même et c’est crescendo qu’il fait monter la petite pression de son film pour aller vers un twist surprenant. « Moka« , c’est aussi l’occasion d’un dépaysement magnifique, puisque l’intrigue a pour décor les Alpes et le sublime lac Léman et sans tomber dans la carte postale, Frédéric Mermoud a très bien su tirer parti de son décor qui finalement est presque aussi présent que l’un de ses personnages.

Puis enfin, « Moka« , c’est bien entendu la confrontation toute en nuances de deux très grandes actrices françaises, Emmanuelle Devos, géniale en mère dévastée et perdue et Nathalie Baye, toute aussi géniale en esthéticienne énigmatique qui pourrait bien cacher quelque chose. Le face-à-face entre les deux actrices est fascinant et à chacune de leur scène ensemble, on voit naître une certaine tension qui est des plus appréciables. Autour de ces deux actrices gravitent tout un tas de personnages et d’acteurs desquels on pourra retenir Olivier Chantreau en jeune dealer énigmatique et séduisant. David Clavel trouve un personnage fait de beaucoup de subtilités, puisqu’il pousse beaucoup à la réflexion autour de son personnage. Puis la jeune Diane Rouxel apparaît peu, mais dégage une jolie présence.

14114628_1402705599742845_2013957532_o

« Moka » est donc une intrigue tendue qui se tient et sait garder son suspens jusqu’à son final. C’est un film lent, c’est vrai, mais qui jouit d’une ambiance présente et captivante. Puis « Moka« , c’est un excellent face-à-face Devos/Baye qui à lui seul mérite qu’on s’y arrête.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net