octobre 18, 2021

Daddy’s Not Cool – Top 5 des Papas qui ne Faut pas Faire Chier

maxresdefault

La famille est un socle solide sur lequel on peut se reposer et se faire confiance. Sauf qu’au cinéma, c’est aussi synonyme de faiblesse et un grand nombre de vilains ne se gênent pas pour aller kidnapper fils et fille de héros afin de retirer des rançons ou alors de mettre la pression sur une sale affaire. Ces histoires qui mêlent des kidnappings ou des meurtres d’enfants avec un père qui recherche la vérité ou le sauvetage ont souvent pour cadre une famille monoparentale. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela rajoute une plus-value dramatique avec un parent qui a déjà perdu beaucoup et dont l’enfant est tout ce qui compte. Si on retrouve cela dans de nombreux films de genre ou d’action, on peut aussi voir ce schéma dans le monde de l’animation, comme Le Monde de Némo par exemple.

Mais que serait le cinéma sans explosion, sans tartes dans la gueule et sans coup de fusil à canon scié ? Car oui, on peut être un père courage dans des films dramatique, comme a pu l’être Will Smith dans A la Recherche du Bonheur ou encore Kad Merad dans Je Vais Bien en t’en Fais Pas, mais certains films ont plus de gueule quand papa défouraille à tout va du russkoff ou de l’arménien moustachu pour sauver la chair de sa chair. Et ça tombe plutôt bien pour certains acteurs qui vont pouvoir asseoir une réputation badass et revenir sur le devant de la scène en affichant une forme olympique malgré un certain âge. Voici donc ce qui semble être les cinq pères les plus revanchards du septième art, ceux que l’on vouvoie toujours, même si c’est notre beau-père depuis de longues années.

  1. Phil Broker (Jason Statham dans Homefront de Gary Fleder)

file_586222_homefront-movie-review-11252013-140918

Il fut un temps où Homefront devait être Rambo 5, puisque le scénario est écrit par un certain Sylvester Stallone. Cependant, c’est Jason Statham qui incarna le père courage de ce film où un trafiquant de drogues menace sa fille et sa maison. Mauvaise pioche pour le dealer puisque Phil Broker est un ex agent de la DEA venu en Louisiane pour fuir un lourd passé. Figure iconique du papa célibataire suite au décès précoce de sa femme, Jason Statham prête ses traits à ce père qui ne va pas se laisser faire et qui va fracasser sévèrement une bande de malfrats à l’aide de ses poings mais aussi de son fusil à pompe.

  1. John Collingwood (Tony Goldwyn dans La Dernière Maison sur la Gauche de Dennis Iliadis)

19080131.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

S’il y a bien une chose horrible quand on est père de famille, c’est de retrouver son enfant mort ou grièvement blessé par une bande de connards. Et c’est bien souvent là qu’un père révèle sa vraie personnalité et ne va pas hésiter un seul instant à se venger de la plus violente des façons. C’est exactement ce qu’il va se passer dans La Dernière Maison sur la Gauche version 2009, avec un papa qui va retrouver sa fille à moitié morte et violée plusieurs fois. Et lorsque les violeurs frappent à la porte de la maison pour s’abriter de la pluie, la vengeance sera d’autant plus froide. On a ici la figure du paternel protecteur mais d’une autre manière, celui du vigilante qui va fracasser du meurtrier de la plus hideuse des façons pour se rendre justice.

  1. Doug Bukowski (Aaron Stanford dans La Colline a des Yeux d’Alexandre Aja)

la-colline-a-des-yeux-2006-2

Parmi les papas qui se révèlent et deviennent de véritables bêtes, le personnage incarné par Aaron Stanford dans le film d’horreur d’Alexandre Aja s’impose comme une référence. Trouillard, résigné, presque geek sur les bords, il n’incarne pas forcément la figure forte de la famille qui sera incarné par Ted Levine en tant que beau-père. Sauf qu’à partir du moment où des mutants cannibales tuent sa femme et kidnappent son gosse, il va alors partir en croisade pour sauver la chair de sa chair, puisque c’est tout ce qu’il lui reste. Il va alors se révéler et manier aussi bien le fusil à pompe que la hache pour démonter du monstre à tout va. En matière de père courage, il s’impose alors comme une évidence, mettant en avant un homme qui change et qui va devenir plus fort par la force des choses.

  1. Bryan Mills (Liam Neeson dans Taken de Pierre Morel)

01D300FA06933886-c1-photo-taken

S’il y a bien un papa à qui il ne faut pas dire « Bon Chance », c’est bien Bryan Mills, incarné avec génie par Liam Neeson. Alors que sa fille se fait enlever par des arméniens pour alimenter le marché de la prostitution en Europe de l’Est, Bryan va alors tout mettre en place pour la retrouver, et la sauver. Enfin, plus précisément pour traquer, retrouver et tuer les assaillants de sa fille adorée. Et rien ne sera plus facile pour lui, puisqu’il s’agit d’un ancien agent des services secrets américains. Il en résulte l’image iconographique du père de famille invincible, destructeur et aimant pour préserver un équilibre familial précaire. Ce personnage, qui colle à la peau de Liam Neeson depuis sa prestation (et qui donnera deux suites médiocres), colle aussi à l’image du père de famille revanchard et étrangement, il est devenu une référence en la matière alors que le film, aussi sympathique soit-il, n’est pas culte.

  1. John Matrix (Arnold Schwarzenegger dans Commando de Mark L. Lester)

Commando

Bien avant que Liam Neeson ne se fasse de l’arménien en pagaille, Schwarzie s’était posé là comme père de famille aux méthodes explosives. Ancien colonel de l’armée, un dictateur déchu kidnappe sa fille pour lui faire faire les plus basses besognes. Sauf que John Matrix n’est pas un homme que l’on manipule comme ça et il va se servir de tout un arsenal pour retrouver sa fille et faire la peau à un autre moustachu habillé en cotte de maille. Il en résulte donc un papa muscle indémodable, mais qui bizarrement, et malgré le statut culte du film, sera plus considéré comme un film d’action nerveux et parfois improbable qu’un père souhaitant sauver sa fille. Et pourtant, sa fille, il va la secourir de la plus expéditive des manières pour notre plus grand plaisir.

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.